Buffy contre les vampires : l’enfer du lycée

13/01/2020

Titre : Buffy contre les vampires : l’enfer du lycée

Auteur : Jordie Bellaire/Dan Mora

Editions : Panini Comics

Prix : 16,00€

Parution : 15 janvier 2020

Nombre de pages : 128 pages

Genre : Action, Drama, Fantastique

Résumé : Buffy Summers entre au lycée et se fait de nouveaux amis : Alex et Willow. Mais elle est également Tueuse de vampires et, pour remplir ses obligations, elle est épaulée par Giles

.

Quand une licence est créée, il y a toujours un moment dans son histoire où elle doit penser à une forme de renouvellement, une tournure neuve afin de s’attirer un public autre, qui n’a peut-être même aucune idée de ce que raconte cette licence. C’est un peu ce qui m’est arrivé lorsque Panini Comics m’a envoyé ce premier tome du comics Buffy : j’avais beau avoir déjà entendu parler de la série et être tombé sur quelques épisodes à la douce époque où j’étais jeune et imberbe, je n’avais aucun rapport particulier avec la création de Joss Whedon. Je me suis même interrogé sur le rapport que je pourrais établir avec cette histoire étant donné que je n’avais qu’une idée assez vague de Buffy, série inscrite sur la liste de ces œuvres que je dois rattraper impérativement mais pour lesquelles je n’ai pas encore eu le temps (liste qu’on a chacun chez soi, il faut bien l’avouer).

Une fois clôturé cet « Enfer du lycée », je me suis rendu compte que j’ai été happé par ce comics. Peut-être est-ce dû au fait que ce dernier reboote la saga, inscrivant l’histoire dans une époque plus moderne et faisant un rafraîchissement pour captiver un public autre (comme moi). Le succès est en tout cas au rendez-vous, déjà par son énergie. Les dessins de Dan Mora captent un certain dynamisme dans l’action tout en appréhendant un certain style visuel tout aussi efficace dans ses moments d’émotion que ceux plus mouvementés, tel ce court cauchemar. Les fans devraient être comblés par la réutilisation des traits de Sarah Michelle Gellar et Allyson Hannigan pour Buffy et Willow.

Mais, et c’est peut-être le point qui m’a le plus touché, il y a quelque chose dans l’écriture de Jordie Bellaire, récompensée en 2014 et 2016 d’un prix Eisner pour son travail de coloriste. Elle parvient en effet à appréhender les questionnements de son héroïne, devant concilier son devoir de tueuse de vampire avec ses obligations scolaires et ses envies de vie plus normale, ainsi que ceux d’un autre personnage dont l’incertitude sentimentale pourrait être reliée avec une certaine actualité et amorçant même en fin de tome un drame aux allures dévastatrices, tout en proposant une mythologie qui a l’air forte et qu’on a hâte de découvrir, et un certain humour qui fonctionne.

Si vous êtes fans de « Buffy », foncez sur cet « Enfer du Lycée ». Si vous ne l’êtes pas, faites-le quand même. Il y a de quoi satisfaire un large public avec cette modernisation efficace et réussie qui donne envie de se (re)plonger dans la série une fois le tome terminé. On a hâte de savoir ce que la suite va proposer !

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *