Swing Time – Un roman très (trop ?) dense

14/02/2020

Titre : Swing Time

Auteur : Zadie Smith

Editions : Folio

Prix : 9,10€

Parution : 3 janvier 2020

Nombre de pages : 576 pages

Genre : Littérature contemporaine

Résumé : Dans un quartier populaire de Londres, deux petites filles métisses nouent une relation fusionnelle autour d’un même rêve : devenir danseuses. Mais seule Tracey, la plus effrontée, a du talent. L’autre possède des idées : sur le rythme et le temps, les corps et la musique noire, ce que signifie appartenir, ce que signifie être libre. Leur amitié explosive s’interrompt brusquement au début de la vingtaine. Empruntant des chemins différents vers un destin qu’elles imaginent lumineux, chacune s’égarera pourtant en route.
Débordant d’énergie, d’humour et d’émotion, Swing Time raconte les espoirs et les désillusions de ceux qui suivent la danse et de ceux qui la mènent.

.

Le résumé était certes tentant. Auteure déjà bien installée, Zadie Smith promettait avec Swing Time une traversée dans l’Amérique de la fin du XXe siècle, à travers l’amitié distendue de deux filles au rêve bien affirmé : devenir danseuses. Elles se rencontrent enfants, se séparent adolescentes et se retrouvent jeunes adultes. Elles ont le même rêve, mais des caractères si différents qu’ils les éloigneront un certain temps. L’une est calme, posée, aime garder les pieds sur Terre ; l’autre est excessive, artiste, en demande constante d’être remarquée. A travers ces deux destins, c’est le métissage que Zadie Smith pointe du doigt : comment deux petites filles métisses parviennent-elles à se trouver une place, une identité, dans une société où le mélange paraît trop surprenant, voire suspect ?

Ce long et très dense cinquième roman de Zadie Smith raconte l’histoire d’une de ces petites filles qui, fascinée par sa jeune amie, ne cherchera pourtant pas à la suivre dans sa folie des grandeurs. En grandissant, elle devient l’ombre d’une chanteuse connue, navigant tantôt avec la célébrité, tantôt avec les inconvénients qu’elle suppose. Elle aime cette proximité, cette lumière que dégage Aimee, sans la toucher directement du doigt. Par procuration, elle vit ces instants qu’elle s’imaginait étant enfant. Elle représente, elle incarne cette jeune chanteuse et tient à garder sa place de première assistante.

Lorsqu’elle recroise la route de son amie d’enfance alors perdue de vue, leur évolution est frappante. Tracey a elle plongé entièrement dans la vie d’artiste, et dans ses débordements. Son caractère excessif s’est propagé en grandissant : elle a atteint son rêve, mais ne semble pas plus comblée que celle qui n’a fait que l’effleurer ou le vivre à travers quelqu’un d’autre. Cette distinction, cette opposition entre les deux jeunes femmes est le fil rouge de Swing Time. Il donne une tension intéressante à ce qui pourrait être considéré comme un long récit d’apprentissage. Les époques alternent, créant une certaine déconstruction, mais se retrouvent en un point marquant : l’amitié, toujours debout.

Malgré cette originalité narrative et les thématiques passionnantes abordées à travers la fiction, Swing Time est un roman très dense qui peut facilement perdre le lecteur en cours de route. On s’attache aux personnages complexes qui nous surprennent parfois, mais leurs portraits bien qu’émouvants nous laissent au bord de ce chemin que, pourtant, nous souhaitions faire avec eux. Dommage…

Merci aux éditions Folio pour cette découverte.

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *