Channel Zero The Dream Door : n’ouvrez pas la porte…

16/01/2020

Titre : Channel Zero The Dream Door

Créée par : Nick Antosca

Avec : Maria Sten, Brandon Scott, Steven Robertson, ...

Format : 6 épisodes de 40 minutes

Diffusion : 2019

Genre : Horreur, Drame

Résumé : Récemment mariés, Jillian et Tom ont tous deux des secrets l'un pour l'autre. Lorsqu'ils découvrent une étrange porte dans leur sous-sol, leur vie bascule.

.

On avait déjà parlé de la troisième saison de Channel Zero et c’est avec plaisir qu’on aborde la quatrième et ultime salve de cette série horrifique anthologique. Bien moins connue qu’American Horror Story, la création de Nick Antosca mériterait pourtant bien plus d’égard au vu de la manière dont elle se réapproprie des creepypasta avec réussite tout en y mêlant un contenu psychologique fort. Ici, c’est donc au cœur du couple et d’un trauma familial que s’attaquent ces 6 épisodes de 40 minutes, le tout avec une gestion du fantastique assez forte, notamment quand on jette un coup d’œil à la créature principale de cette saison : Pretzel Jack.

Clown contorsionniste et ami imaginaire de Jillian, jeune femme venant d’emménager avec son compagnon, Pretzel Jack apporte son lot de cauchemars, que ce soit lors de sa première apparition ou plus encore lors de son premier meurtre, géré avec effroi par la mise en scène d’E.L. Katz, révélé par Cheap Thrills. Sa manière de présenter son monstre fait partie des gros points forts de cette saison, celle-ci charriant autant de réflexion sur la symbolisation de sentiments négatifs qui ne peuvent être que destructeurs qu’une frayeur des plus fortes lors de ses apparitions.

Néanmoins, même si les promesses horrifiques de la série sont une nouvelle fois tenues et que l’on a droit à quelques moments graphiques qui devraient ravir les amateurs, « The Dream Door » brosse une nouvelle fois des personnages imparfaits qui voient dans le fantastique la cristallisation de leurs doutes intimes. On sent ainsi les interrogations assez universelles sur le couple dans la relation entre Tom et Jillian, profitant d’une interprétation de qualité permettant de se reconnaître dans leurs dilemmes personnels.

Bien vite, la série prend une autre orientation en se permettant d’interroger un autre dilemme émotionnel en lien avec le passé familial des protagonistes tout en n’hésitant pas à se diriger vers des pistes narratives moins attendues mais charriant pourtant correctement les thématiques amenées lors de cette saison. De quoi appuyer en 4 heures l’écriture de qualité de Nick Antosca bien mise en scène par E. L. Katz.

Cette dernière saison de Channel Zero s’avère donc une nouvelle réussite dans le domaine de l’horreur et du fantastique télévisuel. De quoi regretter que Syfy ne prolonge pas d’une nouvelle saison tant le milieu des creepypasta avait encore de quoi offrir de beaux traumatismes sur le petit écran. On se consolera avec l’édition tout aussi réussie d’Elephant Films qui devrait plaire aux amateurs de cette série pas assez abordée…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *