Anne avec un E comme extraordinaire !

28/02/2020

Titre : Anne avec un E

Créée par : Moira Walley-Beckett

Avec : Amybeth McNulty, Lucas Jade Zumann, Geraldine James, ...

Format : 60 min

Diffusion : Netflix

Genre : Slice of Life, Drame, Romance

Résumé : 1890, le monde est en pleine effervescence tout comme l'esprit d'Anne, 13 ans, adolescente maltraitée en orphelinat qui atterrit par erreur dans le foyer d'une vieille dame et de son frère. Avec le temps, la jeune fille finira par illuminer leur vie grâce à son esprit fantasque, sa vive intelligence et son imagination débordante.

.

Il n’est pas facile d’être orpheline, encore moins lorsqu’on s’émerveille de tout malgré le véritable enfer que nous font vivre les seules personnes qui nous entourent. Alors quand un frère et une sœur décident de vous adopter, c’est un nouveau monde, plein de promesses et de beauté, qui s’offre à vous.

C’est ce que vit la jeune Anne, dont le quotidien se retrouve quelque peu bouleversé lorsque Matthew et Marilla décident de l’accueillir chez eux, dans leur charmante petite maison aux Pignons Verts. Seulement voilà, Matthew et Marilla ne s’attendaient pas du tout à l’arrivée d’Anne : en effet, le frère et la sœur pensaient recueillir un jeune garçon afin de les aider à la ferme, et non une fille. Ce malentendu à lui seul résume l’existence de la pauvre Anne, pleine de bonne volonté mais dont les espoirs semblent toujours déçus avant de connaître un heureux dénouement. Nous suivons donc les aventures de cette jeune fille pleine de vie et fraîchement débarquée aux Pignons Verts dont l’imagination à toute épreuve marquera le village d’Evonlee.

En quête d’une série qui fleure bon les programmes d’antan à la Petite Maison dans La Prairie ou bien Princesse Sara ? Une série qu’on serait tenté d’appeler « doudou » ou bien « feel-good » (certes, Princesse Sara n’était pas si feel-good que ça, mais on s’entend) ? Alors Anne avec un E est faite pour vous. Le premier épisode est une très bonne mise en bouche de l’univers de la série. Nous avons un personnage principal attachant par la force des choses : malmené mais toujours plein de bons sentiments, orphelin et plein d’amour, débordant d’énergie et un tantinet agaçant, mais on lui passera ! C’est avec un plaisir non feint que l’on assiste au quotidien de la jeune Anne, un quotidien d’enfant avec ses aventures et ses histoires folles, touchantes et diablement intrigantes !

Mais Anne avec un E, c’est aussi une formidable série initiatique qui aborde bon nombre de sujets : de l’importance de l’amitié au consentement en passant par la quête de soi. Le tout est traité avec légèreté et sans réel tabou, la légèreté conservée eu égard à l’âge de la protagoniste et de l’atmosphère qu’ont souhaité créer les scénaristes n’entament en rien le sérieux de la série.

Atmosphère légère et idyllique s’il en est, cette dernière est renforcée par les magnifiques plans que l’on admire avec les mêmes yeux émerveillés qu’Anne et ses amis. C’est peut-être la sensation de se délester de tout le poids de notre quotidien si rugueux et austère lorsque l’on se retrouve devant la simplicité et l’honnêteté du quotidien de la vie d’Anne, de ses amours et de ses peines, qui nous charme autant. Point d’actions grandioses et grandiloquentes, point de drames à chaque seconde de chaque épisode si ce n’est ces drames de l’enfance qui nous paraissent insurmontables quand on les vit alors mais qui ne sont que les moindres maux d’un âge où on cherche encore à s’émerveiller du monde. La vie d’Anne est ordinaire, rythmée par les préoccupations de l’époque. Certes, Anne est orpheline et n’aura de cesse de comprendre et saisir la place qui est la sienne dans une société encore réticente et toujours cruelle, mais le tout est contrebalancé par la dynamique de l’enfance, justement, et de ses possibles. Anne se fait des amis, de ces amis qui durent une vie.

En somme, l’on serait tenté de dire qu’avec cette série adaptée des romans de Lucy Maud Montgomery, la réalisatrice a fait un quasi sans fautes. Le scénario évolue avec un but en évitant les longueurs inutiles, si ce n’est quelques petits égarements lors des saisons 2 et 3. Les acteurs sont authentiques et attachants, tout particulièrement R. H. Thomson qui joue Matthew dont le personnage est sans conteste le plus adorable et le moins controversé toutes séries confondues.

Anne avec un E est un petit plaisir de visionnage, doux, sensé et prenant. On comprend donc l’engouement qui l’accompagne et surtout la frustration de voir la série annulée, ou tout du moins privée aux dernières nouvelles de saison 4. La forte mobilisation des téléspectateurs n’a pas encore réussi à faire plier Netflix, mais les jeux ne sont peut-être pas encore faits. Affaire à suivre !

.

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *