His Dark Materials : adaptation plutôt réussie !

27/12/2019

Titre : His Dark Materials : A la croisée des mondes

Créée par : Jack Thorne

Avec : Dafne Keen, James McAvoy, Ruth Wilson, Anne-Marie Duff, ...

Format : 60 minutes

Diffusion : OCS, HBO, BBC

Genre : Drame, fantastique

Résumé : Dans un monde parallèle où chaque humain est accompagné d'un daemon (un animal qui est une représentation de leur âme), Lyra Belaqua (Dafne Keen), jeune orpheline recueillie au sein du Jordan College à Oxford, est au coeur d'une mystérieuse affaire impliquant son oncle Lord Asriel (James McAvoy) et une certaine Marisa Coulter (Ruth Wilson). Au même moment, d'étranges cas de disparitions parmi les jeunes enfants de la ville continuent de se produire et lorsque c'est son meilleur ami Roger qui s'évapore dans la nature, Lyra et son daemon Pantalemon se lancent dans une dangereuse mission de sauvetage qui les dépasse complétement.

De son titre français « A la croisée des mondes », His Dark Materials a connu deux adaptations : une au cinéma en 2007 et une autre, la plus récente, sur le petit écran. Si la première adaptation n’a pas su véritablement rendre justice à la trilogie de l’auteur britannique Philip Pullman, la nouvelle bouture proposée par la BBC a quant à elle tout pour plaire. Un casting prometteur, un format plus adapté que celui d’un film et une production qui a su retravailler l’oeuvre originale pour en faire une oeuvre différente, certes, mais fidèle et réussie.

Les premiers épisodes de His Dark Materials : A la croisée des mondes sont une véritable réussite. On entre dans cet univers foisonnant et complexe imaginé par Philip Pullman avec la même excitation et la même poésie que celles que l’on ressent lorsqu’on lit les premières lignes du premier tome d’A la croisée des mondes. C’est d’ailleurs avec un plaisir non feint que l’on découvre cette Angleterre foncièrement steampunk mais toujours aussi élégante que nous la dépeignait l’auteur. On découvre donc le Jordan College et ses dédales tel qu’on l’imaginait à la lecture et quel bonheur de voir incarner les personnages par des acteurs qui leur correspondent à la perfection ! Enfin, malgré leur présence assez peu marquée, les daemons, ces créatures qui accompagnent les habitants de ce monde parallèle, sont impeccablement représentés. En somme, cette nouvelle adaptation nous offre dès les premières minutes une esthétique sans faille, fidèle et prometteuse.

Quant à l’intrigue, il semblerait qu’elle soit elle aussi plutôt restée fidèle à l’oeuvre originale. Cette première saison suit les événements du premier tome Les Lumières du Nord et l’on remarque que très peu de libertés ont été prises, si ce n’est quelques révélations qui arrivent plus vite que dans le déroulé livresque, mais il fallait peut-être sacrifier un peu de suspens sur l’autel du rythme afin de ne pas perdre quelques spectateurs en route. Car l’histoire reste assez complexe pour qui n’est pas familier des romans. Il est question de daemons, de Poussière, de mondes parallèles et ce, dès le premier épisode, de quoi déboussoler mais aussi happer le plus grand nombre. Le rythme est donc soutenu et l’enchaînement des événements rend l’histoire très bingeable dans le sens où l’on souhaite ardemment connaître la suite. Enfin, la portée symbolique d’A la croisée des mondes en fait une histoire aux différents niveaux de lecture, tant et si bien qu’à l’instar du roman, on en tirera selon notre âge et notre approche une leçon différente. Mais il n’en reste pas moins que ce dont il est question ici, à savoir la religion, sa place dans la société mais aussi le pouvoir qu’une organisation omnipotente peut avoir sur tout un chacun via le détournement de la vérité, tout ceci entre en résonance directe avec les plus immédiates préoccupations de notre époque, faisant d’A la croisée des mondes une série presque initiatique à regarder sans modération.

Avec cette adaptation, la BBC fait presque un sans faute, que ce soit au niveau du casting, de la réalisation ou de la BO, tout a été orchestré de telle sorte que l’atmosphère onirique et particulière créée par la plume de Philip Pullman puisse être rendue à l’écran. Au final, entre les amateurs des romans et les aficionados de fantasy, l’on peut dire que tout le monde y trouvera son compte. Une série à ne pas manquer !

.

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *