Les Willoughby – Un conte diaboliquement drôle

11/01/2020

Titre : Les Willoughby

Auteur : Lois Lowry

Editions : L'école des Loisirs

Prix : 9,80€

Parution : 13 novembre 2019

Nombre de pages : 216 pages

Genre : Littérature jeunesse

Résumé : Imaginez que le livre que vous tenez entre les mains soit l'un de ces vieux romans avec une reliure en cuir marron tout usé. Il raconterait le genre d'histoires qu'on lisait autrefois, pleines de larmes et de bons sentiments. On y croiserait des orphelins forcément valeureux, un bébé abandonné sur les marches d'un perron, un millionnaire vivant dans un taudis ou encore une nourrice au coeur sec... Vous allez rencontrer tous ces personnages dans ce roman. Mais vous découvrirez vite que les enfants Willoughby ne sont pas vraiment orphelins, même s'ils rêvent de se débarrasser de leurs parents. Vous apprendrez que le millionnaire solitaire est aussi un confiseur au grand coeur et la nounou une spécialiste des cookies et de la sculpture antique, ce qui les rend bien plus sympathiques. Il vous reste maintenant à deviner si, comme toutes les histoires d'autrefois, celle-ci se terminera bien...

.

« Un roman abominablement écrit et ignominieusement illustré par l’autrice ». Le ton est donné dès la couverture : amateurs de contes anciens à lire dans une maison reculée, à la lumière seule d’un feu de cheminée, précipitez-vous ! Toutefois, même si les personnages se plaisent à s’identifier eux-mêmes comme les ingrédients phares d’histoires traditionnelles contées à Noël, le ton de l’autrice va bien au-delà, ajoutant à sa concoction un soupçon d’humour et une grande louche de fantaisie. Non sans rappeler l’ambiance sombre et déjantée des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, Les Willoughby est un récit qui se distingue par les portraits originaux de ses personnages.

Vivant quasiment reclus dans une grande maison, la famille Willoughby se compose de quatre enfants aux caractères bien affirmés : si l’aîné fait preuve d’une autorité quasi risible envers ses frères et sœur, les jumeaux se confondent en deux petits soldats interchangeables que même leurs parents ne peuvent distinguer, et la petite dernière peine à trouver sa place dans cette fraternité machiste. Réciproquement horripilés par leurs attitudes fantaisistes agaçantes, parents et enfants ne rêvent que d’une chose : se séparer, pour vivre enfin comme dans les vieilles histoires (ou, comme ils aiment si bien le dire : comme dans un roman vieux jeu).

Entrent en scène une galerie de personnages secondaires, trempés dans des portraits de héros connus de tous, comme la nourrice ingénieuse et bonne cuisinière qui n’a rien de la vieille fille ou de la redoutable Mary Poppins. Quant à la famille qui gravite loin du patriarche millionnaire, son portrait féminin largement teint d’humour noir contraste fortement avec la renaissance du mari délaissé, qui retrouve goût à la vie grâce à l’arrivée miraculeuse d’un couffin devant sa porte.

Érigé à tout prix en roman vieux jeu, Les Willoughby est un formidable modèle du genre : il en revêt tous les aspects, tout en appuyant et se jouant de ses codes. Largement imbibé d’auto-dérision et d’humour rocambolesque, ce conte sombre et léger nous fera danser, rire, peur, … Bref, nous offrira un tumulte d’émotions qui, grâce à la plume toujours claire et travaillée de Lois Lowry, sera partagé par toute la famille !

Merci à L’école des Loisirs pour cette belle réédition à glisser au pied du sapin !

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *