Guardians of the Galaxy volume 2

16/09/2019

Titre : Guardians of the Galaxy volume 2

Réalisateur : James Gunn

Avec : Chris Pratt, Zoe Saladana, Kurt Russell, ...

Genre : Action, Super-Héros

Durée : 2h17

Nationalité : États-Unis

Sortie : Avril 2017

Résumé : Musicalement accompagné de la "Awesome Mixtape n°2" (la musique qu'écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l'équipe alors qu'elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu'ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l'univers Marvel.

.

Faire la suite d’un film aussi apprécié que « Les Gardiens de la Galaxie », même en dehors de Marvel,  n’était pas le projet le plus facile à faire. Pourtant, James Gunn en profite pour approfondir ses personnages et en tirer l’un des divertissements les plus colorés et amusants des années 2010.

C’est ainsi que le film se travaille en différents duos, permettant à chaque personnage de dévoiler une différente personnalité par le biais d’un autre et d’établir des protagonistes à la dramaturgie non feinte. Le prétexte des retrouvailles entre Star-Lord et son père permet ainsi de travailler sur une thématique de paternité assez touchante, notamment par l’existence d’un triangle émotionnel comportant Yondu. La nature familiale du groupe se révèle assez prégnante et permet au film de se dédouaner assez facilement des ressorts perpétuels du MCU. Thanos est à peine cité et sert plus d’élément dramatique hors champ que d’outil annonciateur réellement marqué. Ce que cherche ici James Gunn, c’est appuyer ses héros et les dévoiler un peu plus plutôt que de s’inscrire directement dans le schéma promotionnel de Marvel.

Cela se retrouve également dans la mise en scène, bien plus reconnaissable et personnelle que celle des produits interchangeables autres effectués par des yes man avec autant de personnalité que des pancartes (ne citons pas de noms, on a déjà assez critiqué Alan Taylor et Jonn Watts). La photographie colorée instaure une ambiance autre et particulière. James Gunn cite ainsi visuellement de nombreux récits de SF aux tons autres tels que « Flash Gordon » ou « H2G2 ». Cela permet également à Gunn de citer ses inspirations et la manière dont celles-ci l’ont marqué tout comme Star-Lord. Bien que plus discret que dans d’autres films récents, le long-métrage parle ainsi de pop culture de manière sous-jacente et la manière dont elle détermine des peuples (les bornes d’arcade, logique pour un peuple se relevant de la supériorité sur les autres) et individuellement (Star-Lord se transformant en Pac-Man, Ego prenant pour quelques instants l’apparence de David Hasselhoff), le tout sans tomber dans le référentiel gratuit et en nourrissant les personnages aussi bien en tant que famille qu’en tant qu’individus.

Il est donc incompréhensible de voir autant de dédain envers cette suite généreuse narrativement et visuellement avec une certaine recherche assez unique par rapport au tout venant blockbusteresque, aussi bien chez Marvel qu’ailleurs. Difficile donc de ne pas continuer à aimer cette bande de renégats au ton aussi rock que sincère…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *