La piscine : sensualité aquatique

17/11/2019

Titre : La piscine

Réalisateur : Jacques Deray

Avec : Alain Delon, Romy Schneider, Maurice Ronet, ...

Genre : Drame, Policier, Romance

Durée : 2h00

Nationalité : France

Sortie : 1969

Résumé : Jean-Paul et Marianne forment un couple idéal et coulent des jours heureux dans leur villa de Saint-Tropez, jusqu'au jour où arrive Harry, au bras de sa fille l'incendiaire Pénélope. Ancien amant de Marianne, l'homme trouble cette vie tranquille. La tension monte.

.

Si le cinéma français semble coincé dans une torpeur des plus importantes, ce serait renier aussi bien la puissance d’œuvres de cinéma récentes ou moins. Dans ce sens, redécouvrir le film de Jacques Deray permet de resituer une possibilité de faire du film d’auteur populaire et sensuelle toujours aussi éclatante, et ce 50 ans après sa sortie.

En effet, l’une des premières choses qui frappe dans ce film est son esthétisation des corps, bien aidée par un casting d’orfèvres aux physiques avantageux soulignant un certain trouble d’époque. Comment en effet ne pas être envoûté par ce quatuor charismatique formé par Alain Delon, Romy Schneider, Jane Birkin et Maurice Ronet ? Deray capte en eux une surbrillance, une étincelle érotique qui met le feu à son film tout au long de ses deux heures.

La piscine du titre devient alors vectrice de questionnements suffocants, d’une ambiance prenante où chacun dévoile de soi dans ce lieu sublimé à souhait, transformant la chaleur de l’endroit et son présupposé bien-être en étouffement moral. Comme le soleil aura poussé l’étranger de Camus à tuer, il prendra place ici comme un protagoniste à part entière, essentiel dans la captation du récit.

C’est ainsi que la tension se fera par des non-dits, des silences devenant de plus en plus perturbants et menaçants, détruisant une construction de façade pour mieux révéler chacun dans sa complexité et dans ce qu’il a de moins affable. C’est cette surdité de la violence, cette attente de l’explosion que l’on sait imminente qui participent au succès de cette œuvre où sur les peaux de ses héros transparaissent les gouttes du doute. Il perle sur la perfection apparente le fruit de sentiments ne pouvant amener qu’à une issue inéluctable. On pourra chipoter sur un dernier quart qui parvient moins à capter l’attention par son ancrage plus forcé dans le polar mais ce n’est qu’une scorie par rapport au résultat final.

On notera que le film est disponible chez M6 dans une édition prestige comportant un Blu-Ray 4K, un Blu-Ray, un DVD et un livret inédit de 32 pages, le tout disposant donc d’une version restaurée du film justifiant sa redécouverte, sans omettre ses nombreux suppléments.

Illustration d’une rancœur destructrice dans une forme de sublimation, « La piscine » conserve sa nature transcendante dans l’érotisme qui nourrit la représentation de ses personnages prêts à couler à leur perte, anéantis par leur propre faiblesse. 50 ans après, Deray nous donne encore une claque visuelle et sensorielle, inscrivant à tout jamais sa piscine dans le panthéon du cinéma français.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *