Sherlock Holmes : Élémentaire, mon cher Watson !

16/08/2019

Titre : Sherlock Holmes

Réalisateur : Guy Ritchie

Avec : Robert Downey Jr, Jude Law, Mark Strong, ...

Genre : Action

Durée : 2h08

Nationalité : États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne

Sortie : 2010

Résumé : Aucune énigme ne résiste longtemps à Sherlock Holmes... Flanqué de son fidèle ami le Docteur John Watson, l'intrépide et légendaire détective traque sans relâche les criminels de tous poils. Ses armes : un sens aigu de l'observation et de la déduction, une érudition et une curiosité tous azimuts; accessoirement, une droite redoutable...
Mais une menace sans précédent plane aujourd'hui sur Londres - et c'est exactement le genre de challenge dont notre homme a besoin pour ne pas sombrer dans l'ennui et la mélancolie.
Après qu'une série de meurtres rituels a ensanglanté Londres, Holmes et Watson réussissent à intercepter le coupable : Lord Blackwood. A l'approche de son éxécution, ce sinistre adepte de la magie noire annonce qu'il reviendra du royaume des morts pour exercer la plus terrible des vengeances.
La panique s'empare de la ville après l'apparente résurrection de Blackwood. Scotland Yard donne sa langue au chat, et Sherlock Holmes se lance aussitôt avec fougue dans la plus étrange et la plus périlleuse de ses enquêtes...

.

La figure de Sherlock Holmes est sans aucun doute parmi les plus charismatiques de la fiction. Il n’est dès lors guère étonnant de voir le fameux détective être adapté encore et encore aussi bien à la télévision que sur grand écran. Tandis que la BBC s’offre un duo charismatique à la télé avec Ben et Jerrys Coloscopie, Guy Ritchie propose le duo Robert Downey Jr-Jude Law avec un certain succès.

Même si, contrairement à la série de Steven Moffat et Mark Gatiss, ce « Sherlock Holmes » reste ancré dans une période contemporaine à la publication des romans de Conan Doyle, il s’en dégage une énergie purement Ritchienne (copyright déposé à mon nom, déso pas déso) et assez moderne. Elle profite d’un Robert Downey Jr investi dans sa prestation, loin de faire du simple Tony Stark comme il a pu le faire au fur et à mesure des années. Jude Law amène lui un véritable flegme, un faux calme qui nourrit son Watson et permet de créer un véritable équilibre entre les deux et moins un Sherlock supérieur envers son ami inutile, malgré l’arrogance évidente du premier aussi présente que dans les romans.

On s’amuse beaucoup sur la manière dont le film détricote l’approche fantastique initiale avec une vraie détermination de divertissement fun et amusant. Les bons mots fusent tout comme des bagarres divertissantes ainsi qu’un mystère assez bien amené. La réussite repose également sur le restant du casting, que ce soit une Rachel McAdams impeccable en Irène Adler ou un Mark Strong excellant en permanence dans des rôles de méchant tout aussi charismatiques qu’ils sont différents de par sa subtilité de jeu. Quant à Ritchie, il fait conserver à son Sherlock un côté british cockney à l’opposé du british pince-sans-rire de la version télévisuelle de la BBC.

Bref, cette relecture du plus célèbre des détectives (à égalité avec Batman) est assez fraîche et prodigue, dix ans après sa sortie, un amusement non feint qui incite régulièrement à un certain re-visionnage. Pas le plus grand des divertissements mais assez réussi pour tenir sur la durée.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *