Booksmart – Une comédie adolescente moderne et déjantée

26/02/2020

Titre : Booksmart

Réalisateur : Olivia Wilde

Avec : Kaitlyn Dever, Beanie Feldstein, Skyler Gisondo, Billie Lourd, Jason Sudeikis, Lisa Kudrow, Diana Silvers, ...

Genre : Comédie

Durée : 1h42

Nationalité : Américain

Sortie : 24 mai 2019 (Netflix)

Résumé : Amy et Molly se croient supérieures à leurs camarades en raison de leurs réussites académiques. Cependant, elles réalisent qu'elles ont peut-être raté leur adolescence. Elles décident alors de compenser ces années perdues lors d'une soirée folle.

.

Pour son premier long-métrage à la réalisation, Olivia Wilde dépoussière le genre de la comédie adolescente. Avec Booksmart, elle conte les espoirs comme les infortunes de l’adolescence, l’approche de la fin de cette période de la vie et les bouleversements émotionnels que cela engendre. Les clichés habituels du genre sont utilisés ingénieusement pour mieux être détournés par la suite. Mené par un duo d’affiche aussi dynamique qu’attachant, formé des étincelantes Kaitlyn Dever (States of Grace, Unbelievable) et Beanie Feldstein (Lady Bird), le film raconte comment deux lycéennes modèles entreprennent de rattraper ce qu’elles ont loupé de leur adolescence en une nuit de folie. Ou comment réaliser que vous n’êtes peut-être pas aussi intelligent que vous le pensiez. Tant surprenant que palpitant, Booksmart s’impose comme une comédie adolescente ouvertement féministe et résolument déjantée mais pas moins intelligente.

La fin du lycée approche pour Molly et Amy. Les deux meilleures amies fusionnelles sont des élèves modèles : Molly rêve de devenir la plus jeune juge jamais nommée à la Cour Suprême des Etats-Unis, tandis qu’Amy va passer son été en mission humanitaire au Botswana afin de participer à la fabrication de tampons hygiéniques. Ce duo inséparable vit dans sa petite bulle, avec notamment comme code secret l’invocation du mot « Malala » (sous-entendu Yousafzai). Toutefois, comme une grande partie des personnes de leur âge, elles possèdent des fausses cartes d’identité, mais dans leur cas cela est uniquement pour pouvoir accéder à la bibliothèque. Les deux amies font en sorte de se tenir à l’écart de la foule déchaînée. Pour elles, leurs camarades sont irresponsables, ridicules et ne prennent pas l’école au sérieux. Par ailleurs, leur lycée a une règle qui veut que les élèves ne révèlent pas l’université où ils iront l’année suivante, afin de ne dévaloriser ou vexer personne. Molly et Amy pensent que leur sérieux a payé puisqu’elles sont respectivement acceptées dans les prestigieuses universités de Georgetown et Yale.

La veille de la cérémonie de remise des diplômes, au détour d’une conversation surprise dans les toilettes, les filles découvrent avec effroi que leurs camarades, les « irresponsables », ont eux aussi été acceptés dans des universités prestigieuses. Le seul qui n’ira pas à l’université a lui décroché un emploi chez Google. L’inséparable tandem réalise alors qu’il s’est tenu à l’écart et a renoncé à faire la fête pour rien. Il était tout à fait possible de profiter de leur adolescence tout en réussissant académiquement. Décidées à rattraper le temps perdu en une nuit complètement folle, les deux héroïnes cherchent à se joindre à la grosse soirée de fin d’année. Le bémol est qu’elles ne connaissent pas son adresse. Le duo se retrouve alors entraîné dans une série de mésaventures délirantes au cours de cette nuit démente.

Un film sur l’amitié, la fin de l’adolescence, l’importance d’exprimer pleinement qui on est, mais aussi comment dépasser ses préjugés sur les autres.

La vision d’Olivia Wilde du scénario de Sarah Haskins, Susanna Fogel, Emily Halpern et Katie Silberman, apparaît comme une véritable évolution du genre de la comédie adolescente. En effet, la réalisatrice y célèbre la nouvelle génération, sa situation, sa complexité, sa vivacité, ses convictions politiques ainsi que sa volonté de faire entendre sa voix. Une représentation réaliste de l’adolescence actuelle qui montre à quel point Wilde est en phase avec les réalités de notre temps. Mais au-delà de cela, cette dernière offre sa comédie adolescente digne de ce nom à la génération actuelle.

De plus, dans Booksmart, les dialogues sont à la fois vifs, drôles, féministes et complètement décalés, rendant le tout réellement dynamique. La séquence la plus décalée du film -dans le bon sens du terme- est celle en stop motion qui transforme les deux héroïnes, alors sous l’effet de la drogue, en poupées Barbie. Une séquence cocasse hilarante.

Mais c’est l’alchimie naturelle et irrésistible de Kaitlyn Dever et Beanie Feldstein qui confie à la comédie d’Olivia Wilde une grande partie de son charme. Ensemble elles sont à la fois comiques, ridicules, délirantes et touchantes. La dynamique si particulière de ce tandem haut en couleur et à la relation des plus fusionnelles apporte une certaine authenticité. D’autant plus qu’elles nous offrent des répliques ainsi que des joutes verbales de compliments mémorables. Elles ont cette bonne humeur qui leur est propre et réellement communicative. Il est agréable de suivre cet inséparable et attachant duo dans ses mésaventures, mais aussi d’appréhender sa vision du monde et des autres.

Par ailleurs, il faut reconnaître que Billie Lourd vole la vedette à chacune de ses apparitions totalement décalées. L’humour, les délires absurdes et excentriques de son personnage en font un personnage secondaire central hilarant, aussi omniprésent qu’inattendu. C’est d’ailleurs en cela que Booksmart réussit : proposer une galerie de personnages secondaires riche et de qualité. Olivia Wilde use des clichés dans leur caractérisation pour mieux les déjouer par la suite (mais aussi déjouer les préjugés d’Amy et Molly à leur égard) et proposer des personnages plus complexes que l’image qu’ils renvoient.

Olivia Wilde pose, à travers son long-métrage, un regard réaliste, juste et moderne sur la jeunesse actuelle et ses réalités, modulant minutieusement les hauts grisants comme les bas délicats de l’adolescence, cette période où la vie évolue et se transforme. Les pressions subies directement ou indirectement par les adolescents y sont dépeintes, telles que la course à la réussite académique pour des promesses d’avenir brillant pouvant entraver l’amusement, les plaisirs, les expériences et la naïveté que suppose normalement cette période de la vie. Comparé par certains à Superbad de Greg Mottola (2007), Booksmart dépoussière en réalité subtilement le genre. En effet, il s’éloigne des clichés habituels insufflés par le genre de la comédie adolescente, ou quand il s’y intéresse, ils sont utilisés avec ingéniosité.

Via une mise en scène minutieuse et efficace, la comédie se veut inclusive, moderne et tout bonnement drôle. La bienveillance, le respect, la solidarité et dépasser ses préjugés y sont les éléments clés. De ce fait, Booksmart parvient à être déjanté mais également touchant et réaliste dans sa manière de traiter certains sujets tels que la fin de l’adolescence ou l’amitié sans renoncer à son humour ou son côté décalé.

En conclusion, bien que son intrigue puisse sembler relativement classique, Booksmart s’avère être une vraie réussite. Le travail d’Olivia Wilde rend justice au genre de la comédie pour adolescents qu’elle modernise habilement. La bonne humeur qui s’en dégage est contagieuse, tandis que les personnages y sont attachants et surtout bien développés. Le tout mené par l’irrésistible tandem Kaitlyn Dever-Beanie Feldstein, toutes deux hilarantes et excellentes. Leur alchimie dynamique et si naturelle porte le film. Au final, Booksmart est une très bonne surprise, on ne voit pas le temps passer. Une comédie adolescente surprenante, à la fois moderne, décalée, comique mais aussi intelligente.

.

Bercée par la magie de Disney, j’aime me perdre à imaginer et créer de belles histoires. Je passe le plus clair de mon temps libre assise dans une salle de cinéma et l’actu ciné suffit à égayer ma petite journée.
5 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *