Dans la toile - Une petite déception.

08/07/2019

Titre : Dans la toile

Auteur : Vincent Hauuy

Editions : Hugo Thriller

Prix : 19,95 €

Parution : 2 mai 2019

Nombre de pages : 395 pages

Genre : Thriller domestique

Résumé : Isabel Gros est une miraculée. Seule survivante d'une fusillade, elle a passé deux semaines dans le coma. Contrainte d'abandonner sa carrière de critique d'art et ne supportant plus la vie citadine, elle quitte Paris avec son mari, pour s'installer dans leur nouveau chalet, au coeur des Vosges. Souffrant de graves séquelles, Isabel pense se reconstruire grâce à la peinture. Mais le malaise qu'elle ressent dès son arrivée va rapidement se transformer en terreur.

.

J’ai déjà lu et adoré la duologie Le Tricycle Rouge et Le Brasier de Vincent Hauuy et lorsque la sortie de Dans la toile a été annoncée, je m’attendais comme beaucoup de lecteurs à un troisième tome de la « saga Noah Wallace ». En réalité, il s’agit là d’un one-shot avec lequel l’auteur a tenté autre chose qui m’a, malheureusement, moins convaincu. Je remercie tout de même les éditions Hugo Thriller pour leur envoi.

Honnêtement, j’ai lu des histoires beaucoup moins réussies que celle-ci et je pense que si son auteur n’avait pas été Vincent Hauuy, je l’aurais sans doute davantage appréciée. Le problème c’est qu’étant habitué à mieux avec ce dernier, je ne pouvais pas ne pas comparer ce troisième titre au reste de sa bibliographie.

Contrairement au Tricycle rouge et à sa suite, Dans la toile s’apparente plus à un suspense psychologique qu’à un thriller policier. Il ressemble d’ailleurs à ces thrillers domestiques qu’on voit un peu partout et dont toutes les intrigues se ressemblent plus ou moins. C’est d’ailleurs ce qui explique en partie ma déception quand on fait le parallèle entre l’originalité des deux premiers romans de l’auteur et la banalité de ce dernier. Alors certes on reconnaît le style de Vincent Hauuy, mais à titre personnel cela n’a pas été suffisant pour me satisfaire…

D’autre part, je ne me suis que très peu attaché aux personnages et je suivais donc leurs péripéties avec un certain détachement. Les 200 premières pages m’ont d’ailleurs parues particulièrement longues, avec un rythme assez irrégulier et trompeur. La seconde moitié remonte néanmoins le niveau, l’histoire prenant un virage intéressant bien que prévisible.
L’autre grosse déception vient quant à elle du manque de surprise malgré la mise en place d’un bon suspense initial. Personnellement j’ai vu le twist final arriver quasiment dès le début, ce qui a forcément gâché le moment de la révélation. Il n’empêche que la thématique abordée s’est révélée plutôt intrigante et bien amenée ; un bon point que je tenais à souligner.

En somme, si vous n’avez encore jamais lu de romans de Vincent Hauuy, je vous recommanderais sans hésitation les deux que j’ai précédemment cités. En attendant le prochain, je dirais enfin que Dans la toile n’est qu’une simple erreur de parcours que l’auteur saura sans aucun doute rectifier par la suite !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *