Matthias et Maxime : un Dolan en toute intimité.

04/06/2019

Titre : Matthias et Maxime

Réalisateur : Xavier Dolan

Avec : Gabriel D'Almeida Freitas, Xavier Dolan, Anne Dorval, ...

Genre : Drame

Durée : 1h59

Nationalité : Canadien

Sortie : Prochainement (2019)

Résumé : Deux amis d’enfance s’embrassent pour les besoins d’un court-métrage amateur. Suite à ce baiser d’apparence anodine, un doute récurrent s’installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, bouleversant l'équilibre de leur cercle social et, bientôt, leurs existences.

NiNeHank était au festival de Cannes 2019 et a eu la chance d’assister à la projection de Matthias et Maxime de Xavier Dolan ainsi qu’à la conférence de presse du film. Ce dernier était très attendu par la presse francophone et par les fans du jeune réalisateur québécois. Après le succès international de Ma vie avec John F. Donovan, le réalisateur revient fort !

Beaucoup de journalistes ont crit ce long-métrage comme un « retour aux sources », ou encore comme un film qui terminerait un chapitre dans la filmographie de Dolan. Et je ne peux pas être d’accord. Bien qu’en effet il retourne à une langue française et à une production plus simple et canadienne, le film se démarque, plus mature et plus intimiste. Peut-on vraiment appeler ça un retour aux sources alors qu’il n’a fait que deux films avec une production différente (Ma vie avec John F. Donovan et Juste la fin du monde) ? Bien que ce film fasse penser à ses premiers, il est définitivement différent. Et pour ce qui est d’une fin de chapitre, Xavier Dolan l’a dit lui même : « Je ne vais pas passer ma vie à filmer des gens s’engueuler dans une cuisine« . Son jeune âge est trop souvent oublié, bien que sa filmographie soit déjà longue, il a encore de beaux jours devant lui. 

Le film raconte l’histoire d’un groupe d’amis au début de leur trentaine. On suit particulièrement Maxime, un jeune garçon qui part bientôt pour l’Australie. Il vit ses derniers moments avec sa bande qu’il connaît depuis la primaire. Le film inspecte l’amitié et les sentiments autour. 

Les acteurs du film sont les vrais amis de Xavier Dolan, et cela se ressent à l’écran. Dès les premières scènes on est projeté dans leurs vies, avec leurs codes, leur histoire commune et leur complicité. La complicité est ce qui marque le plus, leur relation est poignante et très intime, on a vite l’impression de faire partie de la bande. A mon sens, les acteurs n’auraient pas pu être mieux choisis. Leurs interprétations sont justes et poignantes, pleines d’amour pour les personnages. Anne Dorval est méconnaissable, et montre encore une fois son talent sous la caméra de Dolan. Cette femme ne cessera de m’impressionner, dans chacun de ses films elle est unique, et sa prestation n’a rien à voir avec la précédente. 

Le scénario part d’une idée simple : deux amis s’embrassent un jour pour un court-métrage et quelque chose en eux change. Je dois l’avouer, je n’étais, au premier abord, pas très emballée. J’avais peur que le film soit juste un autre drame où tout est compliqué, plein de pulsions incompréhensibles et de sentiments surjoués. Et bien c’est tout le contraire. Le film est d’une simplicité et d’une douceur incroyable. Ça reste un drame, mais c’est si intimiste et naturel que tout semble couler de source. 

Visuellement c’est cette douceur qui ressort : beaucoup de couleurs pastels et de lumière pâle. On a l’impression d’être plongé dans un monde à part. Les décors sont beaux que ce soit les intérieurs (la chambre de Maxime, la fête de Sharrif, la maison de Manon), les extérieurs sauvages à la campagne ou encore les extérieurs urbains. Le travail sur la lumière est peut-être un de mes préférés dans toute la filmographie de Dolan. 

Je vais parler de certaines scènes en particulier, aucun spoiler, mais si vous voulez garder cela pour votre premier visionnage sautez ce paragraphe. Plusieurs scènes sont à couper le souffle, notamment une où l’un des personnages est dans l’eau, il traverse un lac à la nage, l’ambiance rend le tout assez exceptionnel et nous fait comprendre les sentiments du personnage. Une scène où deux personnages s’embrassent dans un garage est également impressionnante, Xavier Dolan a, à mon sens, toujours été fort pour ce genre de scènes (ma préférée restant celle de J’ai tué ma mère), il sait à chaque fois se réinventer et mettre en valeur les sentiments et les désirs de ses personnages. Ici c’est flagrant, et ce qui est le plus beau, c’est de voir que pendant cette scène de baiser, le monde continue de tourner en extérieur (des personnages courent à l’extérieur pour sauver le linge étendu de la pluie). Je ne parlerai que de ces deux scènes, mais de nombreuses autres sont techniquement incroyables.

C’est un film très personnel, filmé à l’épaule, où on a l’impression de vivre avec les personnages. Xavier Dolan voulait faire un film sur l’amitié et les sentiments qui gravitent autour et ça marche. Ce n’est pas mon film préféré de lui, et je pense objectivement que ce n’est pas son meilleur, mais c’est un excellent film quand même. Un film rempli de douceur et de vrais sentiments. Et c’est sans doute ça qui le rend si unique : sa justesse. 

.

En 20 ans, je n’ai rien fait sauf regarder des films. Je suis étudiante en cinéma et en écriture littéraire et cinématographique. Je suis accessoirement Serpentard et vraiment fière de l’être !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *