Héros #2 - Une suite à la hauteur du premier tome !

26/07/2019

4

Titre : Héros #2 : Générations

Auteur : Benoît Minville

Editions : Sarbacane

Prix : 17,00 €

Parution : 12 juin 2019

Nombre de pages : 312 pages

Genre : Fantastique

Résumé : Six mois ont passé. Alors que Richard a disparu dans la dimension de Kraalnazgarath, Matéo a repris le quotidien… à ceci près qu’il a perdu toute inspiration pour le dessin. José, lui, voit sa communauté de followers grandir sur Youtube Les deux copains gardent leurs distances. L’arrivée à Sainte-Forge de Manon, une adolescente mystérieuse, pourchassée par le Triumvirat et dotée elle aussi des pouvoirs des incarnations de Héros, fait basculer ce fragile équilibre. Pendant ce temps-là, Costa enquête sur une secte de cultistes qui tente de faire sortir de sa léthargie un autre Grand Ancien : Cthulhu.

.

Quand j’avais lu le premier tome de Héros, j’avais été soufflée par la capacité de l’auteur à immerger ses lecteurs à la fois dans des univers lovecraftiens tout en maintenant très fermement le lien avec la réalité. J’avais adoré que les personnages principaux essayent par exemple d’arrêter la fin du monde – ou tout du moins l’appel d’un Grand Ancien, mais prennent quand même le temps d’aller à une soirée pour croiser cette fille. En un mot comme en mille, j’avais trouvé l’écriture de Benoît Minville très juste, notamment en ce qui concerne les personnages. Forcément, j’avais plutôt hâte de me plonger dans la seconde partie de ce diptyque, d’autant que le premier tome finissait par une disparition.

Comment vous dire que cette suite a été largement à la hauteur de mes attentes. Je l’avais déjà dit dans ma première chronique mais je le redis ici : je n’arrive pas à croire que je n’avais jamais lu Benoît Minville avant ça. Croyez-moi, je vais faire en sorte que ça change !

Dans la suite de Héros, on retrouve nos personnages six mois après le drame de la fin du premier tome (je ne vous en dis pas plus). La vie quotidienne a repris son cours comme elle pouvait, chacun essaye d’aller de l’avant, mais pour Matéo et José, la chose est autrement plus difficile. Les deux garçons vivent dans un genre de flou, où il est plus ou moins admis par leur entourage que l’histoire qu’ils racontent n’est qu’une histoire qu’ils se racontent pour arriver à surmonter ces événements traumatiques.

Parallèlement, les amis essayent de gérer ce qui s’approche pour moi d’une forme de deuil assez global : le deuil véritable pour les gens qu’ils ont perdus lors du premier tome, mais aussi une autre forme de deuil, peut-être plus subtile, à savoir la perte de leur innocence et la prise de conscience extrêmement violente que tout ce qu’ils pouvaient avoir imaginé pour leur vie future ne sera pas. J’ai trouvé cet aspect très bien mis en avant par Benoît Minville. Là encore, les personnages sont profondément bien écrits et terriblement attachants, y compris avec leurs défauts. Alors que dans le premier tome j’avais eu tendance à trouver certains personnages un peu agaçants, j’ai beaucoup aimé les retrouver ici et je me suis vue avoir beaucoup de tendresse par exemple pour José, malgré son côté YouTubeur complotiste qui m’a forcément fait grincer des dents.

Comme d’habitude pour moi, l’écriture des personnages est un point qui me tient vraiment très à cœur, et j’ai vraiment aimé retrouver – comme dans le premier tome – la capacité qu’a l’auteur à écrire des personnages hauts en couleurs et tout simplement justes. Il n’est pas si simple de faire le portrait d’adolescents sans tomber dans la caricature et je trouve que Benoît Minville s’en sort à merveille, en nous proposant des personnages forts et fragiles à la fois, fondamentalement imparfaits mais terriblement réalistes et sincères.

J’ai aussi aimé qu’à nos personnages du précédent tome vienne se rajouter un nouveau protagoniste féminin un peu plus présent que Shaïna et Tiff, qui restent plus en retrait de l’intrigue. D’autant que Manon est difficile à cerner pendant une bonne partie du roman, ce qui implique vraiment beaucoup le lecteur. Élevée dans un orphelinat vraiment pas comme les autres, elle a des pouvoirs qui semblent très liés à la BD Héros et plus encore à la « suite » que les garçons écrivent dans le premier tome Héritage.

En bref, avec ce second tome, on tombe dans un univers un peu plus sombre, mais toujours aussi riche en émotion. Comme pour le premier tome, donc, si vous aimez le fantastique, la BD, l’aventure ou les portraits d’adolescents réussis, lancez-vous dans Héros !

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *