Mais vous êtes fous : drame de parents, tragédie de couple

03/09/2019

Titre : Mais vous êtes fous

Réalisateur : Audrey Diwan

Avec : Pio Marmai, Céline Sallette, Carole Franck, ...

Genre : Drame

Durée : 1h35

Nationalité : France

Sortie : Avril 2019

Résumé : Roman aime Camille, autant qu’il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d’addiction, qui
pourrait mettre en péril ce qu’il a de plus cher. L’amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue?

.

En complément du disque reçu de Wild Side pour aborder le film, la réalisatrice Audrey Diwan parle de l’histoire l’ayant inspirée pour la création du long-métrage. Le fait qu’elle parle de manière aussi proche d’une mère victime d’un événement semblable au film se ressent tout au long du visionnage tant la sensibilité dans le traitement des personnages frappe. Il y a un réel intérêt de la part de la réalisatrice, un vrai regard aussi doux que le récit se révèle amer, drame de parent autant que drame d’un couple.

De cette façon, l’alchimie entre les toujours excellents Pio « En liberté ! » Marmaï et Céline « Saint Amour » Sallette participe à l’émotion procurée par « Mais vous êtes fous ». Leur sensibilité, la délicatesse qu’ils offrent dans leur prestation est à l’image du film même, dramatiquement chargé sans tomber dans le chantage sentimental ou dans le jugement simpliste. Les deux acteurs sont parfaits dans la peau de parents désemparés, l’un par l’addiction qui a mis le feu au poudre des événements et l’autre dans la sensation de perte, d’incompréhension face à ce qui a pu mener à une telle tragédie.

C’est une histoire de contamination à laquelle on assiste et ce dans plusieurs sens du terme, tant le doute, de soi comme de l’autre, ronge le récit jusqu’à la moelle jusqu’à l’autodestruction. Audrey Diwan, dont c’est le premier passage derrière la caméra et connue pour avoir scénarisé entre autres « Aux yeux de tous » et « La French », permet par la subtilité de sa mise en scène d’affecter au mieux le spectateur par les événements qui sont narrés. Il s’en dégage par moments un faux aspect solaire par les visuels, comme si le drame pouvait à un moment être occulté et guéri comme si de rien n’était.

Bien évidemment, il n’en est rien et c’est ce qui crève le cœur durant le visionnage de « Mais vous êtes fous », drame d’un quotidien bouleversé, d’une famille divisée et d’un couple désuni par l’addiction. C’est un très bon premier long-métrage que nous propose donc Wild Side dans une édition comprenant un entretien avec la réalisatrice-scénariste et le duo Marmai-Sallette. De quoi voir par l’œil des principales réussites un long-métrage aussi délicat que dévastateur, touchant tout en faisant saigner le cœur avec une telle sensation de facilité qu’on le croirait à la portée de n’importe qui. La preuve incontestable de la réussite de ce drame intime…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *