American Graffiti : Une dernière nuit

20/03/2020

Titre : American Graffiti

Réalisateur : George Lucas

Avec : Richard Dreyfuss, Ron Howard, Paul Le Mat, ...

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1h50

Nationalité : États-Unis

Sortie : 1973

Résumé : En 1962, Curt Henderson, Steve Bolander, Terry Fields et John Milner viennent de terminer le lycée et s'apprêtent à entrer à l'université. A la veille de la séparation, les quatre amis décident de profiter d'une dernière soirée en bonne compagnie et au fil de la nuit les groupes prennent une nouvelle forme.

.

Repensez-vous régulièrement à cette nuit ? Ce moment où, par une chose ou par une autre, vous vous êtes rendu compte que vous étiez adulte ? Que l’enfance est définitivement passée, souvenir souvent radieux que vous ne pourrez jamais rattraper ? On a tous ce souvenir, cet instant qui nous le rappelle et qui s’imbibe de la mélancolie du temps qui passe sans que rien ne puisse l’arrêter. Cette nostalgie nourrit pleinement la narration de cet « American Graffiti », second film de George Lucas, disponible dans une nouvelle édition chez Rimini.

En effet, on sent que le réalisateur a mis dans son long-métrage une certaine amertume ainsi que de nombreux souvenirs afin d’en faire un souvenir aussi drôle que déchirant. Cela se ressent notamment par sa fascination pour les voitures, exprimée ici par l’importance de ces mécaniques chez les personnages ainsi que le personnage de John, homme à battre lors des courses. Tout le film dégage alors de ce questionnement sur un au revoir obligatoire pour chacun.

Ainsi, le destin de nos personnages va se sceller lors d’une ultime nuit où nos quatre héros vont vaquer vers des directions aussi différentes que leur futur. Leur aventure respective leur permettra à chacun de connaître une histoire souvent rocambolesque, en opposition de leur définition de départ, mais les confrontant tous à cette inéluctabilité de l’âge adulte et des décisions à prendre. Un futur départ, une relation qui commence ou se termine, tout cela les détermine et parvient à nous toucher, fruits d’expériences douces amères qui auront pu nous-mêmes nous marquer.

On pense notamment au personnage de Curt, indécis sur son avenir et ne se sentant pas prêt à passer à un nouveau chapitre de son histoire. Incarné par un Richard Dreyfuss déjà coloré et superbe de douceur, ce héros maladroit est sans aucun doute LE repère émotionnel du film là où les autres appuient plus un sentiment humoristique assez bien amené (et pourtant nourris par une forme de chagrin dissimulé). Sa quête de cette jeune femme aperçue par une fenêtre lui permet dès lors de s’affirmer en tant qu’individu, notamment par cette rencontre avec un gang local. De quoi se requestionner en même temps sur nos propres décisions.

Le tout est ainsi assez coloré et marqué dans une certaine époque. C’est en effet comme si George Lucas nous dévoilait un album de photographies personnelles, chacune chargée d’une émotion qu’il tente de retranscrire à l’écran avec une grande réussite. Sa mise en scène parvient à capter cela, bien aidé par un casting touchant et une gestion des histoires qui se complètent par leurs interrogations respectives et l’aspect rocambolesque de certaines, ajoutant un certain amusement mais surtout une forme de plaisir qui rend la conclusion du film encore plus triste.

On sort donc ému de la découverte de cet American Graffiti, notamment dans le combo Blu-Ray/DVD fourni par Rimini. George Lucas y filme la fin d’une insouciance, que ce soit celle de ses jeunes héros ou bien celle d’une Amérique entière, proche sans le savoir de plonger dans des événements dramatiques qui bouleverseront à tout jamais l’histoire du pays. Comment dès lors ne pas être affecté par son final, émouvant à souhait, surtout au vu de sa réponse à un restant de film aussi rempli d’amour pour cette jeunesse en fête ? Sans aucun doute le film le plus émotionnellement chargé de George Lucas mais surtout une grande réussite.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *