Les Brumes de Cendrelune #1 - Le Jardin des Âmes

22/02/2020

Titre : Les Brumes de Cendrelune #1 - Le Jardin des Âmes

Auteur : Georgia Caldera

Editions : J'ai Lu

Prix : 13,90€

Parution : 2 octobre 2019

Nombre de pages : 348 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux...

.

Je vous parlais la semaine dernière d’un roman que je n’aurais probablement pas lu (ou du moins pas tout de suite) si je n’avais pas été jurée du PLIB pour son édition 2020. C’est reparti pour un tour aujourd’hui puisque je vous parle d’un second livre qui m’a tapé dans l’oeil au moment de choisir parmi les pré-sélectionnés. Cela dit, j’aime vraiment beaucoup la couverture donc j’aurais peut-être fini par me pencher sur son cas, d’autant plus qu’il a été publié en format « semi-poche » aux éditions J’ai Lu que j’apprécie tout particulièrement. Mais ne vous y méprenez pas, contrairement aux autres romans de la collection que je possède, il ne s’agit pas d’un énorme pavé. Et c’est bien dommage parce qu’on le referme en en voulant tout simplement : PLUS.

Je me suis complètement laissée happer dans l’univers proposé par l’auteur. On est ici dans un monde post-apocalyptique où les dieux, lassés de voir l’humanité répéter encore et toujours les mêmes erreurs, sont intervenus pour mettre en place un monde plus équilibré. Et quel monde ! L’autrice nous présente un univers où le chef des dieux, Orion, tyrannise complètement la population. Cette dernière n’est même pas libre de penser du mal d’Orion, des autres dieux ou du système, sous peine de voir la milice débarquer et d’être punie par une mort cruelle ou par la mutilation d’un des membres.

L’univers que nous propose Georgia Caldera est extrêmement violent, très replié sur lui-même et très « gris » : il y a peu de bonheur au quotidien et aucun espoir d’amélioration (les dieux étant immortels, ils survivront nécessairement à l’humanité). Et ça marche terriblement bien. Dans ce monde gris, on rencontre les personnages de Verlaine et de Céphise qui vont essayer de s’extraire de leur condition par des moyens… plus ou moins subtils !

Au niveau de la subtilité des personnages, j’ai clairement eu une nette préférence pour Verlaine dont j’ai préféré à la fois les chapitres (Verlaine est l’un des deux narrateurs du récit), le caractère, la complexité et la construction du personnage d’un point de vue littéraire. L’autre personnage principal, Céphise, est un peu coincée tout au long de ce premier tome dans une colère extrême envers presque tout le monde, ce qui la rend non pas moins sympathique (comment ne pas avoir d’empathie pour elle ?) mais un peu moins complexe à mes yeux. Par contre, j’ai tout simplement adoré le personnage de Verlaine que l’on sent déchiré entre beaucoup d’enjeux très différents – notamment familiaux mais pas seulement. J’ai aussi beaucoup beaucoup aimé la manière dont Verlaine est introduit au fur et à mesure du récit et je dois dire que – moi qui vois souvent venir les choses dans les romans – sur ce coup là je me suis complètement laissé avoir !

J’ai aussi beaucoup aimé le lien un peu mystique qui lie nos deux personnages principaux et pour lequel le suspens dure encore puisque ce premier tome laisse beaucoup de doute planer – avis aux amateurs de cliffhangers qui vous donnent envie de vous jeter aux pieds de l’auteur en pleurant : ce livre est pour vous.

Au delà des personnages principaux, j’ai beaucoup aimé la majorité des personnages du roman que l’autrice arrive à rendre vraiment intéressants en très peu de temps – je pense notamment au personnage d’Héphaïstos qui est extrêmement bien écrit. Pour les amateurs de mythologie, vous retrouverez des noms pas tout à fait inconnus au bataillon : on côtoie en effet dans Les Brumes de Cendrelune aussi bien Héphaïstos que Proserpine et Orion. Dans ce premier tome, on voit que certains aspects du mythe originel sont remis à jour en rapport avec l’univers, ce que j’ai beaucoup aimé.

L’un dans l’autre, je n’ai pas vraiment de reproches à faire à ce roman, si ce n’est cette fin – qui est tout bonnement cruelle, convenons-en. Pour ma part, j’ai vraiment, vraiment hâte de lire la suite qui sort au printemps prochain !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *