Au bout de trois (Maureen Johnson)

08/08/2019

Titre : Au bout de trois

Auteur : Maureen Johnson

Editions : Hachette

Prix : 15,90€

Parution : 5 juin 2019

Nombre de pages : 390 pages

Genre : Young adult, LGBTQ+

Résumé : Mel, Nina et Avery ont toujours formé un inséparable trio de copines, mais l’été de leurs dix-sept ans va tout changer. Cet été-là, alors que Nina profite des vacances pour participer à un stage scolaire, Mel et Avery commencent une relation qu’elles cachent à tous, même à leur meilleure amie. Cette trêve estivale ne pouvait cependant pas durer et, peu de temps après la rentrée, Nina découvre leur secret. Mel et Avery doivent alors faire face au regard des autres, à l’intolérance et au rejet, mais aussi au regard qu’elles portent sur elles-mêmes. D’autant que même si Nina essaye de les soutenir, elle se pose des questions. Et peu à peu, le trio explose.

.

Je remercie les éditions Hachette pour l’envoi de ce roman. Je ne sais pas exactement ce qui m’a attirée dans cette histoire mais peu importe, le fait est qu’elle a retenu mon attention. Après lecture, je peux vous dire que comme pour les raisons qui m’ont poussée à découvrir cette histoire, j’ai du mal à mettre des mots sur mon ressenti, qui est globalement mitigé.

Je pense que le problème, me concernant, c’est que je m’attendais à quelque chose de plus poussé, surtout au niveau des thèmes de l’homosexualité et de la romance. Évidemment l’homosexualité est abordée à travers la relation entre Mel et Avery, les questionnements de chacune, la réaction de leur entourage, le harcèlement, etc. et pourtant, je trouve que l’auteure est restée trop en surface, de manière générale mais tout particulièrement dans les passages amoureux entre les deux jeunes filles, ou même dans les passages amoureux tout court. Alors je ne m’attendais pas à lire des scènes détaillées style 50 Nuances, mais je ne m’attendais pas non plus à ce que l’auteure fasse totalement l’impasse sur ce point… Du coup ça entraîne un manque d’émotion flagrant. Autre problème : la fin. Je l’ai trouvée à la fois beaucoup trop bâclée et ouverte, comme si l’auteure avait prévu une suite… alors qu’il me semble qu’il s’agit d’un one shot. C’est un vrai roman « tranche de vie » mais je trouve que l’auteure n’a pas bien su le délimiter au niveau de la fin, qui aurait peut-être mérité un épilogue pour être plus intéressante et marquante.  

J’ai eu un peu de mal avec les personnages également. Celle que j’ai le moins aimée est clairement Avery, qui a passé son temps à faire la girouette de la première à la dernière page. Alors certes elle est adolescente, c’est une période de la vie où on se cherche, on expérimente, mais ça n’en reste pas moins énervant à la longue, d’autant plus que de cela découle très peu de considération pour ses amies. Quant à Mel, je l’ai trouvée trop niaise, trop dépendante et trop naïve. Par contre, contre toute attente, alors que je pensais que ce serait celle que j’aimerais le moins, c’est Nina que j’ai le plus appréciée. Elle renvoie l’impression d’une personne assez hautaine au début du roman, et pourtant au final c’est elle qui se préoccupe le plus de ses amies, et ce en dépit de ses propres problèmes. Quant aux pensées qu’elle a par moments et qu’on pourrait prendre à tort pour de l’homophobie, il n’en est rien : c’est plutôt de la maladresse et un manque de compréhension, qui se comble au fur et à mesure de l’histoire.  

En ce qui concerne la plume de l’auteure, vraiment rien d’exceptionnel à signaler, elle reste classique avec quelques longueurs par-ci par-là, et les événements qu’elle nous conte sont assez prévisibles (cependant, à sa décharge, je ne crois pas que son but était de faire du sensationnel). Par contre, je dois reconnaître qu’elle a vraiment su donner un ton réaliste à son histoire, c’est clairement une situation qui pourrait arriver à n’importe le(s)quel(s) d’entre nous ou de nos proches.

En bref, je n’ai pas passé un mauvais moment de lecture avec ce roman mais en ce qui me concerne, il reste trop conventionnel et léger, pas assez approfondi pour réellement me toucher. Mais ça reste une histoire sympathique donc n’hésitez pas à la découvrir, peut-être que vous y trouverez votre compte !

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *