The Drug In Me Is... BACK !

16/02/2020

Il y a quelques jours, le groupe Falling In Reverse ne pouvait pas faire plus plaisir aux fans de la première heure, qu’en offrant une version retravaillée de leur tube : The Drug In Me Is You, sorti en 2011 et issu de l’album éponyme du groupe. 

Qui n’a pas hurlé littéralement les paroles de cette chanson ou pleurer de rire en voyant ce clip totalement barré où Ronnie Radke se fait arrêter, cuisiner en prison, avant de plaider sa cause comme faire se peut dans un tribunal ? Vous l’aviez oublié ? Qu’à cela ne tienne, je vais rapidement vous rafraichir la mémoire ! 

The Drug In Me Is You, c’était ça :

Aussi, quand le groupe, en ce début d’année 2020, nous propose une version retravaillée… on doute un peu. Combien d’artistes nous ont déjà proposés le même « goûté surprise », qui finalement ne dénotait pas tant de la version originale, si ce n’est deux-trois accords différents ou un duo fait sur le tas ? Beaucoup. Ça semble être la mode en 2020, on ressort les vieux trucs, en espérant faire du neuf…

Quand est-t-il de Falling In Reverse, alors ? 

Et bien je dis OUI ! (et je ne dis pas souvent oui) ! En ce qui me concerne, c’est une belle claque que je me suis prise en écoutant cette nouvelle version de The Drug In Me Is You, aussi bien au niveau de l’arrangement musicale, qu’au niveau du clip ! 

Procédons par étape :  le son ! 

C’est beau ! F*ck ! Cette introduction piano-voix, en toute simplicité, ces violoncelles qui arrivent et apportent une vague de mélancolie dans leur sillage. Ronnie qui nous enchante avec une tessiture vocale parfaitement maîtrisée. Sauvez-moi, je défaille ! J’ai beau connaitre les paroles de cette chanson sur le bout des doigts, je les redécouvre ! Leur sens, leur visée, tout à l’air différent en étant symboliquement similaire. Je suis soufflée par l’interprétation du leader, qui prouve encore une fois qu’aucune limite n’est inaccessible en ce qui le concerne, que ce soit en matière de rap ou d’envolée lyrique ! 

On parle du clip ? 

Evidemment qu’on en parle, de ce clip ! Ce décor neigeux dans une forêt sombre, ces danseuses sans visages, ce quatuor à corde et la princesse ? Cette belle princesse totalement ravagée sur la pochette de l’album The Drug In Me Is You [2011], qui déambule au milieu de tout ça dans une mélancolie évidente ! Comment ne pas fondre devant tant de petits détails qui prennent tout leur sens ? 

C’est beau, encore une fois. C’est à peine si j’arrive à détourner mon regard du clip ! Je ne vous parle même pas de ce mouvement instrumental à 3mn40 qui a ravi mon petit coeur déjà comblé par ce renouveau artistique osé, mais tellement concluant ! Ce crescendo qui nous tient les tripes à deux mains et on se demande, irrémédiablement : QUAND EST-CE QUE ÇA VA ECLATER ? Si Ronnie Radke s’amuse à transformer cette chanson en montagnes russe, nous ne sommes pas dupes un instant sur le fait que le morceau finira par nous exploser à la figure ! Reste à savoir quand ? 

Je vous laisse admirer ce clip, que je trouve vraiment magnifique, pour le découvrir ! 

Pour ma part, c’est un immense coup de coeur ! 

Well Done, guys ! 

Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionnée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, j’ai vite réalisé, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *