Paradise Beach : L’enfer de Phuket

20/06/2019

Titre : Paradise Beach

Réalisateur : Xavier Durringer

Avec : Sami Bouajila, Tewfik Jallab, Mélanie Doutey, ...

Genre : Thriller, action, drame

Durée : 1h35

Nationalité : France

Sortie : 20 février 2019

Résumé : Une équipe d’anciens braqueurs est arrivée au Paradis : Phuket, sud de la Thaïlande. Désormais commerçants, ils coulent des jours heureux. Jusqu’au jour où le diable débarque : Mehdi, condamné à 15 ans de prison lors du braquage, vient récupérer sa part du gâteau. Seul problème, il n’y a plus de gâteau. Et le diable est affamé.

.

La France a offert maints exemples de polars plus ou moins bien troussés au fur et à mesure des années. Leur inscription dans le territoire français leur donne généralement une certaine présence physique pour le spectateur, placé dans un territoire connu. Cet ancrage géographique permet de donner au public une sensation de réalisme et de transformation de lieux quotidiens en vecteurs d’imagerie cinématographique (dans les bons cas évidemment). Placer alors des anciens braqueurs français en Thaïlande aurait pu ainsi donner quelque chose d’un peu plus neuf parmi la production policière actuelle.

Las, si l’on peut y apposer l’idée d’une violence ne disparaissant jamais et provoquant perpétuellement des victimes et dommages collatéraux (ce qu’on pourrait dire comme sujet principal du film d’ailleurs), jamais « Paradise Beach » n’arrive à offrir plus que le thriller lambda. Tout semble ainsi vu et revu, que ce soit ses personnages à l’écriture assez indigente ou la gestion du récit en général. On ressent ainsi de l’ennui devant le métrage tant celui-ci ne fait que constamment rappeler des meilleurs titres avec plus d’idées aussi bien dans le fond que la forme.

Si le film semble s’ancrer dans une mouture plus américaine que francophone du film de braquage, cela n’aide guère à sentir une absence de vie se rapprochant par moments du pire de la production du genre. C’est à penser que seule la présence d’un décor exotique a été faite pour donner du relief à une histoire au synopsis intéressant mais s’enlisant dans une balourdise générale. Tout cela n’aide pas un casting pourtant qualitatif mais dont la direction manque autant de personnalité que tout le long-métrage.

Au final, que tirer de ce « Paradise Beach » ? Pas grand-chose, si ce n’est une photographie accentuant la couleur des décors et l’optique d’une violence permanente et revenant en permanence en réaction du passé, mais cela encore semble avoir été mieux géré dans d’autres œuvres. Si le film devrait divertir certains un jour de pluie, on vous conseillerait plutôt de trouver d’autres œuvres du genre bien plus réussies que celle-ci.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *