Un été givré – Une histoire qui manque d’émotion

06/06/2019

Titre : Un été givré

Auteur : Siobhan Vivian

Editions : Michel Lafon

Prix : 16,95€

Parution : 25 avril 2019

Nombre de pages : 363 pages

Genre : Young adult

Résumé : Amelia et Cate travaillent tous les étés au stand de glaces le plus incontournable de la région. Créé il y a 70 ans par Molly Meade, il est autant réputé pour ses parfums parfaits que pour son équipe exclusivement féminine. Et cette année a une saveur particulière, car Amelia va porter pour la première fois la casquette de manager. Une saveur qui se fait douce-amère lorsque Molly les quitte brusquement, laissant l'avenir de la boutique en suspens.
Grady, son petit-neveu, reprend les choses en mains. Mais Amelia est bien décidée à ne pas se laisser sauver par un garçon : elle est prête à se retrousser les manches pour réaliser ses rêves... et trouver la recette d'un été givré !

.

Je remercie les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman. Quand j’ai lu son résumé, vu sa couverture (provisoire, car je n’aime pas la définitive) ainsi que l’avis positif d’une bloggeuse littéraire sur celui-ci, je m’attendais à une lecture super agréable, qui sentirait bon l’été et que je dévorerais comme une bonne glace. Malheureusement, les choses ne se sont pas vraiment passées de cette façon…

Le problème n°1 que j’ai rencontré en ouvrant ce livre, c’est sa narration. En effet, bien que le narrateur soit omniscient, l’histoire n’est pas racontée d’un point de vue interne, c’est comme si un observateur externe à l’histoire se contentait de raconter, de décrire celle-ci laconiquement. Le rendu est en somme une narration assez froide, qui n’a réussi à me toucher à aucun moment. De plus, cela donne des tournures de phrases bizarres telles que « ils ont chacun ses raisons »… Alors je ne sais pas si c’est au niveau de la traduction que ça a coincé, mais en tout cas, j’ai tout de suite été refroidie et je pense qu’au final, je n’ai jamais réellement su m’habituer à cette narration.

Deuxième problème majeur : les personnages. J’ai trouvé que presque tous les personnages importants dans l’histoire étaient insupportables, surtout Cate et Grady. Ce dernier est très énervant avec sa vision purement commerciale, en plus d’être clairement condescendant et sexiste par moments. Et désolée, mais son vécu familial n’apporte nullement de sympathie ou d’empathie envers lui. Cate est vraiment trop extrême, « moi je » et se fiche totalement de Meade Creamery, à se demander ce qu’elle fait là car elle semble incapable de comprendre que s’amuser avec les autres filles et se créer des souvenirs, c’est bien, mais le stand c’est aussi et surtout, avant toute chose, du travail, des responsabilités, du professionnalisme, etc. Amelia, quant à elle, est plus nuancée bien qu’assez fade, en retrait, même si à l’opposé de Cate en ce qui concerne le stand de glaces : elle y accorde beaucoup trop d’importance, et ce au détriment de ses amies. Mais bizarrement, je lui ai pardonné son comportement assez facilement à la fin de l’histoire, contrairement à Cate et Grady. Enfin, ne parlons même pas de cette histoire d’amour qui, au vu de l’absence totale d’alchimie entre les deux concernés, aurait mieux fait de ne pas apparaître du tout dans ce roman…  

Ce que j’ai par contre vraiment aimé dans ce livre, c’est le contexte dans lequel se déroule l’histoire. Tout tourne finalement autour de ce stand de glaces, qui serait presque un personnage à lui tout seul au vu de tous ses antécédents, les clients qu’il a accueillis, les filles qui y ont travaillé, etc. Au fil de l’histoire, on en apprend également pas mal sur celle qui a créé Meade Creamery, Molly. Et contre toute attente, je pense que cela fait partie des pans de l’histoire qui m’ont le plus plu (peut-être parce que ces parties sont des extraits d’un journal intime, et donc écrits à la 1ère personne ?), et ce malgré le fait que cela touche (bon d’accord, d’assez loin) à la 2ème Guerre Mondiale.   

En bref, je suis quelque peu déçue de ce livre (qui en plus marquait ma découverte de la plume de Siobhan Vivian et là je suis en mode « meh ») qui m’a laissée sur ma faim dans tous les sens du terme. Je m’attendais à une lecture assez « légère » mais qui me ferait tout de même vibrer, malheureusement ça n’a pas été le cas. Cependant, vous pouvez tout de même tenter de le découvrir sur la plage cet été car ce sera clairement d’actualité à ce moment-là !

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *