Je Suis Fille de Rage - Bienvenue au coeur de la Guerre de Sécession

31/01/2020

Titre : Je Suis Fille de Rage

Auteur : Jean-Laurent del Socorro

Editions : Actu SF

Prix : 23,90€

Parution : 11 octobre 2019

Nombre de pages : 519 pages

Genre : Historique, fantastique

Résumé : 1861 : la guerre de Sécession commence. À la Maison Blanche, un huis clos oppose Abraham Lincoln à la Mort elle-même. Le président doit mettre un terme au conflit au plus vite, mais aussi à l’esclavage, car la Faucheuse tient le compte de chaque mort qui tombe. Militaires, affranchis, forceurs de blocus, politiciens, comédiens, poètes... Traversez cette épopée pour la liberté aux côtés de ceux qui la vivent, comme autant de portraits de cette Amérique déchirée par la guerre civile.

.

J’en ai déjà parlé plusieurs fois par ici, mais l’un des moments que j’attends avec impatience chaque année, c’est de pouvoir aller aux Imaginales. Déjà, c’est devenu une petite tradition avec des amies chères à mon cœur parce qu’on se voit peu et qu’on se retrouve chaque année là-bas pour partir à la conquête de nouveaux horizons littéraires. Ensuite, parce que pour une fervente amatrice de littératures de l’imaginaire comme moi, les Imaginales c’est un peu Noël en avance. Et enfin parce que chaque année j’arrive à voir de supers conférenciers et que je repars toujours avec des tonnes de livres et aussi des tonnes d’idées de « livres à lire dès qu’ils seront sortis ». Et aujourd’hui je vous parle de l’un d’eux.

Quand j’ai entendu parler de Je Suis Fille de Rage pour la première fois, le roman n’avait pas encore de titre (ou du moins l’auteur n’en a pas parlé) et c’était aux Imaginales 2019 pendant une conférence sur les liens entre Histoire et fantasy. J’avais à ce moment-là déjà entendu parler de Jean-Laurent del Socorro (notamment parce que son précédent roman Royaume de Vent et de Colères était sur ma liste au père Noël depuis sa sortie). J’étais donc ravie de pouvoir l’écouter parler en conférence et complètement surexcitée quand il nous parlait à demi-mot de son prochain roman. Il faut dire que certains mots-clés ont le don de me faire signer illico presto. Quand on me dit Lincoln et personnage de la Faucheuse… Forcément je suis prête à partir pour une nouvelle aventure !

Verdict après lecture, j’ai vraiment beaucoup aimé Je Suis Fille de Rage, même si ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Comme je vous le disais, le thème de la conférence que j’avais vu n’était autre que l’Histoire en fantasy. Si Jean-Laurent del Socorro avait laissé échapper quelques indices quant à la thématique de ce roman, il n’avait en réalité quasiment donné aucune information et c’est mon petit cerveau avide qui avait fait le reste du travail. Je m’attendais donc à un roman définitivement du côté fantasy de la force. J’imaginais déjà découvrir que la Guerre de Sécession avait certes tourné autour de la question de la fin de l’esclavage mais que parallèlement elle était liée à un enjeu surnaturel d’envergure (un peu à la manière des bandes dessinées L’histoire Secrète si vous voyez de quoi il s’agit). Il m’a fallu peu de temps pour me rendre compte que je m’étais vraiment fourré le doigt dans l’œil jusqu’au coude puisque l’on se rend très vite compte à la lecture que Jean-Laurent del Socorro est complètement du côté historique de la force. En effet, l’auteur a fait des recherches significatives pour rédiger ce roman et autant vous dire que ça se ressent. Il met à la disposition du lecteur une quantité assez extraordinaire de documents – aussi bien des documents d’archives qui sont tout à fait intégrés au déroulement de l’intrigue qu’une bibliographie ma foi assez complète sur le sujet – qui vont accompagner ce dernier tout au long du récit.

Et quel récit ! Car oui, contre toute attente et contrairement à ce qui est d’ordinaire ma spécialité, je n’ai pas basculé dans le désespoir le plus total en me rendant compte que ce roman n’était pas ce que j’avais imaginé. Je dois bien avouer qu’au début j’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit et à me familiariser avec les personnages, mais assez rapidement, je me suis laissée emporter par le récit de l’auteur qui est à la fois terriblement long, puisqu’il suit la Guerre de Sécession du début à la fin, et diablement court. Le roman se découpe en fait en chapitres très courts composés de récits d’une journée – voire de quelques heures – ou de lettres de personnages (fictifs ou historiques) des deux camps impliqués. Si je n’ai pas vécu les aventures magiques que je m’attendais à traverser avec Je Suis Fille de Rage, je n’ai néanmoins pas du tout regretté mon voyage. L’écriture de l’auteur est fluide et très agréable à lire et je n’ai honnêtement pas vu les 500 pages passer. Mais surtout, ce roman m’a fait prendre conscience d’à quel point je ne connaissais rien à l’histoire de cette guerre – et des États-Unis de manière générale. Pour commencer, j’étais persuadée que c’était l’interdiction de l’esclavage directement dans la constitution américaine qui avait déclenché la Guerre de Sécession, or il n’en est rien puisque cette interdiction est passée dans le courant de la guerre. Sans surprise, je ne connaissais aucun des noms des personnages (même les personnages historiques) en dehors de celui de Lincoln. J’ignorais d’ailleurs complètement que la Confédération (donc les états du Sud des USA qui voulaient maintenir l’esclavage) avait eu son propre président pendant cette période.

En bref, je m’attendais à vivre un roman où les personnages magiques et hauts en couleur me tiendraient en haleine et à me plonger dans la page Wikipédia de la Guerre de Sécession à la fin du roman. En réalité, ce roman donne au lecteur l’impression d’être au plus près de cette guerre et c’est ce que j’ai aimé dans celui-ci. Je mentirais si je disais que je n’ai pas un seul instant regretté que l’auteur n’ait pas écrit le roman auquel je pensais (je reste d’ailleurs persuadée que c’était une excellente idée de roman : amis auteurs, si vous passez par-là, écrivez le livre de mes rêves !). Pourtant, j’ai vraiment passé un bon moment avec cette alternative qui n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Les personnages étaient vrais et bien écrits et ont su m’émouvoir (notamment Caroline qui était sans conteste mon personnage favori).

En bref, amateur d’Histoire, rendez-vous sous les drapeaux et on se retrouvera pour assister au dernier discours de Lincoln, à la fin de la guerre !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *