Stranger Things 3 : la bande-annonce officielle

22/06/2019

Le 4 juillet. Retenez bien cette date car elle marque le grand le retour de Stranger Things et ce jour arrive à grands pas. Si grands que Netflix nous dévoile un dernier trailer, de quoi nous faire miroiter une saison grandiose et explosive et donc exacerber notre impatience. Pour cette troisième saison, les habitants d’Hawkins ont troqué leurs habits d’automne pour ceux d’été, prêts à profiter d’un été dans une ville frémissant d’énergie festive et bruyante, comme on les aime. Cependant, pour nos personnages, rien ne va se passer comme prévu. S’ils pensaient se la couler douce dans le meilleur des mondes, c’est raté. Preuve en images :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=RCOSpMygVjI]

Ce long trailer (2min53) nous donne en effet un aperçu de ce qui attend nos protagonistes. Dans la saison précédente, nous laissions la joyeuse bande profiter du bal de fin d’année après avoir enfin vaincu le Monstre de l’Ombre, les démo-chiens et les racines rampantes une bonne fois pour toutes (non) et sauvé Will une deuxième fois. Mais voilà, la menace n’a pas été totalement détruite et ce trailer nous donne un avant-goût de ce que les adolescents et leurs familles vont devoir affronter. Ces forces mystérieuses et maléfiques semblent être définitivement douées d’une volonté propre, on apprend même qu’elles se réfèrent à elles-mêmes par « nous », laissant supposer qu’elles sont très nombreuses.

Les scènes s’enchaînent en cadence, nous laissant imaginer une saison riche en rebondissements et en émotions. L’esthétique très 80s semble également toujours présente et toujours aussi soignée, de quoi ravir les plus nostalgiques d’entre nous. Il ne nous reste plus qu’à attendre le 4 juillet et peut-être que cette troisième saison de Stranger Things nous donnera assez de sueurs froides pour oublier un peu la canicule. 

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *