L'école à la ramasse : un livre d'actualité

26/11/2019

Titre : L'école à la ramasse

Auteur : Michel Fize

Editions : L'archipel

Prix : 17,00€

Parution : 21 août 2019

Nombre de pages : 224 pages

Genre : Témoignage

Résumé : L’école française n’est pas en crise : elle est en faillite.
Elle n’a plus les moyens humains – profs, CPE, surveillants, médecine scolaire – de mener a bien ses missions éducatives.

Si cette « institution zombie » tient encore debout, c’est parce qu’elle est une bureaucratie, aussi rigide qu’anachronique. Mais l’égalité des chances et la justice scolaire sont devenues des leurres. A la réussite d’une élite correspond l’insuccès d’un grand nombre.

Dans les matières fondamentales, français et mathématiques, le niveau baisse de façon alarmante. Quant a l’ordre scolaire, il y a longtemps qu’il est gangréné par les violences et les incivilités.

Une autre école est-elle possible, moins compétitive, plus coopérative, mieux adaptée aux besoins des élèves ?

Une école qui donnerait toute sa place a la culture générale et au français. Qui se soucierait d’évaluer plutôt que de noter, prenant en compte compétences et savoir-faire. Et qui referait du métier d’enseignant « le plus beau métier du monde ».
C’est tout le pari de ce livre, une réponse aux remous suscités par les réformes de Jean-Michel Blanquer.

.

Aaaaah les enseignants, ces fainéants qui sont toujours en vacances. Avouez, c’est ce que pensent la plupart des gens dans notre société. Il serait intéressant de leur offrir ce livre afin qu’ils changent d’avis et se rendent compte de la réalité concernant l’école. 

Je suis Professeur des Ecoles depuis trois ans et en si peu d’années j’ai pu me rendre compte que le métier que j’idéalisais à l’époque quand je préparais le concours n’est pas celui que j’exerce aujourd’hui. On s’imagine que tout est beau, tout est rose, mais une fois dedans on s’aperçoit très vite des dysfonctionnements. Et ce livre met en avant tous les points qui posent problème dans l’éducation nationale de nos jours. 

Être professeur des écoles dans telle ou telle école fait déjà en sorte que les conditions de travail ne sont pas les mêmes. Il est parfois plus difficile ou plus facile d’enseigner dans tel village ou telle ville. Ensuite, l’équipe enseignante présente dans l’école influence aussi votre ressenti. Quand on se sent intégré, forcément on a envie de s’investir pour l’école, pour sa classe sauf que dans certaines écoles l’équipe a explosé pour x ou y raisons, et par exemple les enseignants mangent chacun dans leur classe le midi. Super l’ambiance..

En tant qu’enseignant, on se sent impuissant face aux enfants d’aujourd’hui. A l’époque, quand j’étais petite, je n’avais pas conscience du travail fourni par mes enseignants. Certes, on fait des journées de 6h devant les élèves, en général le midi on reste sur place puisque nous n’avons pas tous la chance d’être à côté de chez soi, donc ça revient à faire une journée de 8h comme tout le monde sachant que ce ne sont pas deux heures de pause le midi. En général, on fait 30 minutes de plus avec des élèves qui ont besoin et ensuite il nous reste une heure et demie pour manger et corriger le travail fait le matin. Sans oublier que pendant les vacances, on passe la moitié de son temps à corriger ce qui n’a pas pu être corrigé à temps, à préparer les semaines à venir, … 

Et dans tout ça les élèves ? Là est le problème aujourd’hui. Les générations défilent et ne se ressemblent pas. Quand on entend dire de partout que le niveau en français et en mathématiques des élèves baisse au fur et à mesure des années, c’est vrai. Certes, sur 25 élèves, on en a 10 très bons, qui ne rentrent pas dans ces critères… mais les 15 autres rencontrent des difficultés d’apprentissage, voire pour certains des retards très importants. Et puis maintenant, on laisse passer tout le monde dans la classe supérieure, et oui c’est mieux ainsi hein… sauf qu’aujourd’hui on se retrouve avec des élèves qui ne savent pas lire, pas écrire dans des classes de CE2/CM1. Normaaaal. On demande aux enseignants de différencier, c’est-à-dire de prendre en compte les difficultés de chacun, tiens celui-ci écrit tout doucement donc il faut lui photocopier l’exercice et comme ça il a juste à compléter, untel n’arrive pas à faire cet exercice de ce niveau et bien on va en faire un autre avec le niveau d’en-dessous… C’est top… mais les enfants tombent de haut lorsqu’ils arrivent au collège et que les enseignants ne le font plus. Ce qui peut se comprendre dans le sens où ils ont plusieurs classes de plusieurs niveaux et ils passeraient leur temps à bosser sans pour autant être payés. Mais lorsqu’on a habitué un enfant à des conditions d’apprentissage et qu’au final au bout de quelques années il n’y a plus rien, c’est la chute libre. 

Je pourrais parler pendant des heures des problèmes rencontrés dans ce métier qui est le plus beau du monde…. on ne parle pas des conditions d’affectation aussi. Et oui, on ne peut pas enseigner dans l’école que l’on veut, ni dans la ville d’à côté de chez soi…. sans avoir une tonne de points. Et comment avoir des points ? C’est simple, 10 points si on est marié ou pacsé, 2 points par enfant et bien sûr quand vous êtes célibataire et sans enfant et bien taisez-vous c’est comme ça. C’est-à-dire que des enseignants qui débutent mais qui ont un(e) conjoint(e) et des enfants passeront devant des enseignants qui enseignent depuis 10 ans pour leur affectation. Je pars du principe qu’un mariage, un pacs et des enfants ça se choisit, on n’impose pas ça… alors pourquoi accorder des points pour des choses que l’on a décidées ? 

Enfin bon, vous voyez, finalement ce métier n’est pas si idéal que ça et au final les vacances c’est peut-être pas grand-chose, à comparer à certains qui ont des CE qui leur permettent d’avoir des tickets cinéma, des tickets resto, ou même encore de partir en vacances à bas prix…. 

Pour résumer : c’est un livre qui reflète l’actualité, un discours poignant qui fait beaucoup réfléchir ! 

.

Agée de 24ans, étudiante en première année de Master de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation. Je suis passionnée de livres (j’aime tous les genres que ça soit thriller, fantastique, témoignage, jeunesse, romance), mais aussi de séries TV puisque j’adore passer ma journée à enchaîner les épisodes les uns après les autres
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *