Sherlock Holmes : Jeu d'ombres

23/08/2019

Titre : Sherlock Holmes : Jeu d'ombres

Réalisateur : Guy Ritchie

Avec : Robert Downey Jr, Jude Law, Noomie Rapace, ...

Genre : Action

Durée : 2h09

Nationalité : États-Unis, Grande-Bretagne

Sortie : 2011

Résumé : Sherlock Holmes a toujours été réputé pour être l'homme à l'esprit le plus affûté de son époque. Jusqu'au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d'une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène…

.

Il était logique, au vu de la popularité toujours forte de Sherlock Holmes, de voir une suite arriver sur les écrans. Il était tout aussi logique d’y placer la némésis du célèbre détective, annoncée dès le premier volet, le professeur James Moriarty. Après de nombreuses rumeurs annonçant entre autres Brad Pitt dans la peau du fameux méchant, c’est Jared Harris qui fut choisi pour l’incarner. Un choix assez judicieux vu le talent du britannique dont le jeu posé sied à merveille en comparaison de la vivacité de Robert Downey Jr.

Guy Ritchie profite du contexte historique pour placer en toile de fond les mécanismes politiques qui amèneront à la première guerre mondiale. Cette crainte d’événement belliciste profite pour souligner le machiavélisme du méchant, cherchant à mettre au plus tôt le feu à la poudrière afin d’en tirer un avantage personnel. Moriarty s’installe ainsi directement comme un bon antagoniste, n’hésitant pas à faire disparaître rapidement un personnage grandement apprécié et ce après quelques minutes à peine. Donc, si cette variation du méchant s’oppose à l’interprétation extravagante (et avons-le, jouissive) d’Andrew Scott, elle se place dans un rapport de force intéressant par rapport à cette vision de Sherlock.

Guy Ritchie continue d’apporter sa touche dynamique à la réalisation, bien aidé au montage par James Herbert. Il prolonge bien l’écriture de ses deux personnages principaux, fait des ajouts qui aident à sa narration et appose son style au long-métrage, ce qui va bien évidemment diviser le public. En tout cas, Ritchie continue à jouer de son envie de faire plaisir au public jusque dans un climax à la tension bien amenée.

Comme son prédécesseur, « Sherlock Holmes : Jeu d’ombres » s’avère être plus que plaisant, gérant avec réussite ses personnages et la nature pop-cornesque du film. Un bon blockbuster qui, s’il n’est pas parfait, dispose du style de son metteur en scène assez reconnaissable (à l’opposé de l’exécrable remake d’Aladdin, mais chut…).

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *