Rocketman : La folie d’Elton John en film

03/10/2019

Titre : Rocketman

Réalisateur : Dexter Fletcher

Avec : Taron Egerton, Jamie Bell, Bryce Dallas Howard, Richard Madden, ...

Genre : Biopic, comédie musicale

Durée : 2h00

Nationalité : Britannique

Sortie : 29 mai 2019

Résumé : Rocketman nous raconte la vie hors du commun d’Elton John, depuis ses premiers succès jusqu’à sa consécration internationale. Le film retrace la métamorphose de Reginald Dwight, un jeune pianiste prodige timide, en une superstar mondiale. Il est aujourd’hui connu sous le nom d’Elton John. Son histoire inspirante – sur fond des plus belles chansons de la star – nous fait vivre l’incroyable succès d’un enfant d’une petite ville de province devenu icône de la pop culture mondiale.

.

Quelques mois après le très applaudi Bohemian Rhapsody qui honorait Freddie Mercury, c’est au tour de l’icône pop Elton John de voir sa vie célébrée et ses plus grands tubes réinventés dans Rocketman, le biopic/comédie musicale de Dexter Fletcher. Présenté en Hors Compétition à l’occasion du Festival de Cannes cette année en présence du chanteur de soixante-douze ans, le film n’a pas la prétention de raconter avec exactitude la vie de la rockstar à paillettes mais plutôt de retracer ses souvenirs tout en émotion et à travers des séquences musicales spectaculaires.

Petit rappel : Elton Hercules John, né sous le nom de Reginald Kenneth Dwight, est un chanteur, pianiste et compositeur britannique ayant vendu pas moins de 300 millions de disques au cours de ses cinquante années de carrière. Cette icône mondiale aura incontestablement marqué la culture pop de son empreinte.

Le film de Dexter Fletcher retrace une partie de la vie de l’extravagant chanteur : son enfance, ses débuts dans les années 1970 et le succès fulgurant qu’il a connu, mais aussi ses dérives et sa tendance à l’autodestruction.

Taron Egerton (vu précédemment dans Kingsman) incarne avec brio le showman à lunettes. Sa performance est grandiose, il crève l’écran tant il est transcendé par le rôle. Le jeune acteur s’est livré à 100%, que cela soit physiquement ou émotionnellement : il est passé par un entraînement intensif au chant et au piano pendant plusieurs mois, puis il a ré-enregistré les tubes d’Elton John (qui a été son conseiller tout au long du projet) avec sa propre voix dessus. Un challenge pour le comédien mais aussi un véritable défi pour le film en lui-même, prenant le risque de réinventer des chansons connues de tous en leur donnant un sens inédit. Le résultat, tout comme la voix de l’acteur, ne déçoivent pas. Une chose est sûre : Taron Egerton est parfait dans le rôle. Il y donne toute son énergie, y insufflant la folie ainsi que la vulnérabilité nécessaires.

Concernant le reste du casting, on retrouve Bryce Dallas Howard (Jurassic World, La Couleur des Sentiments) incarnant Sheila, l’égocentrique mère d’Elton John, avec qui il a toujours eu une relation assez toxique. Une femme particulière : froide et distante avec son fils, elle aspirait appartenir à une classe plus prestigieuse que la sienne, coincée dans un mariage avec un homme incapable d’affection envers elle ou son fils. L’actrice est redoutable dans ce rôle, détestable à souhait.

Jamie Bell (vu dans Billy Elliot) interprète Bernie Taupin, parolier mais également l’un des plus grands soutiens et amis d’Elton durant cette période de sa vie. Elton et lui se complétaient parfaitement : l’un musicien et showman de talent, l’autre parolier hors pair. C’est en effet à Bernie Taupin que nous devons les plus célèbres paroles des chansons de Sir Elton John.

Richard Madden (Bodyguard, Cendrillon, Game of Thrones), quant à lui, interprète John Reid, manager et ancien compagnon du chanteur britannique, avec qui il eut une relation assez tumultueuse, abordée dans le film.

Aux manettes de cet hybride entre le biopic et la comédie musicale, on retrouve Dexter Fletcher, le sauveur de Bohemian Rhapsody. Suite au renvoi du réalisateur Bryan Singer du fait de plusieurs scandales, il a été appelé pour reprendre la réalisation du long-métrage dédié au chanteur de Queen. Pourtant, les deux films ne se ressemblent pas tellement. Dexter Fletcher a en effet opté pour une mise en scène dynamique dans Rocketman avec des effets visuels intéressants. Le premier concert du jeune Elton John au Troubadour reste notamment en mémoire : on le découvre totalement habité par sa musique, se tenant en équilibre au ralenti, les mains plaquées sur son piano, absorbant littéralement la foule dans sa folie en la faisant décoller du sol en rythme avec la musique !

Le film s’ouvre sur un Elton John (Taron Egerton) à peine sorti de scène, vêtu de son costume à plumes, qui se précipite vers une réunion des alcooliques anonymes. C’est à travers cette réunion que le chanteur va se mettre à nu au sens littéral comme figuré en racontant son histoire et ses souvenirs. Cela commence par la rencontre du spectateur avec le jeune Reginald Dwight, enfant unique et pianiste prodige, vivant avec ses parents qui n’ont pas le moindre amour à lui offrir : entre un père (Steven Mackintosh) absent et incapable d’avoir une quelconque attention envers son fils et une mère égocentrique (Bryce Dallas Howard), loin d’être un soutien maternel pour son fils. Heureusement que sa grand-mère (Gemma Jones) est présente pour croire en lui et ses rêves.

Au programme donc, de très nombreuses séquences musicales, des costumes toujours plus fantasques et exubérants, les plus grand succès et tubes du chanteur. Il est intéressant de noter que les chansons de la pop-star servent ici de dialogues, racontant chacune à leur façon une partie de son histoire dans le récit.

Mais Rocketman -un projet de dix ans- n’est pas qu’extravagance et chorégraphies déjantées, et n’hésite pas à montrer sans honte les aspects les moins glorieux de la vie du chanteur. Rien que dans l’une des premières scènes, la popstar, toujours en tenue de scène, se confie sur ses différentes addictions. Ainsi, le film se révèle dans un second temps comme une véritable thérapie cinématographique pour la star de la chanson, traitant à la fois de son succès fulgurant, sa célébrité, ses problèmes avec l’alcool et la drogue, ses relations, son coming-out, sa descente en enfer ou encore du rejet parental qu’il a connu. Et bien que scénarisés, ses souvenirs sont honnêtes, laissant une grande place à la sincérité et à l’émotion dans ce tourbillon musical.

Ce que j’ai apprécié dans ce film, c’est à la fois le dynamisme et l’ambiance qui s’en dégagent, les costumes hauts en couleurs, mais aussi la démesure des séquences musicales, qui représentent -à mon sens- plutôt bien la folie de la pop star. L’originalité de ce biopic est accentuée par la reprise de ses chansons en guise de dialogues.

Néanmoins, il est dommage que le film n’aille pas plus loin dans la vie du chanteur et se contente d’une partie de celle-ci. D’autant plus que des répétitions apparaissent à certains moments dans l’histoire.

Et bien que dans le même vent que Bohemian Rhapsody, le film dédié à Elton John n’a pas rencontré le même succès.

En bref, Rocketman est un film coloré, rythmé et pétillant. On y découvre l’homme derrière les lunettes et les costumes à paillettes. Ses performances les plus spectaculaires comme ses failles personnelles les plus profondes y sont dévoilées, permettant une juste balance entre l’émotion, la sincérité et le spectacle. Doté d’un acteur parfaitement taillé pour le rôle-titre, Rocketman est un divertissement qui retrace de façon originale les souvenirs du célèbre chanteur.

Indéniablement, Elton John nous en fait voir de toutes les couleurs !

.

Bercée par la magie de Disney, j’aime me perdre à imaginer et créer de belles histoires. Je passe le plus clair de mon temps libre assise dans une salle de cinéma et l’actu ciné suffit à égayer ma petite journée.
7 I like it
1 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *