Monsieur – Une copie détournée de 50 Nuances

25/07/2019

Titre : Monsieur

Auteur : E. L. James

Editions : JC Lattès

Prix : 17,00 €

Parution : 29 mai 2019

Nombre de pages : 470 pages

Genre : Romance érotique, suspense

Résumé : Après le phénomène Cinquante Nuances, E L James nous offre, avec Monsieur, une nouvelle histoire d’amour pleine de passion et de suspense.

LONDRES, 2019. Le séduisant Maxim Trevelyan a toujours mené une vie facile. Riche aristocrate, il n’a jamais travaillé et a rarement dormi seul. Et lorsque la tragédie frappe, son existence est bouleversée. Maxim hérite du titre, de la fortune et des domaines familiaux, avec toutes les responsabilités que cela implique. Un rôle auquel il n’est pas préparé.

Mais son plus grand défi est de lutter contre son irrépressible attirance pour une jeune femme au passé trouble, dénuée de tout, qui vient d’arriver en Angleterre. Fasciné par cette mystérieuse musicienne, aussi discrète que belle, Maxim voit son désir se transformer en amour ; un sentiment qui lui est encore inconnu.

Qui est vraiment Alessia Demachi ? Maxim peut-il la protéger du péril qui la menace ? Et comment réagira-t-elle, lorsqu’elle découvrira que lui aussi cache des secrets ?

Du cœur de Londres aux Cornouailles sauvages en passant par la beauté austère des Balkans, Monsieur est un thriller érotique qui tiendra le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

.

Je remercie les éditions JC Lattès pour l’envoi de ce roman. Au moment de leur sortie j’avais vraiment bien apprécié les 50 Nuances, premiers romans d’E. L. James, et c’est donc naturellement que j’ai voulu découvrir celui-ci. Au vu du résumé, j’avais tout de même peur de lire un copier/coller de l’histoire d’Ana et Christian… Et malheureusement, à quelques changements près, c’est plus ou moins ce qu’il s’est passé. En moins bien.  

Déjà les ingrédients de base sont les mêmes que dans 50 Nuances, à savoir une romance érotique avec un soupçon de suspense. S’il n’y avait que ça, passe encore. Mais non… Le problème, c’est que j’ai vraiment eu l’impression de lire 50 Nuances en moins bien, puisque le développement des personnages est pratiquement absent dans cette histoire. Mais aussi et surtout, absolument tout ce qui arrive au cours de l’intrigue est prévisible, franchement on n’est surpris à aucun moment. L’auteur se contente de reprendre des personnages (avec des soi-disant secrets qui n’en sont pas, on devine tout dès le début), des situations, un fil rouge, etc. qui ont déjà été vus et revus 1000x sans rien innover à aucun moment… Et en plus de tout, il y a ce ressenti qu’il ne se passe pas grand-chose dans cette histoire, franchement on tourne souvent en rond, ça devient répétitif (je pense particulièrement à tout le passage en Cornouailles pour ce point). Enfin, j’ai trouvé que finalement il n’y avait aucune réelle difficulté sur la route de nos deux protagonistes, tout est trop facile.

On parlait beaucoup en mal de Christian Grey à l’époque de 50 Nuances, mais je trouve que Maxim a vachement de quoi le concurrencer. Jeune homme fortuné, beau, à qui tout réussit, qui enchaîne les coups d’un soir… Jusqu’à l’arrivée de sa nouvelle femme de ménage. Pendant toute une partie du roman, il pense uniquement avec ce qu’il a entre les jambes, même au début de sa relation avec Alessia… En plus d’affubler cette dernière de toutes sortes de sobriquets dans ses pensées, au lieu de la respecter un minimum et de la considérer par son prénom. Franchement à un moment je me suis même demandé s’il n’allait pas abuser d’elle au vu de ses pensées et de son comportement… Mais non, pouf, comme par magie d’une page à l’autre « Monsieur » se transforme et on passe du jour à la nuit, de l’égoïste narcissique au gentleman romantique…

Quant à Alessia, pareil, rien de nouveau sous les tropiques. Comme Ana dans les 50 Nuances, Alessia est ici le stéréotype même de la jeune vierge naïve, innocente, qui tombe sous le charme du milliardaire qui lui apprendra tout sur le sexe. Malheureusement je n’ai pas réussi à m’attacher à elle, je ne sais pas trop pourquoi, sans doute à cause de son côté très enfantin, trop enfantin, qui la fait passer pour une vraie cruche par moments. De plus, toute la gravité de sa situation semble elle aussi balayée en deux temps trois mouvements en fin de roman, et ça a encore réduit la crédibilité de l’histoire. D’ailleurs, niveau crédibilité, ne parlons même pas des scènes de sexe… (spoiler : Alessia, qui est vierge, parvient sans mal à faire l’amour plusieurs fois de suite dans la même journée que sa première fois, elle a immédiatement un orgasme vaginal, etc.)  

Après, comme pour les autres romans de l’auteur, il faut reconnaître que ça se lit très vite et que c’est prenant, mais je dirais que c’est le seul point positif du roman. Toujours au niveau de la plume, j’ai aussi été un peu désarçonnée par les 2 narrations différentes en fonction du personnage concerné (interne pour Maxim, externe pour Alessia), le tout changeant d’un moment à l’autre dans un même chapitre.  

En bref, je vous conseille ce livre si vous appréciez l’écriture de l’auteur, car elle ne change pas dans ce nouveau roman. Par contre, si vous cherchez des personnages bien construits et une intrigue originale, passez votre chemin, vous risquez fortement d’être déçus ! Je ne sais pas s’il y aura une suite (puisque certains élément restent flous à la fin, intentionnellement ou pas ?) mais si c’est le cas, je pense tout de même lui laisser sa chance en espérant qu’elle sera meilleure que le premier tome !

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *