La disparition d’Annie Thorne – Un bon thriller !

19/06/2019

Titre : La disparition d'Annie Thorne

Auteur : C. J. Tudor

Editions : Pygmalion

Prix : 21,90€

Parution : 17 avril 2019

Nombre de pages : 408 pages

Genre : Thriller

Résumé : Une nuit, Annie a disparu de son lit. Il y a eu des recherches. Tout le monde imaginait le pire. Finalement, au bout de quarante-huit heures, ma petite sœur est revenue. Mais elle ne voulait pas - ou ne souhaitait pas - dire ce qui s'était passé.
Quelque chose lui est arrivé. Je ne peux pas expliquer quoi. Je sais juste que, quand elle est rentrée à la maison, elle n'était plus la même. Elle n'était plus ma Annie.
Je ne voulais pas avouer aux autres et encore moins à moi-même que, parfois, j'avais peur d'elle.
Et puis, il y a deux mois, j'ai reçu un e-mail : Je sais ce qui est arrivé à votre sœur. Ça recommence...

.

Je remercie les éditions Pygmalion pour l’envoi de ce roman. Je ne sais pas pourquoi mais le résumé m’avait particulièrement intriguée, quand bien même les histoires de disparition d’enfant sont légion de nos jours et pourtant, toutes ne retiennent pas mon attention. À croire qu’un petit je-ne-sais-quoi annonciateur se dissimulait entre ces lignes… Car je ne regrette absolument pas d’avoir demandé ce livre puisqu’il m’a fait passer un très bon moment de lecture.

Et pourtant, c’était loin d’être gagné au départ ! Et ce pour une très bonne raison : le personnage principal, Joe. Je l’ai immédiatement trouvé désagréable, antipathique, cynique, etc. Après à peine 30 pages de lues, mon opinion sur lui était faite : je ne l’aimais pas. Et je ne vais pas vous mentir : mon sentiment n’a pas changé tout au long de ma lecture. C’est d’ailleurs la raison principale qui fait que je n’ai pas mis une note plus élevée à ce roman.

Et pourtant… L’histoire a réussi à me happer et à me faire oublier, ou du moins à me faire passer au-dessus du personnage principal. C’est tout de même un coup de maître quand on sait que le récit nous est conté exclusivement de son point de vue ! Mais cette navigation entre passé et présent, cette ancienne mine qui semble cacher de très noirs secrets, ce côté cyclique/répétition dans l’histoire, cette ambiance lourde dans un petit village perdu d’Angleterre, ces quelques passages glauques à vous faire dresser les poils… Tout cela m’a étrangement rappelé Stephen King (que j’adore), alors même que je me méfiais justement de la mention sur la quatrième de couverture : « Le nouveau roman de « la Stephen King britannique » ». Ça se révèle finalement vrai et contre toute attente c’est une très bonne surprise !  

En ce qui concerne l’aspect « fantastique » du roman (auquel je ne m’attendais pas d’ailleurs), j’ai à la fois apprécié et été frustrée par ce dernier. En effet, j’aurais à la fois voulu que l’auteur aille plus loin, et en même temps je peux comprendre qu’il ne l’ait pas fait. J’aurais également voulu avoir de vraies réponses à certaines de mes questions (bon OK, à une grosse question principalement), mais là encore c’est un parti pris de l’auteur que je respecte. Je ne vous en dis pas plus à ce sujet, je vous laisse vous faire votre propre opinion.

Les protagonistes sont construits par couches progressives, et souvent de manière inversée puisqu’on les rencontre d’abord à l’âge adulte et puis seulement par la suite on revient sur leur enfance. Et c’est vrai que là encore, on ressent comme une influence de Stephen King en background avec cette bande d’enfants, bien que pas autant soudés que dans Ça, par exemple. Et pourtant, à aucun moment on n’a l’impression que l’auteur essaie de copier le Maître, c’est d’ailleurs très étrange comme sensation puisque clairement, l’auteur a trouvé sa propre voie, son propre style et sa propre plume, et pourtant on ne peut s’empêcher de penser à Stephen King en lisant cette histoire.

Parlons de la plume, justement. J’ai trouvé qu’elle était vraiment bien équilibrée entre les passages descriptifs et les dialogues. C’est simple : je pense que j’ai dû ouvrir ce livre 3 fois maximum, et en 3 fois (sur quelques heures) il était lu. Je devais absolument connaître le dénouement, et donc impossible de le laisser de côté trop longtemps ! L’intrigue est clairement bien menée, malgré quelques petites longueurs par moments, mais celles-ci sont compensées par des rebondissements de qualité.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce roman qui marque également ma découverte de C. J. Tudor, dont j’ai ajouté le roman précédent, L’homme craie, à ma wishlist immédiatement après avoir terminé celui-ci. J’ai hâte de le découvrir également !

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *