Meurtre mode d'emploi (à l'usage des jeunes filles) - Une lecture divertissante

16/08/2019

Titre : Meurtre mode d'emploi (à l'usage des jeunes filles)

Auteur : Holly Jackson

Editions : Casterman

Prix : 17,95 €

Parution : 29 mai 2019

Nombre de pages : 522 pages

Genre : Thriller (Young Adult)

Résumé : Il y a cinq ans, Sal Singh s'est accusé du meurtre de sa petite amie, Andie Bell, avant de se donner la mort. La police est sûre que l'affaire est résolue. Toute la ville aussi. Sauf Pippa... La jeune fille réouvre alors l'enquête et déterre un à un des secrets compromettants au sujet d'Andie. a este des suspects se rallonge. Mais à trop s'approcher de la vérité, Pippa alerte aussi le véritable meurtrier... se mettant elle-même en danger.

.

Entre deux lectures lourdes et pesantes je cherchais quelque chose de divertissant qui me ferait passer un bon moment sans me prendre la tête. Meurtre mode d’emploi (à l’usage des jeunes filles) s’est donc révélé un excellent choix puisqu’il s’agissait à priori d’un thriller Young Adult dans lequel une jeune fille allait enquêter sur une affaire bouclée depuis cinq ans. J’imaginais donc une intrigue prenante, bourrée d’action et de twists, ce qui a finalement été le cas. Toutefois, ce n’est pas parce qu’il y beaucoup de retournements de situation qu’il sont forcément de qualité… Et en l’occurrence j’ai quand même pas mal de fois grincé des dents au cours de ma lecture pour l’envoi de laquelle je remercie néanmoins les éditions Casterman.

Avec tous les thrillers Young Adult que j’ai lus récemment, je vous avoue que je commence à me demander à quoi pensent les auteurs en les écrivant. Un adolescent n’est pas un attardé à qui on peut faire gober n’importe quoi. Alors pourquoi inventer des situations rocambolesques qui n’ont ni queue ni tête simplement pour faire avancer une intrigue ? J’ai l’impression que les thrillers pour ados deviennent de plus en plus stéréotypés et enfantins, alors que les romans d’un autre genre (fantasy, contemporain, science-fiction, …) qui s’adressent à cette tranche d’âge délivrent bien souvent des messages profonds qui poussent à réfléchir. 

Ce serait mentir que de vous dire que j’ai passé un mauvais moment. En réalité, j’ai trouvé les personnages très attachants et je me suis rapidement pris au jeu de cette enquête menée par une jeune fille (Pip) dans le cadre de son TPE. Mais c’est surtout des petits détails tout au long de la narration qui m’ont fait lever les yeux au ciel. J’ai remarqué qu’on se plaint souvent du rapport entre l’âge d’un protagoniste et ses agissements/discours, notamment lorsqu’il s’agit d’un enfant. Lorsqu’un gamin de sept ans parle comme un adulte ce n’est pas très cohérent. Et bien figurez-vous que j’ai vu ici le cas inverse ! Pip, qui a dix-huit ans et est en terminale, m’a donné l’impression d’en avoir dix et de sortir tout juste de l’école primaire. D’une part à cause de ses expressions… Honnêtement, vous avez déjà vu un ado sur le point d’aller à l’université balancer des « nom d’un pepperoni » à tout bout de champ ? Et puis il y a son comportement aussi, et sa façon de penser qui m’ont rappelé mes nièces du temps où elles n’étaient pas encore au collège. Je ne peux pas vous donner d’exemples concrets sans spoiler mais il y a un vrai décalage entre la mentalité de Pip et l’âge que l’auteure lui a attribué…

L’intrigue s’est quant à elle révélée plutôt prenante et addictive, même si on a encore eu droit à l’éternel cliché de l’adolescente qui vient résoudre à elle seule une enquête qu’une équipe de policiers expérimentés a bâclée. Ce n’est pas tant le fait qu’elle y arrive mais le procédé par lequel elle y arrive, et les moyens dont elle dispose. Au fil de l’histoire on apprend que les policiers n’ont pas interrogé la moitié des témoins, qu’ils n’ont effectué aucune recherche véritable et se sont contentés d’accuser le premier venu parce que son comportement était un peu louche. J’aurais franchement pu laisser couler si le dénouement avait été à la hauteur, mais là encore l’auteure a décidé d’apporter une explication déjà vue un nombre incalculable de fois dans les thrillers. 

En somme, c’est vraiment mitigé que j’ai refermé le roman parce que même si sur le coup je n’ai pas passé un moment désagréable, je me suis rendu compte qu’il ne m’avait rien apporté non plus. J’aurais donc tendance à vous le recommander si vous aimez les enquêtes rapides et entraînantes qui vous divertissent le temps de quelques heures mais qui ne vous laissent pas une empreinte indélébile sur la durée.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *