Stranger Things 3 : un peu d'amour, beaucoup de suspense (spoilers)

10/07/2019

Titre : Stranger Things 3

Créée par : Matt Duffer, Ross Duffer

Avec : Millie Bobby Brown, Finn Wolfhard, David Harbour, Gaten Matarazzo, Caleb McLaughlin, Noah Schnapp, Sadie Sink, Winona Rider, Natalia Dyer, Charlie Heaton, Dacre Montgomery, Maya Hawke, Priah Ferguson, ...

Format : 55 minutes

Diffusion : Netflix

Genre : Drame, fantastique, thriller

Résumé : Rats enragés, New Coke, espionnage soviétique, nouveau centre commercial... À Hawkins, l'été 1985 s'annonce prometteur en aventures, et en changements cruciaux…

Stranger Things a fait son grand retour le 4 juillet dernier dans une saison 3 qui a battu tous les records de vues de Netflix. Et si, en effet, c’est un plaisir de retrouver Eleven, Will et les autres, certains petits défauts et la peur d’une potentielle future saison en trop commencent à se faire ressentir. 

Ne vous méprenez pas : encore une fois, les frères Duffer nous ont concocté une saison détonante, pleine d’humour, d’amour et de suspense. Peut-être presque un peu trop d’amour. D’accord, on a compris, les enfants sont devenus grands mais bon, ce n’est pas ce pour quoi on regarde Stranger Things. Peut-être en ont-il fait un peu trop là-dessus. En revanche, sur le suspense, il y avait pile la dose qu’il fallait. On est complètement happé par l’intrigue et encore une fois, impossible de ne pas binger la saison tant les cliffhangers de fin sont intenses. Cependant, on tire sur la corde et ça se sent…

En effet, la trame narrative est assez répétitive. On est curieux de voir jusqu’où ça peut aller mais on a peur de voir la série se détériorer de plus en plus. Déjà, soyons honnêtes, les saisons sont de moins en moins bien. J’aurais mis 5 cœurs à la saison 1, j’ai mis 5 étoiles à la saison 2, maintenant 4 à la saison 3. Pour une simple et bonne raison : je me demande combien de fois Eleven va-t-elle devoir fermer la fameuse porte de l’upside down et tuer les demorgogons et autres monstres qui en sortent… Pour l’instant, les frères Duffer arrivent à faire en sorte qu’on revienne et qu’on en veuille plus. D’ailleurs, là, je n’ai qu’une hâte : voir la saison 4. Mais encore combien de temps va-t-on se faire avoir par cette intrigue répétitive ?

En réalité, les vrais plus de cette nouvelle saison, ce sont les retrouvailles du duo Steve-Dustin (même si encore une fois, c’est dommage d’avoir éloigné ainsi Dustin de son équipe de base). C’était l’une des valeurs ajoutées de la saison 2 et les frères Duffer ont entendu le public qui a fait savoir qu’il avait été complètement convaincu par ce duo aussi inattendu et touchant que drôle. Aussi, les nouveaux personnages sont rapidement intégrés et attachants. Que ce soit Robin, la collègue de Steve, Suzie, la copine de Dustin — qui ne fait qu’une brève mais remarquable apparition, on espère la voir plus dans la saison 4 — ou encore Erica, la petite sœur de Lucas, elles tirent toutes parfaitement leur épingle du jeu. Comme promis par les frères Duffer, Erica intègre l’équipe de son frère et elle le fait avec un charisme renversant. Quant au scientifique russe Alexei, il est lui aussi adorable et il est difficile de ne pas craquer lorsqu’on le voit siroter son Coca à l’arrière d’une voiture ou heureux d’avoir gagné un nounours Woody Wood Pecker ou encore rendre les clés de la voiture à Hopper en lui disant qu’il aime bien la fraise finalement. 

Et si les personnages sont toujours aussi réussis les uns que les autres, c’est aussi grâce au talent presque fou des acteurs et actrices qui les interprètent. Je pense à Millie Bobby Brown notamment qui, lors de cette saison, m’a littéralement scotchée. Du haut de ses 15 ans, elle est déjà une actrice incroyable. Elle en met plein la vue et comme dit dans la critique de la saison 2 : elle ira très loin avec des Oscars et tout ce qui va avec. Elle est extraordinaire et c’est d’autant plus surprenant que, comme déjà dit plus haut, elle n’a que 15 ans.

Et si je me plaignais de la redondance de l’intrigue, je dois cependant reconnaître un point aux frères Duffer, c’est que quand ils disent quelque chose, ils ne mentent pas. À chaque nouvelle saison, ils nous promettent que le nouveau monstre sera toujours de plus en plus effrayant et ils n’ont pas tort. Le monstre de cette saison 3 est encore plus flippant que les demogorgons de la saison 1 et de la saison 2 réunies. Et ça, c’est vraiment bien. En revanche, j’ai quand même envie de taper un coup de gueule sur le grand « méchant » de cette saison : j’ai nommé Billy. Et là, mon coup de gueule ne concerne pas l’intrigue mais plus les groupies du personnage. Ok, Dacre Montgomery qui le joue est très beau et interprète magnifiquement ce garçon arrogant et sûr de lui. Mais juste parce que l’acteur est beau, ses groupies oublient que ce n’est pas quelqu’un de bien. Ok, son passé est hyper triste, il a été élevé par un connard qui battait sa femme et qui l’humilie au quotidien. Mais ça n’excuse pas son comportement, soit le harcèlement qu’il a fait subir à Steve, son racisme décomplexé envers Lucas, son attirance creepy envers des mères de famille ou encore sa grossophobie et l’humiliation publique envers un garçon en surpoids. Ses groupies se plaignent de sa fin et estiment qu’il n’a pas eu le droit à sa rédemption. J’ai envie de leur dire que c’est tout l’inverse. Il a eu la fin parfaite. Après tout ce qu’il a subi et a fait subir, d’un point de vue intrigue, mourir en se sacrifiant et en protégeant Eleven était la meilleure chose qui pouvait arriver à Billy. Honnêtement, s’il avait survécu, qu’aurait-il apporté de plus à la saison 4 ? Franchement, en développement de personnage, on a eu Steve. S’il y en avait 36 comme ça, ce serait vite lassant et surtout, pas réaliste du tout. 

La dernière chose que je trouve dommage mais qui là, en revanche, n’est réellement de la faute de personne, c’est le fait que les personnages grandissent. Eleven, Will, Mike et les autres ont grandi tellement vite… Et personnellement, je trouvais que c’était plus prenant et intéressant de voir des enfants face à ces phénomènes paranormaux comme dans la saison 1 que des adolescents. Le fait qu’ils soient petits apportait une réelle valeur ajoutée comparé aux autres séries. En adolescents, on avait déjà Nancy, Jonathan et Steve. Aujourd’hui, tous les protagonistes, excepté Erica, sont des ados et je trouve ça un peu dommage. 

Pour conclure, même si j’en donne sûrement l’effet inverse avec cet article qui énumère les défauts de la saison les uns après les autres, j’ai vraiment beaucoup aimé cette nouvelle saison. J’ai énormément ri et j’ai été complètement happée par l’histoire qui, pour l’instant, est toujours aussi efficace et convaincante. J’ai également été touchée et j’ai failli verser ma petite larmichette à la fin du dernier épisode. D’ailleurs, je tiens à partager ici ma petite théorie : je suis persuadée — et les frères Duffer ont plutôt intérêt à ce que ce soit vrai — que « l’Américain » enfermé dans une prison au fin fond de la Russie, c’est Hopper. Et j’espère vraiment que c’est la réalité parce qu’une saison 4 de Stranger Things sans lui, ce ne serait pas Stranger Things. Car évidemment, je n’en ai pas parlé dans cet article, mais que ce soit Hopper ou Joyce, ils sont clairement des éléments forts de cette saison et de toute cette série. Et c’était une super saison qui ne nous donne qu’une hâte : découvrir la suite ! 

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser l’art de sa dégustation en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et au voyage. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *