Grim Lovelies #1 - Un début qui donne envie d'en savoir plus

18/03/2020

Titre : Grim Lovelies

Auteur : Megan Sheperd

Editions : Castelmore

Prix : 16,90€

Parution : 11 août 2019

Nombre de pages : 410 pages pages

Genre : Fantasy

Résumé : Anouk envie le « Joli Monde », celui des humains, avec ses belles voitures et ses tenues à la mode, un monde où les gens sont libres d’aller et venir, et de tomber amoureux. Malheureusement, tout cela lui est inaccessible, car elle n’est pas humaine. Anouk est née animal et a été transformée en jeune fille par la sorcière Mada Vittora, qui a fait d’elle sa domestique. Derrière les murs de sa prison parisienne, elle mène une morne existence, entre balai et casseroles. Mais lorsque sa maîtresse est découverte gisant dans une mare de sang, Anouk et ses amis s’empressent de fuir avant d’être accusés du crime.

Le monde extérieur tant fantasmé devient un lieu hostile. La société secrète de magie, « la Haute », s’est déjà lancée à leurs trousses, tandis que s’engage une course contre la montre pour garder apparence humaine. Car si Anouk et ses amis échouent à prolonger le sortilège qui les a transformés, ils perdront tout. S’ils y parviennent, des pouvoirs insoupçonnés pourraient s’ouvrir à eux.

.

Une fois n’est pas coutume, je me suis lancée dans Grim Lovelies sans savoir de quoi il était question. Vous commencez certainement à y être habitués, mais j’aime me lancer dans un roman sans savoir à quoi m’attendre !

J’ai beaucoup aimé l’univers proposé par l’auteure. Déjà, j’ai trouvé plutôt très rafraîchissant de voir un roman écrit par une auteure américaine se dérouler en France (cocorico !). C’est un peu futile, mais j’avais du coup l’impression d’être directement « à la maison ». Bon, une maison un peu rêvée quand même puisque Megan Sheperd nous propose une plongée dans un Paris, puis un Montélimar (non, non, vous n’avez pas rêvé : un Montélimar !) magiques, où seuls les « Charmants » – comprendre : les Moldus – n’ont aucune idée de ce qui se trame si près de chez eux !

Ici, on est face à une société de Sorcières qui pratiquent la magie et qui doivent obéir aux Souverains. Tout en bas de l’échelle sociale magique, il y a Anouk, qui est un Familier, c’est-à-dire un animal transformé magiquement en humain pour servir une sorcière. Anouk est même le pire des Familiers puisqu’elle sert de domestique et n’a même pas le droit de quitter la maison de la Sorcière qui l’a créée.

J’ai trouvé au monde proposé par l’auteur un petit côté « contes » avec cette magie dissimulée, ces Sorcières à la fois cruelles, manipulatrices et complètement égocentriques, ces personnages qui sont d’anciens animaux et ce que l’on pourrait assimiler à un genre de malédiction. Personnellement je n’ai eu aucun mal à rentrer dans cet univers que j’ai trouvé très intéressant et plutôt très riche même si tout au long du livre j’avais envie d’en savoir plus et même bien plus ! Comme il s’agit d’un roman destiné à la jeunesse, je trouve ça normal que l’auteure ne passe pas trop de temps à faire le point sur l’univers, mais l’adulte en moi a très nettement envie d’en savoir plus !

Petit bémol par contre, je trouve les personnages un peu superficiels. On est très vite sur les personnages un peu caricaturaux qui n’ont qu’un ou deux traits de caractère et notamment le personnage principal. Heureusement qu’on note une belle diversité dans les personnages secondaires qui – si je ne les ai pas non plus trouvé attachants – apportent une belle touche de fraîcheur à l’ensemble du roman. D’autant que – et c’est peut-être ce que j’apprécie le plus – les personnages ne sont pas différents pour que cela soit un ressort narratif. Il s’agit d’un fait qui est évoqué à un moment mais sur lequel le récit ne s’appuie pas pour avancer, ce que j’ai particulièrement aimé puisque je trouve que les romans pour adolescents manquent un peu de représentation simple, sans autre but que la représentation.

L’un dans l’autre c’est un roman avec lequel j’ai passé un bon moment, même si j’ai des reproches à lui faire. Je compte sur le deuxième tome pour combler un peu ces aspects-là et me faire vraiment m’attacher aux personnages pour pouvoir trembler à leurs côtés !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *