Normal - Un récit atypique !

04/07/2019

Titre : Normal

Auteur : Warren Ellis

Editions : Le Livre de Poche

Prix : 6,90 €

Parution : 15 mai 2019

Nombre de pages : 168 pages

Genre : Science-Fiction

Résumé : « C’était calme. Vraiment calme. Il n’avait rien connu d’aussi proche de la privation sensorielle depuis… quand ? L’enfance ?
Il grimaça en pensant aux gigaoctets qui l’attendraient lorsqu’il récupérerait son téléphone et retrouverait du signal. Mince. Il était vraiment isolé. C’était une amputation. Il s’aperçut qu’il était complètement démuni. Il n’était plus vraiment un homme, mais un simple moignon cautérisé qu’on laissait pourrir dans une petite chambre. »
À l’institut Normal Head on accueille des veilleurs stratégiques civils ou militaires rendus fous par leurs visions de bouleversements géopolitiques, guerres de drones et apocalypses diverses. Quand un jour on retrouve à la place d’un patient un tas d’insectes dans son lit, les névrosés et déséquilibrés du centre se lancent dans une folle enquête, entre aliénation et surveillance…

.

Normal fait partie de ces romans dont il est particulièrement difficile de parler. D’une part parce qu’il est très court – le spoil est finalement rapidement arrivé – mais surtout, parce qu’il est tellement atypique qu’il n’est comparable à aucun autre et par conséquent la seule façon d’en avoir conscience est de le découvrir soi-même. Sachez tout de même que j’ai beaucoup aimé cette lecture, assez spéciale, pour laquelle je remercie les éditions Le Livre de Poche. 

Vous imaginez bien que présenter une intrigue qui tient en 160 pages n’est pas simple, je vais donc volontairement faire le choix de ne pas le faire. J’estime en effet que le résumé est suffisamment explicite pour pouvoir s’en contenter. En revanche, je vais plutôt m’attarder sur mon ressenti qui, je ne vous le cache pas, n’a pas cessé de changer entre le moment où j’ai refermé le bouquin et celui où je me suis installé pour rédiger cette chronique. Tout au long de ma lecture j’avais effectivement  l’impression de ne rien comprendre. Le style de l’auteur est très simple, bien que parfois onirique sur les bords, cependant, la narration en elle-même me semblait complètement loufoque, voire insensée. Et c’est justement le but ! Mais cela, je ne l’ai compris qu’à la fin, lorsque intervient un gros retournement de situation qui remet totalement en cause la vision qu’on avait de l’histoire. 

Situé dans un hôpital psychiatrique, Normal de Warren Ellis porte finalement bien son nom, car comment juger la normalité d’une personne entourée d’autres, considérées anormales ? Là est tout le propos de cette histoire qui pose des questions sur notre rapport à la technologie, à la science, à la politique mais aussi à la santé mentale. D’ailleurs, je vous préviens, ne lisez peut-être pas ce roman si vous traversez une période difficile car vous risquez de déprimer encore plus. Pour tout vous dire, j’ai personnellement ressenti plus ou moins la même chose que devant un épisode de Black Mirror, à la fois de la gêne, de la peur mais aussi un profond mal-être, comme si tout dans le monde allait mal mais qu’on ne s’en rendait pas compte à cause de tous les artifices qui nous empêchent de le remarquer. Au final, maintenant que j’y pense, il n’en fallait peut-être pas plus que 160 pages…

En somme, cette histoire n’a de normale que son nom, son intrigue et ses personnages étant à l’opposé de ce qui se fait aujourd’hui. Pour ne rien vous cacher je suis encore en train de me demander si Warren Ellis est un génie ou un fou… Ou peut-être les deux ? 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *