5000 km entre nous (Allison Raskin & Gaby Dunn)

20/08/2019

Titre : 5000 km entre nous

Auteur : Allison Raskin & Gaby Dunn

Editions : Flammarion Jeunesse

Prix : 16,00 €

Parution : 19 juin 2019

Nombre de pages : 359 pages

Genre : Épistolaire

Résumé : Ava Helmer à Jenny
Chère Meilleure Amie,
C'est le cœur lourd que je t'écris le premier de ce qui sera, j'imagine, une longue série d'e-mails détaillant chaque seconde de nos vies d'étudiantes. Grandis ! Épanouis-toi ! Expérimente des choses pour que je n'aie pas à le faire. Tu vas me manquer chaque seconde de chaque jour. Je sais déjà que je vais détester tout le monde sauf toi.
Ava Helmer (cette petite brune qui ne te lâche jamais)

Jenny Goldman à Ava
On est encore dans la même pièce, espèce de cinglée. Arrête de pleurer.
J. (la blonde hyper embarrassée par les grandes scènes d'émotion)

.

Je remercie les éditions Flammarion Jeunesse pour l’envoi de ce roman. C’est surtout le côté épistolaire (je lis très peu de romans de ce genre mais pour une fois, j’avais envie) et « amitié décomplexée » qui me donnait envie de lire cette histoire. Cependant, au sortir de cette lecture, je dois dire que même si j’ai lu le roman en une journée, je suis plutôt mitigée sur celui-ci.

Ici nous suivons Ava et Jenny, deux amies qui entrent en fac, mais pas ensemble au sein du même établissement. Jenny se rend à Boston (sur la côte Est) pour étudier les sciences humaines tandis qu’Ava reste dans leur région d’origine, à Los Angeles (sur la côte Ouest), pour étudier le cinéma. 5000km de distance les séparent donc. Ce qui fait l’originalité de cette « histoire » ? Tous les échanges entre Jenny et Ava se font soit par mails, soit par SMS.

Alors je ne sais pas si cette histoire est ne serait-ce qu’un peu autobiographique, mais ce qui est sûr, c’est que ces échanges ne m’ont pas donné envie d’aller voir les vidéos YouTube des deux demoiselles auteures de celle-ci. J’ai surtout été totalement rebutée par le personnage de Jenny, du coup je ne sais pas si elle est censée correspondre à une des deux auteures mais si oui, mon dieu quelle calamité… Autant tout du long j’ai apprécié Ava (bon un peu moins en tout début de roman, je l’avoue), qui n’est certes pas exempte de défauts mais à qui on « pardonne » plus facilement (étant donné ses problèmes d’anxiété assez importants et ses TOC), autant je suis restée totalement hermétique à Jenny, que je n’ai appréciée à aucun moment. Je l’ai trouvée bien trop centrée sur elle-même et décidément, je n’arrive pas à adhérer à ce truc d’aujourd’hui dans lequel des filles/garçons se sentent légitimes de coucher à droite à gauche en permanence sous couvert d’expérimentation. Alors chacun(e) a effectivement le droit de sortir avec, coucher avec, aimer, etc. qui il/elle veut, mais ce n’est pas une raison pour traiter les gens comme des déchets dont on se débarrasse dès qu’on en a ingéré le contenu. C’est quelque chose qui m’a vraiment dérangée, d’autant plus quand Jenny s’en prend à Ava par-dessus le marché alors que celle-ci ne fait que la mettre face aux faits.

À côté de ça, j’ai tout de même dévoré ce roman sur une journée à peine. Cela s’explique par le « format », exclusivement constitué d’échanges de mails et de SMS, ce qui rend la lecture très fluide, dynamique et rapide. Il n’y a pas réellement d’histoire à proprement parler, on ne fait que suivre Ava et Jenny dans leur quotidien d’étudiantes et de ce fait, après un moment, les situations se répètent et on tourne en rond. Malgré tout, le roman fait le job, à savoir nous faire passer un moment détente, sans prise de tête, de saison.

C’est vraiment dommage car en dehors des points négatifs cités ci-dessus, le roman est plutôt réaliste et retranscrit bien tout ce qui va de pair avec cette période de la vie, où l’on n’est (bientôt) plus vraiment des ados mais pas encore des adultes. Il nous montre aussi qu’il est parfaitement possible d’entretenir une amitié à distance, bien qu’il y aura forcément toujours des hauts et des bas et que tout ne sera pas parfait dans le meilleur des mondes. Par ailleurs, c’est aussi une histoire actuelle avec pas mal de références à la pop culture qui peuvent faire sourire ceux qui s’y connaissent un minimum dans le sujet.

En bref, j’ai passé un moment de lecture sympa mais qui aurait définitivement pu l’être davantage si le personnage de Jenny avait été autre chose que ce qu’il est dans le cas présent. Difficile d’adorer une lecture quand on a envie de mettre des claques tout du long à l’un des personnages principaux !

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *