Comme une comédie romantique : amour scénarisé ?

12/02/2020

Titre : Comme une comédie romantique

Auteur : Rachel Winters

Editions : Hauteville

Prix : 18,50 €

Parution : 15 janvier 2020

Nombre de pages : 470 pages

Genre : Comédie romantique

Résumé : Evie Summers a presque trente ans et travaille dans une agence audiovisuelle spécialisée dans la conception de scénarios. Condamnée à n'être qu'une assistante depuis des années, elle attend sa promotion avec impatience. Seulement voilà, si elle n'arrive pas à convaincre Ezra Chester d'achever son scénario de comédie romantique, non seulement elle n'aura pas sa promotion, mais elle perdra son boulot.

Seul hic, Ezra a l'angoisse de la page blanche et il ne se remettra au travail qu'à une condition : Evie doit lui prouver qu'on peut aussi tomber amoureux dans la vraie vie. Prête à tout pour sauver l'agence en péril, la jeune femme va rencontrer Ezra comme Harry rencontre Sally et comme Hugh Grant rencontre Julia Roberts.

.

La plupart des gens ont déjà rêvé de cette rencontre avec la personne parfaite, LE coup de foudre digne de n’importe quelle comédie romantique ou même de certains téléfilms de l’après-midi aussi prévisibles qu’indispensables en hiver dans son plaid accompagné d’un bon chocolat chaud. Et tandis que certains profitent de leurs moments avec l’être aimé, d’autres le cherchent inlassablement, espérant revivre une scène de film d’amour afin d’enfin le trouver. Si vous êtes dans cette catégorie de personnes, « Comme une comédie romantique » devrait vous plaire.

En effet, le roman de Rachel Winters parvient à gérer sa promesse narrative avec une certaine efficacité, notre héroïne devant faire face à de multiples imprévus dans ses rencontres censées prouver les possibilités réalistes illustrées dans les comédies romantiques cultes que l’on savoure avec notre pot de crème glacée. Evie est en ce sens assez attachante et parvient à être une héroïne que l’on apprécie suivre dans ses pérégrinations. Le portrait de cette jeune femme soumise aux traitements de son patron et du scénariste prétentieux qu’elle doit accompagner s’avère assez empathique pour comprendre ses actions, motivée par un drame familial assez touchant dans ce qu’il révèle de sa peur de la création.

On tourne les pages avec une certaine envie, celle de voir comment Evie sortira de ses différentes rencontres planifiées tournant souvent à court, notamment par la personnalité de certains de ses prétendants, tels ces SMS vulgaires reçus ou ce chauffeur jouant de la garde du « Mec Gentil » qui devrait faire relever les sourcils de nombreuses personnes mises en face de tels énergumènes. Pour le coup, tout ceci se lit sans déplaisir et l’on apprécie la tournure que prend l’intrigue et ce même si elle semble par instants trop balisée.

Néanmoins, malgré l’aspect codifié du récit qui n’est jamais réellement remis en question, on sent que Rachel Winters ne veut pas s’enfermer dans ses références et parvient à donner un certain style à son roman qui lui permet de ne pas tomber dans la simple resucée facile. On parvient donc à laisser de côté les effets assez prévisibles de l’intrigue par son aspect ancré dans le genre et on se laisse porter facilement par les mésaventures d’Evie, en particulier quand elle se trouve en réaction d’hommes au comportement étouffant pour son bien-être.

Si vous aimez les comédies romantiques, on vous recommande donc le roman de Rachel Winters, léger, appréciable et voyant ses 470 pages se lire très rapidement. De quoi satisfaire les envies d’amour de certaines personnes, en espérant que les cœurs solitaires qui liront ce roman trouveront au mieux quelqu’un sorti de leur film d’amour personnel.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *