Adoration : le grand Amour

22/01/2020

Titre : Adoration

Réalisateur : Fabrice Du Welz

Avec : Thomas Gioria, Fantine Harduin, Benoît Poelvoorde, ...

Genre : Drame

Durée : 1h38

Nationalité : Belge, français

Sortie : 22 janvier 2020

Résumé : Paul, un jeune garçon solitaire, rencontre Gloria, la nouvelle patiente de la clinique psychiatrique où travaille sa mère. Tombé amoureux fou de cette adolescente trouble et solaire, Paul va s’enfuir avec elle, loin du monde des adultes...

.

Ceux qui suivent la carrière de Fabrice Du Welz le savent : l’homme est fasciné par l’amour dans ce qu’il a de plus intense, de plus fou et de plus remuant. Sa filmographie est nourrie par son regard envers les extrémités amenées par ce sentiment, rendant ses œuvres uniques dans le domaine. Un journaliste a déclaré que l’intensité de ses films obligeait ceux-ci à s’inscrire dans le genre, ce qui est un bon résumé de sa carrière. Mais on aura beau avoir attendu Adoration, rien ne nous préparait à une telle claque.

Kris Dewitte

C’est une nouvelle fois une sublime poésie et tragédie que nous conte Du Welz avec son long-métrage. Par la jeunesse de ses personnages, il s’adresse au sentiment amoureux avec un regard d’enfant, exacerbant la découverte de l’émoi provoqué avec une force telle que l’on se sent retourné. Il inscrit d’ailleurs son récit dans une forme de conte, une découverte de l’amour certes mais également de la mort avec son lot de doutes et d’interrogations, la tragédie planant en permanence sur l’intrigue comme dans toute bonne histoire romantique.

En ce sens, on se retrouve souvent ému, notamment par l’apparition d’un Benoit Poelvoorde superbe de drame dans une prestation confirmant le talent de l’acteur. Néanmoins, on ne peut nier le talent incandescent des deux jeunes acteurs principaux, Thomas Gioria et Fantine Harduin, tout simplement bouleversants et brûlant l’écran par leur interprétation. Du Welz les sublime, les dépeint avec cette même poésie particulière qui alimente ses films.

La photographie de Manu Dacosse va dans cette orientation, sa gestion de la lumière conférant un ton superbe au long-métrage, hypnotisant tout au long de celui-ci tout en n’hésitant pas à marquer, œuvre décidément brûlante dans son incarnation la plus totale de l’amour par sa pureté enfantine et en même temps sa puissance autre. Réellement, il y a de quoi envoûter tout type de cœur, les brisés, les réparés et les battants par la manière dont Fabrice Du Welz parvient à capter tous les aspects de la passion avec autant d’impact.

Adoration est en effet un film sur l’Amour dans tout ce qu’il peut invoquer, tout ce qu’il peut provoquer, les dégâts et les merveilles qu’il amène, dans une œuvre à la flamme si incandescente qu’elle nous envoûte encore un bon moment après sa découverte. Si vous voulez connaître la définition de l’Amour, demandez donc à Fabrice Du Welz car il nous la propose dans ce qui est incontestablement l’un des films de l’année.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *