La pathétique Histoire de Birdie Bloom - Une lecture mitigée

09/10/2019

Titre : La pathétique Histoire de Birdie Bloom

Auteur : Temre Beltz

Editions : Seuil Jeunesse

Prix : 17,50€

Parution : 12 septembre 2019

Nombre de pages : 352 pages

Genre : Fantasy, Jeunesse

Résumé : Au Foyer Salles-Cardeur pour les Pathétiques, la lumière n'entre jamais et Birdie Bloom a appris à être seule et malheureuse. Car c'est ainsi, à Fabulia : les orphelins sont condamnés à une triste existence. Si seulement elle avait une amie, elle pourrait échapper à son terrible sort... Mais comment en trouver une lorsqu'il est interdit de jouer, de rire ou même de parler ?
Alors quand, par erreur, Birdie reçoit une lettre d'Agnès Edmée Crabouille, elle saisit sa chance : Agnès sera cette amie ! Tant pis si c'est une sorcière et que les sorcières, ici, sont encore plus méchantes qu'ailleurs.
Et ensemble, elles mettront fin à l'affreuse tyrannie qui règne sur Fabulia !

.

Une fois n’est pas coutume, je vous parle aujourd’hui d’un livre sur lequel j’ai craqué à cause de sa couverture que je trouvais vraiment très très jolie et à cause de son titre que je trouvais extrêmement intriguant. Qui pouvait donc être cette Birdie Bloom et pourquoi fallait-il que son histoire soit pathétique ? Cette histoire allait-elle être aussi pathétique que les aventures des orphelins Baudelaire étaient désastreuses ? Car oui, j’ai lu et beaucoup aimé Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire et forcément le titre de ce roman m’a un peu rappelé celui de la série du narrateur-mystificateur Lemony Snicket.

En réalité, ce n’est pas tant l’histoire de Birdie qui est pathétique que Birdie elle-même. La jeune fille fait en effet partie d’une mince frange de la population de Fabulia – les Pathétiques, donc – destinée à mourir dans d’atroces souffrances – autrement dit de manière pathétique – de sorte que le reste de la population puisse vivre en paix et que les Triomphants puissent accomplir leur destin… triomphalement. Dans le roman, on est aussi amené à suivre une sorcière abominablement méchante, Agnès, qui vient quant à elle de terminer la lecture du seul livre de magie existant à Fabulia et elle constate, dévastée, que ce livre ne lui a appris que des sorts plutôt médiocres. Très mécontente, elle va écrire au gouvernement pour connaître la marche à suivre lorsque l’on a terminé le seul livre sur le sujet, mais comme vous vous en doutez, tout ne va pas se passer comme prévu et c’est la jeune Birdie qui va recevoir sa lettre…

J’ai beaucoup de mal à trouver les mots pour vous parler de ce roman – de même que j’ai eu beaucoup de mal à lui mettre une note. Concrètement, je l’ai trouvé plutôt original et amusant. L’univers de l’auteure, même s’il n’est pas très creusé (on reste dans de la littérature pour des lecteurs plutôt jeunes donc c’est assez logique) est vraiment très original et on prend plaisir à s’y immerger. Les personnages sont sympathiques et j’ai aimé détester les personnages secondaires parfaitement exécrables que l’auteure met en scène. L’intrigue est bien construite, avec des rebondissements originaux et inattendus qu’on prend plaisir à lire.

Jusque-là tout va bien, me direz-vous. Pourtant, je n’ai pas spécialement passé un bon moment avec ce livre. Malgré toutes ses qualités (bien réelles et que je reconnais sans hésitation), je me suis plutôt ennuyée pendant cette lecture qui m’a accompagnée pendant près de deux semaines alors qu’il s’agit d’un roman plutôt court.

Je pense que l’explication tient en quelques mots à peine, mais je n’ai pas aimé le style d’écriture de l’auteur. Si la première page du roman m’avait plutôt séduite avec un petit mot de remerciement très drôle à destination du lecteur, j’ai trouvé que le recours quasi-systématique aux notes de bas de page interrompait trop le rythme de lecture et donnait un sentiment de… facilité littéraire ? Le narrateur du roman n’est autre que le livre lui-même et il connaît très bien le monde de Fabulia. L’histoire est donc ponctuée de petits intermèdes (sous forme de notes de bas de page) qui précisent tout un tas de détails sur le monde de Fabulia. C’est un procédé avec lequel j’ai du mal parce que j’ai l’impression que l’auteure aurait tout simplement pu intégrer ces notes de bas de page à l’intrigue au lieu de les mettre à part.

L’un dans l’autre, je n’ai pas tellement apprécié ma lecture et je suis très embêtée pour lui mettre une note. Si j’arrive parfaitement à me rendre compte des qualités de ce roman, je n’ai malgré tout pas envie de lui mettre la note que ces qualités me semblent mériter… parce que je me suis plutôt ennuyée pendant toute cette lecture. La question est toujours la même : dois-je noter la qualité de l’ouvrage ou le niveau d’enthousiasme que la lecture m’a procuré ? Pour aujourd’hui on va dire que je coupe la poire en deux, notamment parce que j’ai l’impression que ce que je n’ai pas aimé dans cette lecture a plutôt beaucoup plu à d’autres !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *