La Fabrique des salauds - Une intense saga familiale.

20/11/2019

Titre : La Fabrique des salauds

Auteur : Chris Kraus

Editions : Belfond

Prix : 24,90 €

Parution : 22 août 2019

Nombre de pages : 880 pages

Genre : Historique

Résumé : Une poignée de douleur et de chagrin suffit pour trahir, et une seule étoile scintillant dans la nuit pour qu'un peu de lumière brille par intermittence dans toute cette horreur.
Dans la lignée des Bienveillantes de Jonathan Littell ou de Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, un roman hors normes, une fresque exubérante et tragique, pleine de passion, de sang et de larmes, qui retrace tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris.
À travers l'histoire de Koja, Hubert et Ev Solm, deux frères et leur sœur, sorte de ménage à trois électrique, Chris Kraus nous entraîne dans des zones d'ombre où morale et droiture sont violemment bafouées, et dresse en creux le portrait d'une Europe à l'agonie, soumise à de nouvelles règles du jeu.

Une œuvre impressionnante, magnum opus sur le déclin d'une époque et la naissance d'une nouvelle ère.

.

Ne soyez pas intimidés par le nombre de pages qui, je le concède, est impressionnant. La Fabrique des salauds est une de ces histoires dans lesquelles on se plonge et dont on se délecte sans modération. A la fois prenante et surprenante, touchante et hors du temps, la saga familiale proposée par Chris Kraus offre une plongée brutale dans un XXème siècle secoué par les guerres, les mouvements sociaux et la libération des mœurs. Une lecture déconcertante pour laquelle je remercie les éditions Belfond. 

L’intrigue de ce roman ne pourrait pas être réduite à un seul axe tant les différents aspects abordés sont nombreux. La guerre occupe évidemment une place importante puisqu’on va suivre les personnages avant, pendant et après celle-ci. Une occasion pour l’auteur de revenir sur les traumatismes causés par les conflits mondiaux à travers les yeux de deux frères et une sœur qui essayent de s’en sortir.

Le pan historique est évidemment très présent, d’autant que l’auteur a dû effectuer beaucoup de recherches afin de construire son roman. Les références sont intéressantes et toujours documentées, le mélange entre les protagonistes fictifs et ceux ayant réellement existé particulièrement pertinent. J’ai adoré suivre les péripéties des personnages tout en découvrant l’Histoire décrite d’un autre point de vue. 

Le style de l’auteur est assez déroutant puisqu’il allie avec audace le comique et le tragique. D’une page à l’autre on passe littéralement du rire aux larmes, d’une scène particulièrement belle à une autre parfaitement atroce. C’est d’ailleurs cet ascenseur émotionnel constant qui crée du rythme et permet d’arriver au bout des 900 pages sans s’en rendre compte.

En conclusion j’ai adoré ma lecture du début à la fin, même si j’ai quelques fois ressenti des longueurs qui sont toutefois inévitables dans une saga de cette densité. Je vous conseille donc chaudement cette pépite si vous êtes à la recherche d’une histoire prenante, originale et hors normes.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *