The Mirror : de l'autre côté...

20/07/2019

Titre : The mirror

Réalisateur : Mike Flanagan

Avec : Karen Gillan, Brenton Thwaites, Rory Cochrane, …

Genre : Horreur

Durée : 1h40

Nationalité : États-Unis

Sortie : 2014

Résumé : De son titre original et moins passe-partout « Oculus », le film suit Tim, un jeune homme sortant de dix années en institution psychiatrique, retrouvant sa sœur Kaylie. Tous deux sont marqués par un accident familial que la dernière explique par une présence maléfique dans un ancien miroir. Ils vont dès lors passer la soirée à s’opposer sur la nature maléfique ou non de l’objet.

.

S’il est désormais installé parmi les grands noms du fantastique actuel avec « The Haunting of Hill House », Mike Flanagan avait déjà offert de très bons films de genre victimes de distributions hasardeuses, comme par exemple « The Mirror ».

Mike Flanagan pose déjà plusieurs thématiques qui ressurgiront au fur et à mesure de sa filmographie, comme le traumatisme familial traversant les années. En cela, on pourrait rattacher le superbe épisode 6 de Hill House au traitement narratif de « The Mirror » par sa gestion temporelle raccrochant les douleurs passées et présentes, parfois par un seul et même plan. On sent ainsi une vraie implication pour ses personnages et le drame vécu, tout en offrant une opposition passionnante. Cela s’amorce lors de retrouvailles quand Flanagan va changer d’axe par le biais d’un plan pour souligner le malaise inhérent d’une réplique ainsi que le basculement idéologique entre nos héros. Tout se jouera sur une lutte entre un questionnement pertinent et des réponses institutionalisées avant que la nature du film (assez prévisible il est vrai) se révèle.

L’aspect horrifique est géré avec une certaine subtilité, que ce soit par le biais de set up pay off bien amenés ou d’autres idées assez passionnantes. C’est ainsi que ce sont des caméras placées autour du miroir qui servent de relais de confiance par rapport à la réalité des événements de la soirée, soulignant la véracité de l’image tout en ne tombant pas dans le found footage, ce qui aurait sans doute nui au récit. Flanagan joue de sa mise en scène mais surtout du montage pour graduellement faire monter l’horreur avant un final aussi cruel qu’un miroir qui semble avoir pris le contrôle de la mise en scène…

Modeste en apparence, « The Mirror » est riche de détails scénaristiques ou visuels qui forment globalement une œuvre passionnante et qui aurait largement mérité une distribution en salles françaises (bien que la Belgique y ait eut droit, nah !). En résumé, le film amorce les recherches cinématographiques d’un des plus grands talents du fantastique actuel…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *