Couleurs de l'incendie

17/01/2020

Titre : Couleurs de l'incendie

Auteur : Pierre Lemaitre et Christian De Metter

Editions : Rue de Sèvres

Prix : 24,00 €

Parution : 19 décembre 2019

Nombre de pages : 174 pages

Genre : Drame, Historique

Résumé : Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement. Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie.

.

Lorsque Christian De Metter s’était attaqué au merveilleux livre de Pierre Lemaitre « Au revoir là-haut », nous n’avions pu que nous incliner devant cette bande dessinée ayant su mettre en images cette histoire inarrêtable avec un art fascinant nous obligeant par moments à nous arrêter pour pouvoir admirer au plus certaines de ses cases et de ses planches. Le voir s’attaquer à sa suite, « Couleurs de l’incendie », ne pouvait qu’amener à une nouvelle réussite. Et effectivement, c’est le cas.

Ainsi, Christian De Metter capte une nouvelle fois le style de Lemaitre et ses personnages, avec des choix de traits captant aussi bien l’imperfection de ses personnages qu’une époque de laquelle on croirait ces images ressortir. La représentation des corps, qu’ils soient habillés ou nus, arrive à appréhender les failles humaines et les doutes de chacun avec un art du dessin fascinant. Chaque choix de cadre relève d’une logique de narration simple en apparence mais captant pourtant si bien les méandres du récit, au point de se demander si Clovis Cornillac, apparemment derrière la future adaptation du roman, ne devrait pas s’inspirer du travail de De Metter pour son film.

Bien évidemment, l’histoire même est passionnante et même si l’on a déjà lu le roman, on a juste envie de se replonger dans celle-ci tant elle prolonge les mésaventures de la famille Péricourt par le biais d’une intrigue aussi sournoise que certains de ses personnages, ne trouvant la motivation que dans le succès et l’argent là où l’atteinte de ces derniers ne peut mener qu’à un sort peu enviable. Rappel que l’ambition humaine est destructrice, « Couleurs de l’incendie » ne tombe jamais dans le moraliste et la bande dessinée parvient à résumer avec éclat toute l’intrigue littéraire sans que l’on ne sente la vitesse de rythme qui handicapait par instants l’adaptation dessinée d’« Au revoir là-haut ».

Cette édition de « Couleurs de l’incendie », proposée par Rue de Sèvres, prouve une nouvelle fois qu’avec un artiste visuellement doué pour mettre en image les écrits de Pierre Lemaitre, ceux-ci restent aussi captivants. De quoi recommander largement cet achat si vous êtes amateur de bande dessinée ou tout simplement d’histoires passionnantes…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *