Futu.re : une dystopie à découvrir !

17/06/2019

Titre : Futu.re

Auteur : Dmitry Glukhovsky

Editions : Le Livre de Poche

Prix : 10,40 €

Parution : 27 mars 2019

Nombre de pages : 960 pages

Genre : Science-fiction, dystopie

Résumé : L’humanité sait désormais stopper le processus de vieillissement et jouit ainsi d’une forme d’immortalité. L’Europe, devenue une gigapole hérissée de gratte-ciel où s’entasse l’ensemble de la population, fait figure d’utopie car la vie y est sacrée et la politique de contrôle démographique raisonnée grâce à la loi du Choix. Tout couple qui souhaite avoir un enfant doit déclarer la grossesse à l’État et désigner le parent qui devra accepter l’injection d’un accélérateur métabolique, lequel provoquera son décès à plus ou moins brève échéance. Une mort pour une vie, c’est le prix de l’État-providence européen.

Matricule 717 est un membre de la Phalange qui débusque les contrevenants. Un jour, un sénateur lui propose un travail en sous-main : éliminer un activiste du parti de la Vie, farouche opposant à la loi du Choix et au parti de l’Immortalité, qui menace de briser un statu quo séculaire.

.

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique. Je vais vous parler d’un livre qui appartient à l’un de mes genres de lecture préférés : la dystopie. Futu.re est un bon roman avec une histoire prenante et profonde qui est à découvrir. 

Dans cette histoire, comme dans toutes les dystopies, nous sommes présents au sein d’une société particulière, hors normes, qui est toute contrôlée. Les individus ne font pas ce qu’ils veulent, à l’heure qu’ils veulent… non. Il y a des règles et il faut les respecter sinon les sentences sont horribles. Dans Futu.re, on comprend très vite que la vie est sacrée, qu’il faut en profiter. Dans cette société, il faut savoir qu’il est possible de ne jamais mourir… mais à quel prix ? Celui de refuser d’avoir des enfants un jour. Puisque tout couple qui décide d’avoir un enfant doit déclarer la grossesse à l’État et devra désigner si c’est l’homme ou la femme qui recevra l’injection mortelle qui est un accélérateur métabolique qui provoquera une mort rapide. En gros : une mort pour une vie, c’est le prix !

Mais comme dans toutes les dystopies bien ficelées, certains personnages de l’histoire vont refuser les manières de vivre qu’on leur impose et vont décider de se rebeller contre un système puissant et armé. Autant vous le dire directement, c’est un roman où la violence est très présente et l’auteur n’y va pas de main morte. Certaines scènes sont décrites tellement bien que la violence peut heurter certains lecteurs. Si vous n’êtes pas fan de la violence et que vous avez du mal avec ceci, je pense qu’il ne faut pas se lancer dans cette lecture puisque cela va vous déranger à plusieurs reprises. 

Au contraire, si c’est un aspect de l’histoire qui ne vous dérange pas, je ne peux que vous recommander de découvrir cette histoire. J’ai beaucoup apprécié car en tant que lectrice je n’ai pas su décrocher. Une fois commencé, on a beaucoup de mal à le poser pour faire autre chose et on ne pense qu’à reprendre sa lecture pour découvrir la suite des événements. C’est un très bon roman de science-fiction qui regroupe anticipation, suspense, violence. 

Ce n’est pas un coup de coeur, puisque je n’ai pas su m’attacher aux personnages comme j’aime le faire les autres fois. Malgré les 900 pages du livre, on pense qu’on aura le temps de les aimer, de les détester mais je suis passée plusieurs fois à côté de la plaque. C’est le petit bémol de ma lecture. 

.

Agée de 24ans, étudiante en première année de Master de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation. Je suis passionnée de livres (j’aime tous les genres que ça soit thriller, fantastique, témoignage, jeunesse, romance), mais aussi de séries TV puisque j’adore passer ma journée à enchaîner les épisodes les uns après les autres
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *