La malédiction Grimm – Trop romantique, pas assez magique

13/06/2019

Titre : La malédiction Grimm

Auteur : Polly Shulman

Editions : Le Livre de Poche Jeunesse

Prix : 7,50€

Parution : 27 mars 2019

Nombre de pages : 512 pages

Genre : Fantastique, contes

Résumé : Elizabeth peine à s’intégrer dans son lycée. Alors, quand son professeur d’histoire lui propose un petit job dans une bibliothèque, elle se dit que ce sera l’occasion de faire des rencontres. Après un entretien pour le moins étrange, la voilà engagée. Elle s’aperçoit aussitôt que le Dépôt n’est pas une bibliothèque ordinaire : pas un seul livre à l’horizon, uniquement des objets. Mais surtout, un mystère plane au sujet d’une collection située au sous-sol et dont personne n’accepte de lui parler : la Collection Grimm. Elle abrite des objets de contes de fées – les bottes de sept lieues, le miroir de Blanche Neige… Un étrange oiseau géant rôde autour… Quel secret cache cette Collection Grimm ?

.

Je remercie les éditions Le Livre de Poche Jeunesse pour l’envoi de ce livre. Bien que pas particulièrement fan de la couverture avec ce mélange de styles, j’ai tout de suite été intriguée par le résumé, qui nous promettait une lecture remplie de magie, à l’image des contes des frères Grimm. Malheureusement, l’histoire prend trop son temps et au final, j’ai eu l’impression que les « amourettes » des personnages occupaient plus de place que les objets de la collection Grimm…

En tant que fan des contes et de tout ce qui s’en rapproche un minimum, j’étais vraiment enthousiaste au moment d’entamer cette lecture. Mais cet enthousiasme est rapidement retombé quand j’ai vu à quel point l’histoire démarrait lentement, un sentiment de lassitude s’installant insidieusement. Et au final, à la fin de la lecture, quand on pense à l’histoire qu’on vient de terminer, on se dit un peu : tout ça pour ça ? En effet, le roman est assez long (plus de 500 pages dans ce format poche) et pourtant il ne s’y passe pas grand-chose. Il y a certes un mystère à résoudre, les protagonistes vivent quelques petites péripéties (enfin, du moins une fois passées les 150-200 premières pages), mais rien d’un niveau auquel on aurait pu s’attendre pour ce genre d’histoire, malheureusement. D’ailleurs, je ne sais même pas à quel public je recommanderais ce livre : il est à la fois trop long et plat pour de jeunes ados, et pas assez bien exploité pour un public plus âgé, ce qui est tout de même problématique…

En réalité, j’ai eu l’impression que les objets de la collection Grimm, du Dépôt en général même, ne restaient qu’anecdotiques tout au long de l’histoire. L’aspect « romantique » du récit semble prendre de plus en plus de place au fur et à mesure que l’histoire avance, au point de faire de l’ombre à ce qui était à la base le sujet principal du roman. C’est vraiment dommage que l’auteur ait autant insisté sur les relations amoureuses plutôt que d’exploiter à fond la magie des contes de fée, en nous montrant par exemple les dérives qui pourraient résulter d’une mauvaise utilisation de ces objets magiques. Résultat : une absence quasi-totale de ce mélange des sentiments de « merveilleux » et « effroi » qu’on ressent presque toujours en lisant les contes.

Les personnages ne rattrapent rien, j’ai eu du mal à les cerner, presque tous, à l’exception peut-être de Jaya, qui bien qu’énervante, est fidèle à l’esprit d’un personnage de son âge (10 ans). C’est d’ailleurs, je pense, un autre problème du roman : si vous me le demandez, je serai incapable de vous dire quel âge ont les personnages principaux. Je sais qu’ils sont au lycée, mais en gros c’est tout. Du coup, ça nous embrouille un peu puisque parfois ils se comportent vraiment comme des enfants, et à certains moments davantage comme des adultes…

Par contre, au niveau des points positifs, j’ai vraiment apprécié découvrir des contes de Grimm somme toute moins connus que les très célèbres Cendrillon, Le Petit Chaperon rouge et autres Hansel et Gretel. Non, sans oublier ces grands classiques, ici l’histoire repose tout de même beaucoup sur des titres qui nous viennent moins facilement lorsqu’on pense aux frères Grimm, tels que Le bal des douze princesses, Petite-table-sois-mise ou encore L’esprit dans la bouteille.

En résumé, comme je le disais plus haut, je ne sais pas trop à quel public recommander ce roman. Personnellement j’aimais beaucoup l’idée de départ, j’ai tout de même passé un moment de lecture convenable mais ce livre m’a plutôt déçue dans l’ensemble puisque je n’ai pas été transportée ni émerveillée comme je m’y attendais pourtant en lisant le résumé. Je ne pense pas lire le second tome, qui est en lien avec l’auteur H. G. Wells, le thème ne m’intéressant pas vraiment et n’ayant pas développé d’attachement particulier pour les personnages, dont certains sont apparemment présents dans ce second tome. Dommage, j’aurais beaucoup aimé laisser sa chance au tome 3, qui s’intéresse à Edgar Allan Poe…

.

Petite belge âgée de 25 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *