Jinn : une honte

24/06/2019

4

Titre : Jinn

Créée par : Mir-Jean Bou Chaaya, Bassel Ghandour

Avec : Salma Malhas, Sultan Alkhalil, Hamzeh Okab, Aysha Shahalthough, Yasser Al Hadi, Ban Halaweh, ...

Format : entre 24 et 60 minutes par épisode

Diffusion : Netflix

Genre : Drame, fantastique

Résumé : Une jeune fille libère fortuitement un jinn sous la forme d'un ado et découvre en même temps que lui que des forces obscures l'ont accompagné, menaçant le monde.

Netflix a lancé sa première série arabe en langue arabe et le moins que l'on puisse dire, c'est que celle-ci est bien plus qu'une déception. En tant que personne d'origine arabe, je peux le dire sans aucune hésitation : cette série est une honte. Dès le premier épisode déjà, je n'étais pas emballée par ce que je voyais. Jinn n'a rien d'original, contrairement à ce à quoi on pouvait s'attendre : elle est bourrée de clichés et nous avons droit à des scènes d'adolescents typiques de séries occidentales. Quand on entend "série arabe", on s’attend à plus d’immersion dans ce monde qu’une série arabe faite comme une série occidentale. Mais encore une fois — et c’est le cas de toutes les séries Netflix — peu importe d’où les séries viennent dans le monde, elles ont toujours ce truc se ressemblant : on sent la super-prod' américaine derrière.

D’un côté, à la base, j'étais contente que l’on montre au grand public qu’un pays musulman — donc ici la Jordanie — c’est aussi ça et pas l’idée que la majorité des occidentaux ont de la vie là-bas. Les gens ont tendance à prendre l’Arabie Saoudite en exemple et imaginer que tous les pays musulmans sont comme ça. Cette série montre que ce n’est pas le cas, cependant elle s’est aussi énormément éloignée de la réalité...

Il y a eu de telles polémiques que Netflix MENA a dû intervenir sur les réseaux sociaux pour demander au public arabe d’arrêter les insultes et autres menaces de mort envers les acteurs et actrices de films. Si je suis à 100% contre les insultes, les menaces et le harcèlement, je comprends également pourquoi ils sont en colère. Netflix n’a pas du tout désiré mettre en avant leur réalité et la vérité et a juste voulu faire une série arabe qui puisse plaire aux occidentaux... Forcément qu'ils allaient être en colère et même si je ne vis pas dans un pays arabe, je le suis aussi car quand on connaît un minimum le monde arabe, on sait à quel point Jinn en est à l'opposé. 

De plus, le jeu des acteurs n’est pas convaincant du tout. C'est vraiment très mal joué. Il y a des fois où je me suis même dit « mon Dieu que c’est mauvais ! ». Ça se voit à 1000 lieues que le scénario a d’abord été écrit en anglais avant d’être traduit en arabe. Les dialogues ne sont pas naturels et ne sonnent pas comme un arabe parlerait dans la vie de tous les jours du tout. Pour moi, cette série est juste un énorme foutage de gueule. Quant à l'intrigue, n'en parlons même pas… Concernant les djinns, on ne sait pas pourquoi et comment ils ont été libérés. Avec tous les gens qui visitent Petra tous les jours, pourquoi des petits ados ridicules qui se contentent juste d’être là et de vivre leur vie d’adolescents provoquent la libération de ces êtres-là parmi eux ? L’endroit où les djinns se trouvaient : ridicule. Comment s’en débarrasser : ridicule. Les dialogues : ridicules. En plus, les showrunners n'ont pas réussi leur coup puisque sur le site TvTime, les personnages de Yassin et Vera sont plus aimés que ceux de Mira et Keras qui sont pourtant les 2 personnages principaux censés représenter le bien, tandis que les 2 premiers sont censés représenter le mal. C'est dire l'antipathie qu'inspire la série. C'est bien simple, rien ne va.

Aussi je m’attendais à trembler plus que ça. Déjà parce que la série avait été présentée dans la toute première bande-annonce en tant que telle mais aussi en tant que personne arabo-musulmane, les djinns c’est une chose avec laquelle « j’ai grandi » en quelque sorte. De la même façon qu’on peut grandir en flippant des fantômes, des démons et autres êtres plus ou moins démoniaques comme ceux-là. Si vous allez dans un pays arabo-musulman et que vous en parlez autour de vous, vous verrez que c’est une chose à laquelle on croit très fort et dont on a très peur. La façon dont c’est dépeint dans cette série laisse à désirer. Ça reste très adolescent. Et c’est extrêmement dommage d’avoir choisi de traiter ce sujet-là de cette manière. Je vous préviens, si vous espérez trembler, passez votre chemin, ce ne sera pas du tout le cas avec Jinn.

Et puis il faut savoir que les djinns sont mentionnés dans le Coran. C’est une chose à laquelle les musulmans croient absolument. Du coup c'est bizarre que dans un pays musulman, avec 92% de musulmans, dans la série de Netflix peu de gens y croient réellement. Il y a 2 raisons à cela :

→ soit, encore une fois, on a encore voulu “occidentaliser” la série avec ces fameuses scènes où on a ce personnage qui y croit et tous les autres qui le prennent pour un fou avant de le croire aussi. Ce qui est un cliché typiquement occidental : regardez tous vos films et séries d’horreur ou de fantastique occidental, c’est toujours comme ça.

→ soit aucun de ces personnages n’est musulman. Et là c’est vraiment problématique et dommage de faire tourner toute une série jordanienne sans inclure ce pan qui rassemble quand même une large majorité de la population. Surtout que l’on s’inspire quand même d’une croyance tirée de l’Islam...

Dans les 2 cas, c’est extrêmement décevant de la part de Netflix et des créateurs de la série.

En fait, le seul bon côté de cette série, c’est sa cinématographie ou plutôt les paysages jordaniens qui sont à couper le souffle. Pas forcément la manière dont c’est filmé puisque ça ne casse pas 3 pattes à un canard mais vraiment les paysages en eux-mêmes. Ensuite, il a ce "je-ne-sais-quoi" qui nous fait revenir. Malgré tous ses mauvais côtés — mauvais acting, intrigue décevante et les problèmes socio-politico-culturels évidents — on ne peut s’empêcher d’avoir la curiosité de regarder jusqu’au bout pour connaître le fin mot de l’histoire. Cependant, en réalité, tout le long de mon visionnage, je n'ai fait que ressentir de la colère et aucun autre sentiment.

Au final, Jinn est une énorme déception. En fait, Netflix voulait juste faire une “série arabe” pour pouvoir dire "on a fait une série arabe". En ce moment, la diversité fait vendre. Ils voulaient attiser la curiosité et basta. La qualité n’est pas au rendez-vous et la série n'a d’arabe que le nom, la langue, le lieu et l’origine des acteurs. Sinon rien n’est arabe. La façon de parler, de se comporter et l’intrigue — qui sont quand même ce qui fait une bonne histoire — n’ont absolument rien d’arabe. C’est imitation occidental mais imitation complètement cheap et fake. Franchement, je suis très déçue de la façon dont Netflix dépeint la diversité. Après la série colombienne ratée avec sa romantisation de l’esclavage et maintenant ça, je redoute encore plus l’arrivée prochaine de la série sud-africaine. De plus, cette courte saison (il n'y a que 5 épisodes) se termine avec un cliffhanger. Mais honnêtement, rien ne donne envie d'avoir et de voir une saison 2. Sur TvTime (où d'ailleurs la série récolte la note ridicule de 5/10 - ce qui est rare sur le site), un commentaire conclut parfaitement ma pensée : 

[caption id="attachment_47666" align="aligncenter" width="700"] "Quel culot de terminer sur un cliffhanger, comme s'ils allaient avoir une autre saison mdr"[/caption]

.

6 I like it
1 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *