#Murder (Gretchen McNeil)

28/11/2019

Titre : #Murder

Auteur : Gretchen McNeil

Editions : Page Turners (Milan)

Prix : 16,90 €

Parution : 16 octobre 2019

Nombre de pages : 390 pages

Genre : Young adult, thriller

Résumé : Et si la peine de mort devenait un jeu de télé-réalité ?

Grâce à une application, les honnêtes citoyens peuvent désormais visionner, commenter et partager les exécutions des criminels envoyés sur l'île d'Alcatraz 2.0. Tout y est orchestré pour que leur mise à mort soit du grand spectacle.

Dee, lycéenne, se réveille dans cet enfer, accusée d'un crime qu'elle n'a pas commis.
Des millions de personnes vont-elles assister à son #massacre ?

.

Je remercie Page Turners et Milan pour l’envoi de ce livre. Je dois dire que tout ce qui touche aux dérives des réseaux sociaux et autres technologies modernes a tendance à me fasciner (c’est une grande fan de Black Mirror qui vous parle), et l’histoire de #Murder me semblait plutôt bien rentrer dans cette catégorie.  

J’ai vraiment bien aimé ce contexte de « télé-réalité mortelle », malheureusement au final j’ai trouvé ce roman assez moyen dans l’ensemble. C’est un point bien particulier qui m’a dérangée, mais je ne peux en parler sans spoiler donc, à vos risques et périls (SPOILER : j’ai bien apprécié ma lecture jusqu’à ce qu’on découvre, assez tard dans le roman, que tout ce qui arrive est en fait directement relié à Dee personnellement, et j’ai trouvé ça tout de même un peu tiré par les cheveux. Même si les explications sont plus ou moins plausibles dans l’ensemble, personnellement je n’ai pas adhéré… J’aurais voulu que l’auteur prenne une autre direction avec cette histoire, qu’elle exploite davantage cette base qui aurait mérité un traitement bien plus poussé. Car au final ici, Alcatraz 2.0 n’est qu’un prétexte qui sert à raconter l’histoire personnelle de Dee… Et j’aurais préféré que ce soit l’inverse. J’aurais aimé quelque chose de plus « général », à l’image d’Hunger Games, auquel on pense d’ailleurs vaguement en lisant le début du roman).

Autres problèmes : la plume de l’auteur ainsi que ses personnages. On dirait qu’elle ne savait pas trop sur quel pied danser en écrivant ce roman, puisqu’on a des descriptions de meurtres assez gores et en dehors de ça, pour le reste, une écriture bien trop jeunesse alors qu’on est dans un roman YA qui nous conte tout de même une histoire assez dark… Ou qui est censé en tout cas, parce que franchement ça flirte avec la parodie par moments (c’était peut-être voulu par l’auteur ?). Quant aux personnages, ils ne sont pas matures pour un sou, et j’ai trouvé également zéro crédibilité dans le fait qu’ils arrivent à descendre en un claquement de doigts des tueurs (soi-disant) expérimentés, surtout Dee.

Après, pour le reste, il faut reconnaître que ça se lit vraiment super vite et qu’on veut savoir le fin mot de l’histoire, et donc c’est assez addictif comme lecture. Les chapitres sont entrecoupés de tweets en lien avec l’émission, ce qui fluidifie encore plus la lecture, même si je ne les ai pas trouvés directement utiles à l’histoire à part pour montrer la stupidité des gens et à quel point la violence est banalisée dans la société d’aujourd’hui.

J’ai vu qu’il y avait apparemment un tome 2, mais à ce jour, après être allée lire le résumé en VO, je ne sais pas encore si je me laisserai tenter ou pas… Je n’ai pas passé un mauvais moment de lecture mais en jetant un regard en arrière, je me rends compte que #Murder reste assez creux en terme de richesse de contenu. Dommage !

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *