Fast & Furious : Hobbs & Shaw

25/08/2019

Titre : Fast & Furious : Hobbs & Shaw

Réalisateur : David Leitch

Avec : Dwayne Johnson, Jason Statham, Idris Elba, Vanessa Kirby, Helen Mirren, ...

Genre : Action

Durée : 2h16

Nationalité : Américain

Sortie : 7 août 2019

Résumé : L’agent fédéral Luke Hobbs et le mercenaire britannique Deckard Shaw se sont affrontés par le passé et se méprisent. Mais lorsque Brixton, un cyber-terroriste génétiquement modifié, dérobe une arme de destruction massive auprès de l’un des meilleurs agents du MI6, Hattie Shaw, les deux ennemis vont devoir faire équipe malgré eux et défier cette menace, pour une mission qui s’annonce musclée.

.

Il y a un peu moins de vingt ans, le premier opus d’une nouvelle franchise sous le nom de Fast and Furious voyait le jour, avec Vin Diesel et Paul Walker en vedettes. Depuis, la saga n’a cessé d’en faire voir de toutes les couleurs à Dominic Toretto et sa bande au cours de ses huit films. Elle ne compte d’ailleurs pas s’arrêter là, puisque le neuvième Fast and Furious est en cours de tournage. Mais cet été, la saga revient d’abord avec son spin-off Hobbs & Shaw, centré sur les deux personnages vus dans les précédents opus. On y retrouve en tête d’affiche Dwayne Johnson, interprétant l’agent fédéral Luke Hobbs, apparu pour la première fois dans Fast and Furious 5 (2011) et Jason Statham, campant Deckard Shaw, le mercenaire britannique, vu en antagoniste dans Fast and Furious 7 (2015). Beaucoup de choses ont donc changé en cette vingtaine d’années, mais pas l’essence principale de la série : la vitesse, le sens de la famille, les cascades spectaculaires et les voitures démentielles.

Hobbs & Shaw est à la fois une suite et une série dérivée de la saga originale, s’éloignant ouvertement des courses de voitures pour se tourner vers une mission de plus grande ampleur, plus proche des films d’espionnage. L’idée de ce dérivé est apparue lors du tournage du huitième film, les producteurs ont jugé que ces deux personnages avaient un potentiel assez intéressant pour poursuivre de leur propre côté.

C’est l’habitué des films d’action, David Leitch, que l’on retrouve en charge de la réalisation. Cet ancien cascadeur et doublure de Brad Pitt est notamment à l’origine de John Wick, Atomic Blonde ou encore Deadpool 2.

Le tournage, débuté le 10 septembre 2018, a pris place à Londres, puis sur le site de la centrale électrique d’Eggborough –récemment désaffectée- afin de reproduire le décor d’une centrale nucléaire. En janvier 2019, le tournage des quelques scènes chez les Samoa a eu lieu dans une raffinerie de sucre désaffectée de 16 hectares sur l’île hawaïenne de Kauai. Il faut savoir qu’un budget de 200 millions de dollars a été nécessaire pour cette nouvelle superproduction hollywoodienne.

Le film commence deux ans après les événements de Fast and Furious 8. On retrouve d’un côté Luke Hobbs (Dwayne Johnson), le fidèle agent des Forces d’intervention de la sécurité diplomatique des Etats-Unis, toujours droit et combattant pour la justice ; et d’un autre côté, Deckard Shaw (Jason Statham), ancien militaire d’élite britannique, devenu un mercenaire implacable et bataillant selon ses propres codes. Les deux hommes se sont affronté violemment au cours du septième film et se détestent ouvertement depuis. Mais une menace plus grande que leur mépris réciproque va les forcer à travailler en équipe. Cette menace porte le nom de Brixton, un anarchiste génétiquement renforcé, interprété par nul autre qu’Idris Elba. Celui-ci a mis la main sur un virus pouvant tuer la moitié de la population et compte bien l’utiliser, forçant les deux hommes à s’allier pour combattre ce nouvel ennemi redoutable. Mais ces deux-là vont aussi avoir affaire, sur leur route, à une certaine Hattie Shaw (Vanessa Kirby), brillante membre du MI6, et entre autre sœur de Deckard Shaw (dont nous avions déjà rencontré le frère Owen, antagoniste lui aussi dans les précédents Fast and Furious).

Au menu de ce nouvel opus donc : une querelle constante entre Hobbs et Shaw, qui ne cessent de s’envoyer piques après piques, des cascades complètement dingues –et toujours plus irréalistes, mais c’est aussi le but recherché-, de la bagarre, des gros bras et des bolides ahurissants. Le tout accompagné de musiques entraînantes rythmant les coups de poing et les moteurs vrombissant.

Dwayne Johnson et Jason Statham sont dans leur élément et nous livrent ici ce qu’ils ont l’habitude de faire, n’hésitant d’ailleurs pas les gros clins d’œil à leur propre carrière, tandis que le charismatique Idris Elba semble se plaire à jouer le méchant de l’histoire, le cyber-terroriste Brixton.

L’addition d’un calibre indéniable à ce film est la fabuleuse Vanessa Kirby (vue précédemment dans The Crown, où elle était stupéfiante en Margaret, ou encore plus récemment dans Mission Impossible : Fallout), qui interprète Hattie, agent accompli du MI6 et sœur de Deckard Shaw (Jason Statham). L’actrice et son personnage apportent une véritable fraîcheur à ce film noyé sous la testostérone. D’autant plus qu’Hattie Shaw est tout aussi redoutable que ses camarades masculins. Quant à Helen Mirren, son temps à l’écran peut être compté sur les doigts d’une main, et son personnage pourtant malicieux –n’étant nul autre que la mère des Shaw- n’est absolument pas exploité.

Maintenant, passons aux points positifs du film. D’abord, il faut admettre que les effets spéciaux sont plutôt bien réalisés. L’humour est également très présent dans le film, notamment avec les nombreuses piques entre les personnages, et appréciable pour ma part –bien qu’il puisse apparaître probablement lourd pour certains au bout d’un moment. Vanessa Kirby en Hattie Shaw est un autre bon point du film, car sans elle celui-ci ne serait peuplé que de « gros bras ». Or, sa présence est centrale et dynamique en tant que protagoniste féminine principale et y apparaît convaincante. Tandis qu’Idris Elba se démarque en vilain redoutable. De plus, des apparitions surprises au casting font sourire tant elles sont inattendues.

Par ailleurs, l’alchimie entre les deux protagonistes principaux, Hobbs et Shaw, et le duo formé par Dwayne Johnson et Jason Statham fonctionnent à merveille, apportant une véritable énergie au film, qui véhicule notamment les valeurs de la famille et du pardon. De plus, les échanges entre ces deux-là sont irrésistibles.

Mais pourtant, un certain nombre de points négatifs sont aussi à noter. Il faut avouer par exemple que le scénario n’est pas très inventif et reprend les aspects habituels de ce genre de film. Tandis que la crédibilité de l’histoire est mise à rude épreuve, avec ses cascades et actions loin d’être réalistes et ces surhommes qui ne sont jamais véritablement blessés, quelle que soit la chute ou les coups qu’ils subissent.

D’autre part, ce spin-off de Fast and Furious s’éloigne fortement de la série originale et de son esprit, loin des courses de voitures et bien plus proche d’un Mission Impossible. Ce qui est d’autant plus dommage, pour un film qui se clame comme suite de cette franchise, c’est que l’on ne voit pas un seul des acteurs de la saga originale apparaître, ne serait-ce que le temps d’une pauvre scène. Dès lors, la dénomination sous « Fast and Furious » ne semble être qu’une simple excuse pour reprendre les deux personnages principaux et leur passé commun, issus de cette saga, car tout le long du film on se sent s’éloigner de l’esprit de la saga originale.

Néanmoins, les cascades dantesques et effets spéciaux impressionnants, toujours plus élaborés, reflètent les sommes d’argent dépensées pour rendre l’action la plus divertissante possible. De plus, Hobbs & Shaw est conforme en tous points à ce qu’il faut d’attendre d’une superproduction d’été (et on ne peut pas véritablement le lui reprocher) puisqu’on y retrouve de la bagarre, des cascades, des explosions par-ci et par-là, bref l’action attendue pour ce genre de film. Il est sûr que la psychologie des personnages n’est pas la priorité dans ce type de longs-métrages, bien qu’ici ce n’est pas totalement vide de ce côté-là. Mais en vérité on le sait déjà avant même d’entrer dans la salle, et on ne va surtout pas voir ce film dans ce but précis.

Ce que je retiens de ce film -qui s’avère plus semblable à un Mission Impossible- est qu’au fond, il rejoint tout de même les Fast and Furious sur son sens de la famille et de la camaraderie. Bien sûr, je le trouve très éloigné de la saga originale et avec un scénario tout à fait basique. Mais je pense aussi que l’avantage avec ce film, c’est que l’on sait ce que l’on va voir avant même d’y être : de l’action, des gros bras, de l’humour par ci-par-là, des cascades et des effets spéciaux en veux-tu en voilà. Et au fond, je trouve cela plutôt plaisant, car c’est un film sans prise de tête.

Au final Hobbs & Shaw répond à sa promesse de superproduction hollywoodienne et reste un bon film pour se détendre après une dure journée de travail. Un divertissement dopé à l’action devant lequel il suffit de s’asseoir sans réfléchir.

En bref, Fast & Furious : Hobbs & Shaw est le film d’été grand public, qui est tout ce qu’on s’attend qu’il soit, sans surprise mais pas sans action !

.

Bercée par la magie de Disney, j’aime me perdre à imaginer et créer de belles histoires. Je passe le plus clair de mon temps libre assise dans une salle de cinéma et l’actu ciné suffit à égayer ma petite journée.
6 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *