Que les ombres passent aux aveux - Un vrai thriller à ambiance !

13/01/2020

Titre : Que les ombres passent aux aveux

Auteur : Cedric Lalaury

Editions : Préludes

Prix : 17,90 €

Parution : 6 novembre 2019

Nombre de pages : 448 pages

Genre : Thriller

Résumé : Après un drame personnel, Jessie décide de retourner vivre chez son grand-père. Alors que le vieil homme vient de mourir, elle trouve dans sa boîte aux lettres une enveloppe contenant des documents. Ceux-ci évoquent Keowe, terre de leurs racines, dont il ne parlait jamais. Pourquoi lui adresser aujourd'hui ces coupures de journaux consacrées à un massacre familial perpétré des décennies plus tôt ?
Un riche industriel de la région, M. Webson, avait tué sa fille et sa femme avant de se suicider. Son fils cadet, Toby, n'a jamais été retrouvé. Or Mme Lamar, l'ancienne gouvernante de la famille, affirme l'avoir récemment reconnu.
L'Enfant perdu d'Eden Woods serait-il de retour ? Troublée, Jessie part enquêter sur place.

.

Même si la situation initiale de ce roman est assez classique (la fille qui retourne chez elle suite à la mort d’un proche et découvre que celui-ci avait pas mal de secrets de son vivant), j’ai eu le sentiment en lisant la quatrième de couverture que l’auteur allait revisiter cette trame fréquemment utilisée dans les thrillers. Et je ne me suis pas trompé ! J’ai adoré l’intrigue proposée par Cedric Lalaury qui a su se réinventer en imaginant une histoire aussi prenante que sombre. Je remercie donc les éditions Préludes pour leur envoi. 

Ce que j’apprécie par dessus tout dans les thrillers, au-delà de leur suspense et de cet état frénétique dans lequel ils me plongent, c’est la façon dont certains auteurs parviennent à insuffler un second degré de lecture dans leurs histoires. Bien souvent, les gens se dirigent vers un thriller pour l’enquête que celui-ci va mettre en scène et non pas pour les émotions qu’il va pouvoir leur faire ressentir. Il y a pourtant de nombreuses thématiques régulièrement abordées dans ce genre littéraire qu’on voit rarement ailleurs et qui méritent d’être davantage considérées ! Ceci étant dit, j’imagine que vous comprenez pourquoi j’ai autant apprécié ma lecture : Cedric Lalaury est parvenu à créer un équilibre parfait entre suspense, action et personnages. 

Sachez que j’ai lu ce roman vite, très vite, presque d’une traite en réalité. Le rythme est parfaitement maîtrisé, la tension quasi omniprésente et la noirceur ambiante rend, d’une certaine façon, l’ensemble attrayant. On se demande en effet jusqu’où cela va aller et comment toute histoire va se terminer, imaginant de fait les pires scénarios mais sans pour autant deviner le dénouement. 

En ce qui concerne les personnages maintenant, j’ai adoré Jessie à qui je me suis immédiatement attaché et identifié. Etant donné le fait qu’on découvre l’histoire à travers ses yeux, on se demande forcément à un moment ou un autre comment on aurait réagi à sa place. Son comportement et les décisions qui en découlent se révèlent en effet humains et parfaitement compréhensibles, ce qui la rend également touchante. 

Je parlais tout à l’heure d’un second degré de lecture que j’ai retrouvé ici à ma grande surprise. Non pas que j’avais des préjugés sur l’auteur mais au vu du résumé, je pensais que le suspense allait occuper la première place au coeur du récit, or Cedric Lalaury prend vraiment le temps d’instaurer une ambiance singulière en y introduisant des protagonistes complexes loin des clichés. 
En somme, j’ai passé un super moment avec cette lecture que je recommande à tous les amateurs des récits (très) sombres où il ne semble y avoir aucune issue. Pour ma part j’espère désormais réitérer l’expérience avec un autre titre de l’auteur !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *