Tout ce que j’aurais dû savoir (Claire LaZebnik)

21/09/2019

Titre : Tout ce que j'aurais dû savoir

Auteur : Claire LaZebnik

Editions : Pocket Jeunesse

Prix : 17,90€

Parution : 18 avril 2019

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Young Adult

Résumé : N'est pas Cupidon qui veut !
Chloé adore sa grande soeur, Ivy, qui est autiste, et elle a peur que ses problèmes de communication ne l'isolent totalement. Décidée à lui trouver un petit ami, elle sélectionne le candidat idéal : Ethan, qui fréquente la même école spécialisée qu'Ivy. Seule ombre au tableau : il est le frère de l'insupportable et arrogant David. Pour jouer les entremetteurs, Chloé et David vont devoir passer beaucoup de temps ensemble. Au fur et à mesure de leurs rencontres, Chloé comprend qu'elle avait tort sur toute la ligne : de la vie amoureuse de sa soeur (qu'elle aurait dû consulter avant toute chose) à David (qui pourrait bien être le seul à vraiment la comprendre).

.

Je remercie les éditions Pocket Jeunesse pour l’envoi de ce livre. Etant souvent intéressée par les histoires qui traitent d’autisme, c’est naturellement que j’ai voulu découvrir celle-ci. Cependant, même si le sujet de l’autisme est en lui-même bien traité, je n’ai pas été séduite plus que ça par ce roman.

Je ne saurais pas exactement mettre le doigt dessus, mais même si j’ai lu ce roman en l’espace de quelques heures seulement, quelque chose a freiné mon enthousiasme vis-à-vis de cette lecture. Je pense plutôt que ce sont plusieurs petites choses mises bout à bout qui font que j’ai ce ressenti, mais soit, vous voyez de quoi je veux parler.

Les personnages, pour commencer, m’ont posé problème.

J’ai eu beaucoup de mal avec David, que je n’ai jamais vraiment réussi à cerner ni à apprécier, il est très désagréable et il le reste tout du long. Bien que ce ne soit pas possible, ou en tout cas je ne pense pas, j’ai eu l’étrange impression que c’était un « autiste refoulé ». Bon, en comparaison avec la forme d’autisme dont sont atteints son frère Ethan et Ivy, la sœur de Chloé, ce n’est peut-être pas aussi flagrant, mais pour moi ça ne fait presque aucun doute. On dirait que l’auteur n’a pas voulu assumer un personnage autiste de plus dans son histoire qui en compte déjà un certain nombre. Et du coup, à cause du comportement de David, à aucun moment je ne suis parvenue à m’investir dans la romance (d’ailleurs si vous lisez ce livre dans le but de lire une romance, passez votre chemin, car ici elle est très secondaire).

Le beau-père de Chloé m’a également tapé sur les nerfs. C’est le stéréotype même du beau-père que les beaux-enfants détestent, et je n’ai pas adhéré au tournant à 180° qui s’opère dans son comportement entre le début et la fin de l’histoire, pour moi ce n’est pas crédible ou en tout cas pas amené assez progressivement pour que ça le soit.

Concernant Chloé, je n’ai pas grand-chose à dire, je ne l’ai pas détestée mais elle ne m’a pas transcendée non plus. Même si j’ai apprécié l’amour fort qu’elle porte à sa sœur, je trouve qu’elle se mêle trop souvent des affaires des autres sans penser forcément aux conséquences.

Par ailleurs, je n’ai eu aucune surprise à la lecture, je m’attendais à plus ou moins tout ce qui est arrivé. Au niveau de la plume, même si elle reste relativement fluide et efficace, je n’ai pas adhéré à l’humour de l’auteur (ou à ses tentatives d’humour car ce n’est pas glorieux), qui passe la plupart du temps par les échanges entre Chloé et David.

Par contre, comme dit dans l’introduction de cette chronique, je trouve que l’auteure a très bien traité le sujet de l’autisme, c’est pour moi le point le plus intéressant de cette histoire. On se rend vraiment compte des difficultés de ces personnes au quotidien, qui doivent faire face à toutes sortes de réactions négatives de la part des autres (parfois même de la part de leurs proches) allant de la peur au rejet en passant par l’incompréhension. D’un autre côté, on réalise aussi que l’amour qui règne dans une famille touchée par l’autisme n’y est pas moins fort que dans les familles plus « traditionnelles ». Au final, nous avons ici un beau message d’amour, d’amitié et de fraternité. La seule chose qui m’a dérangée, c’est une réflexion de Chloé qui pour moi n’a pas lieu d’être (SPOILER : elle dit à la fin qu’elle aimerait trouver à sa sœur, qui est homo, une personne « lesbienne et autiste », mais pourquoi ? Qui a dit qu’une histoire d’amour entre autiste et non-autiste ne pourrait pas fonctionner ?).

En bref, une histoire que j’ai apprécié lire une fois mais que je ne pense pas relire un jour. Je retiendrai tout de même le traitement très juste de l’autisme par l’auteur, mais en ce qui me concerne, le manque de surprise et des personnages peu attachants ont pris le pas sur le positif. 

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *