Sandremonde : épopée fantastyque

17/02/2020

Titre : Sandremonde

Auteur : Jean-Luc Deparis

Editions : Actes Sud

Prix : 24,00€

Parution : 12 février 2020

Nombre de pages : 608 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Avec sa peau sombre et ses cheveux de neige, Elyz-Ana ressemble aux Shaël-Faars, ces êtres de légende qu’on dit capables de résister au pouvoir d’Isidis, la Déesse céleste qui règne sur Sandremonde. Lorsqu’elle a vent de cette étrange enfant, l’Eglise tente de la capturer. Traquée, Elyz-Ana trouve refuge au sein de la Guilde des sicaires d’Atabeg et grandit dans la faille qui perce cette cité. Elle y rencontre un mystérieux cavalier noir qui lui raconte l’histoire des Saudahyds, son peuple qui vivait au nord des Monts de Sombodor avant d’être exterminé par les Anges d’Isidis il y a mille ans. Elyz-Ana comprend qu’elle est une Saudahyd. Mais elle ne sait pas encore qu’elle est l’enfant-destin, chargée de ramener son peuple du monde des morts.

.

La littérature se compose de mondes différents, transformant chaque livre en une carte pour un nouvel univers que chacun peut visiter à son rythme. Assister donc à la découverte d’une autre société s’avère donc en permanence excitant, bien que les promesses de nouveauté ou de voyage peuvent ne pas être remplies pour de multiples raisons. Heureusement, ce n’est pas le cas de Jean-Luc Deparis, dont la passion pour la création d’endroits neufs dans lesquels les lecteurs peuvent se plonger se ressent quand on tourne les pages de son premier roman, « Sandremonde ».

En effet, on sent l’intérêt de l’auteur dans l’élaboration de son univers pour son entrée en matière dans le domaine littéraire. D’ailleurs, gare à la personne qui entrera dans son livre sans être préparée à plonger directement dans ce monde tant le roman ne tient que rarement la main dans le domaine, mis à part quelques instants vus par les yeux en quête de souvenirs d’Elyz-Ana, dont on se plaît à suivre le destin avec un certain plaisir, notamment par la manière dont Deparis la dépeint.

En fond de ce voyage initiatique émotionnel qui évite de tomber dans la redite facile se situe une mythologie intéressante, notamment avec la place prise par une guerre religieuse continuant à faire des victimes des siècles après sa fin abrupte. Ce contexte de foi apporte un questionnement sur la manière dont certains représentants religieux cherchent à cacher les agissements honteux de leurs ancêtres, quitte à provoquer le retour de fantômes du passé prêts à se venger des exactions commises contre eux. Cette approche se retrouve également dans la stylistique du roman, clairement placée sur un ton chevaleresque qui n’hésite guère à être violent et parvient à condenser ses instants épiques dans un rythme assez prenant, n’hésitant pas à laisser des moments de repos à Elyz-Ana afin de susciter plus d’intérêt envers elle.

« Sandremonde » est donc un premier roman prenant qui parvient à s’inscrire dans le domaine de la fantasy avec assez de personnalité pour fonctionner tout au long de sa lecture. Les amateurs du genre devront être ravis, ceux qui découvrent par celui-ci ont droit à une bonne introduction, en attendant de voir si Jean-Luc Deparis nous fera à nouveau visiter Sandremonde ou préférera nous orienter vers un nouvel univers. Quoi qu’il choisisse, nous sommes en tout cas prêts à le suivre.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *