Le week-end (Natasha Preston)

18/09/2019

Titre : Le week-end

Auteur : Natasha Preston

Editions : Le Livre de Poche Jeunesse

Prix : 7,90€

Parution : 26 juin 2019

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Young adult, thriller

Résumé : Un week-end entre amis, dans un chalet loin de tout. C'est exactement ce dont Mackenzie avait besoin. La bande se retrouve, impatiente que la fête commence. Un verre, puis deux. Et la nuit tombe dans l'oubli. Au réveil, c'est l'horreur. Deux d'entre eux sont morts. Sauvagement assassinés. Aucune trace d'effraction, ni signe de lutte. Les cinq survivants n'ont d'autre choix que de se suspecter... car quelqu'un ne dit pas la vérité.

.

Je remercie les éditions Le Livre de Poche Jeunesse pour l’envoi de ce livre. Il s’agit du second roman de cette auteure que je lis après La cave, qui m’avait laissé un sentiment mitigé. Toutefois, j’ai voulu donner une seconde chance à l’auteure avec Le week-end, qui par ailleurs avait un résumé qui me tentait bien. Malheureusement, je crois que les choses vont s’arrêter là entre Natasha Preston et moi…

Déjà, il faut savoir que je m’attendais à lire un huis clos prenant place dans le chalet où se déroule le fameux week-end dont il est question dans le titre, mais ce n’est pas le cas. En fait, si on y passe une cinquantaine de pages, c’est déjà trop. Mais bon, passe encore, l’erreur vient de ma part et de mon interprétation de la quatrième de couverture, ça n’empêchait pas une éventuelle bonne histoire pour autant.

Non, ce qui est triste à dire, c’est que je n’ai rien apprécié dans ce roman. En réalité je ne me suis sentie concernée, engagée à aucun moment au cours de ma lecture, elle m’a réellement laissée indifférente. Pour commencer, les personnages : je n’en ai apprécié aucun. Ils manquent totalement de logique et d’équilibre dans leurs comportements, leurs réactions, etc. et j’ai eu l’impression qu’ils pouvaient basculer d’un extrême à l’autre en moins de deux sans raison valable. J’ai aussi trouvé que leurs propos étaient souvent répétitifs, et ça en devenait vraiment énervant après un moment. Mackenzie, en particulier, est une vraie girouette : à chaque fois qu’un des secrets de ses amis est dévoilé, elle décide de ne plus leur faire confiance pour ensuite balayer tout ça quelques pages plus loin quand un nouveau secret est mis au jour pour prendre la place du précédent. Clairement, pour la subtilité on repassera ! Et ne parlons même pas de certains personnages qui n’apportent RIEN à l’intrigue (coucou inspecteur Wright !), ce qui est problématique surtout quand ils sont justement censés être des personnages importants. En ce qui concerne la romance, si on peut appeler ça comme ça, j’y suis restée totalement hermétique. Les choses vont bien trop vite et dans des circonstances malsaines pour qu’on y croie, et par la suite j’ai trouvé qu’il n’y avait absolument aucune alchimie entre les deux personnages concernés.

Une seule chose a permis que j’aille au bout de ce roman : j’étais vraiment curieuse de savoir qui était le coupable, même si je ne m’attendais pas à une révélation qui me laisse bouche bée au vu de la qualité du reste du bouquin. Et je ne m’étais pas trompée puisque, déception à nouveau, la « grande révélation » n’en est pas une et manque totalement de crédibilité, pour moi il n’y a aucune vraie explication valable. Et ne parlons même pas de la toute fin du roman, fin qui n’en est même pas une… Ça ne m’étonne d’ailleurs pas que, comme l’auteure le précise dans les remerciements, elle se soit amusée en l’écrivant : elle a dû s’imaginer la tête des lecteurs en écrivant (entre autre) son dénouement super nul et se dire « je vous ai bien eus »…

En bref, vous l’aurez compris, j’aurais tendance à ne pas vous recommander ce roman. En ce qui me concerne, l’aventure Natasha Preston s’arrête ici, et je ne compte donc pas lire Awake (qui semble dans la même veine que La cave et Le week-end) ni aucun de ses autres romans, d’ailleurs.

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *