Le Nom du vent - Le premier coup de cœur de la décennie

16/01/2020

Titre : Le Nom du vent

Auteur : Patrick Rothfuss

Editions : Bragelonne

Prix : 50€

Parution : 20 novembre 2019

Nombre de pages : 832 pages

Genre : Fantasy

Résumé : J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi des pistes au clair de lune que personne n'ose évoquer durant le jour. J'ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.

.

Quand on me conseille un livre, encore et encore et encore et encore… J’ai tendance à faire absolument tout pour l’éviter. Il faut dire que le proverbe « chat échaudé craint l’eau froide » me qualifie parfaitement en terme de lecture. TROP de fois, j’ai commencé – fébrile ou presque – à lire un livre tellement ravie, prête à être complètement transportée par l’intrigue et par les personnages et finalement… Finalement « mouais ». Le problème dans ces cas-là, ce n’est pas que le livre est mauvais, ou qu’il n’est pas fait pour moi ou que ce n’est tout simplement pas mon style. Le problème c’est simplement que quand on me dit de nombreuses fois qu’un livre va me secouer autant que la saga Harry Potter l’a fait, j’ai du mal à ne pas être déçue au final. J’ai l’impression d’avoir « gâché » comme ça un certain nombre de romans, avec – en tête – La Passe Miroir dont on m’a tant et tant vanté les louanges que j’ai fini tout à fait déçue à la lecture… parce que ce n’était pas ce que j’attendais.

A force que tout le monde me dise du bien du Nom du vent, j’avoue que j’avais un peu décidé de le mettre sur la liste des livres à lire « un jour peut-être », quand j’aurais oublié à quel point on m’en avait vanté les mérites et que je pourrais me lancer dans l’ouvrage sans attente préalable. Mais bien sûr, c’était sans compter sur les éditions Bragelonne qui ont sorti pour la fin d’année deux éditions collector absolument magnifiques. Pour ma part, j’ai eu la chance de mettre la main sur l’édition collector « simple » (l’édition collector « de luxe » comprend aussi un coffret mais est en édition limitée et numérotée). Cette édition est dans un superbe format avec des illustrations magnifiques… D’ailleurs après avoir reçu mon exemplaire, j’ai personnellement offert cette édition à deux membres de ma famille…

La question était donc : Le Nom du vent allait-il me faire cet effet « boarf » que je redoute tellement ou est-ce que j’allais réussir à passer outre ? Bien sûr, vous avez déjà vu la note donc le suspens ici est très réduit… J’ai absolument adoré ce roman. Du début à la fin, j’ai tout aimé en bloc – et je pense que cette phrase résume aussi bien que possible ce que j’ai pensé du livre parce que tout ce qui va suivre ne sera qu’un entortillement de « ohhh » et de « ahhh » et de petits cœurs dans les yeux.

Le seul petit reproche que j’aurais à faire – et c’est vraiment pour chercher la petite bête – c’est que le roman commence assez lentement.

J’ai aimé suivre Kvothe sur les chemins pendant son enfance, trembler de froid avec lui dans la ville et enfin surtout, j’ai passionnément adoré être à l’université avec lui. Ce qui est assez incroyable, c’est que Kvothe n’est pas du tout le type de personnages que j’apprécie normalement. Il est terriblement intelligent et il le sait, ce qui le rend assez arrogant et affreusement rusé. Pourtant, l’auteur arrive à faire en sorte qu’assez vite le lecteur s’attache à Kvothe comme à un ami très cher. Et en moins de pages qu’il ne faut pour le dire, on se rend compte qu’on a vraiment vraiment du mal à laisser Kvothe quelques heures pour s’adonner à quelques loisirs parfaitement superficiels du type dormir ou travailler.

L’écriture de l’auteur a cette capacité à nous plonger directement dans le récit de manière très imagée. J’aurais du mal à mettre le doigt sur les raisons de cet effet, mais j’ai vraiment eu beaucoup de facilité à me représenter les décors, les personnages et les actions que décrivait Patrick Rothfuss. J’ai trouvé son écriture « lumineuse » si l’on peut dire et très graphique.

Ce côté graphique est d’ailleurs parfaitement mis en valeur par les magnifiques illustrations de Simonetti de cette édition. Personnellement j’ai été complètement secouée par le portrait de Cendre qui m’a tout simplement terrifiée (alors même que j’avais déjà regardé les illustrations avant de me lancer dans la lecture et que celle-ci ne m’avait pas spécialement marquée de prime abord) et absolument fascinée par l’illustration du concert que j’ai trouvée parfaitement représentative de l’ambiance à ce moment-là du roman.

Et alors que le roman fait plus de 800 pages, on se prend à tourner la dernière en se disant que ça ne peut pas être déjà fini. Il y a beaucoup de livres que j’ai lus enfant ou adolescente en les dévorant sans les savourer, regrettant ensuite de ne pas avoir profité de cette lecture, de cette découverte puisqu’il ne pourrait plus jamais y avoir de première rencontre avec les personnages. Et bon sang qu’est-ce que j’ai aimé cette fois-ci prendre mon temps avec ce roman et savourer le fait de tomber petit à petit amoureuse de ces personnages.

En bref, si vous n’avez pas encore lu Le Nom du vent et que vous aussi, vous attendez qu’on arrête de vous en parler pour le lire, c’est perdu parce que je ne suis pas prête de vous laisser tranquille avec ce roman.

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. la version non illustrée est dans ma PAL, j'espère le lire cette année!! ;)

    • Franchement, c'est un pavé donc je comprends que ce soit un peu impressionnant, mais c'est une excellente lecture et en fermant le livre je n'avais qu'une envie... Le relire! J'ai hâte d'avoir ton avis sur la question!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *