In This Moment : retour sur Mother !

29/03/2020

Titre : Mother

Groupe : In This Moment

Label : Roadrunner Records/Atlantic

Parution : 27 mars 2020

Durée : 55 min

Nombre de titres : 14

Genre : Heavy Metal

 

Après avoir vu passer – depuis deux mois et sans grande conviction, je dois bien l’avouer – les titres promotionnels du nouvel album annoncé par In This Moment, mon ami YouTube m’a gentiment rappelé que Mother était enfin sorti, et qu’il était peut-être plus que temps que j’y jette une oreille curieuse ou deux.

Si je ne m’étonne plus de la force que peuvent véhiculer certains titres de ce groupe incontournable de la scène heavy metal, c’était tout de même la première fois que je plongeais tête la première dans un nouveau pan de leur univers, et je dois dire que j’ai été assez surprise de la richesse de cet opus. Retour à présent sur quatorze pistes hautes en couleur !

The Beginning – Interlude :

On plonge d’entrée de jeu dans une ambiance plutôt stressante, où la tension s’alourdit insidieusement de seconde en seconde. Imitant vaguement les tonalités de ces sirènes assez graves comme on peut les entendre pendant la guerre, on hésite presque entre l’entrée en matière d’un film d’horreur et une cinématique, digne des meilleurs génériques de films historiques, à la Call Of Duty. Le ton est posé en un très court laps de temps et nous laisse aisément présager de la suite.

I am the God and the Devil around you
Je suis Dieu et le Diable autour de toi
I am the Heaven and the Hell you crave
Je suis le Paradis et l’Enfer que tu désires
I am the moon and the sun that you bask in
Je suis la lune et le soleil dans lesquels tu te prélasses
I am the name written on your grave
Je suis le nom écrit sur ta tombe

 

Fly Like An Eagle :

Ce titre est une ode à la liberté, et porte ce sentiment d’évasion jusque dans l’instrumental, dont les variations semble prendre leur inspiration à différentes sources à la fois. C’est un envol contrôlé, paradoxalement, car on y on sent toute la maîtrise du rythme et de son idée, destinée à mieux toucher sa cible : le ciel, l’absence de chaînes, la royauté de la liberté.

I wanna fly like an eagle
Je veux voler comme un aigle
To the sea
Jusqu’à la mer
Fly like an eagle
Voler comme un aigle
Let my spirit carry me
Laisser mon esprit me porter
I want to fly like an eagle
Je veux voler comme un aigle
‘Til I’m free
Jusqu’à être libre
Oh, Lord, through the revolution
 Oh, Seigneur, à travers la révolution
 

The Red Crusade – Interlude :

Dans un effet de style aussi concis qu’efficace, ces quarante-cinq secondes posent un instrumental très intense, doublé d’un effet chorale qui marque son auditoire.

The In-Between :

Sortie en avant-première avec clip vidéo à l’appui, le 22 janvier 2020, cette piste s’empare de la notion de dualité avec un déchirement certain. Partagée entre l’enfer et le ciel, Maria nous renvoie à nos propres contradictions et la manière dont le jugement d’autrui nous impacte. Entre les uns qui nous mettent sur un piédestal et les autres qui nous enterrent toujours plus profondément, le juste milieu n’a jamais paru aussi difficile à trouver. Cette quête d’un équilibre fragile est jetée avec une énergie à la fois brute et arrachée, qui vient réveiller toutes les incertitudes logées au plus profond de chacun.

 

I was told that I was nothing
On m’a dit que je n’étais rien
I was told that I was pure (I was pure)
On m’a dit que j’étais pure (j’étais pure)
And I was told that I was dirty
Et on m’a dit que j’étais sale
Yeah, I was told I was the cure
Oui, on m’a dit que j’étais le remède
And I ask myself
Et je me suis demandé
Am I God or shit ?
Suis-je Dieu ou de la merde ?
Am I the high, the low ? I’m fucking worth it
Suis-je le haut, le bas ? Je vaux putain le coup
And I ask myself
Et je me suis demandé
Am I love or hate ?
Suis-je amour ou haine ?
You are the reason I have and why I can’t quit
Tu es la raison que j’ai et pour laquelle je ne peux pas abandonner
 
I can feel a holy war
Je peux sentir une guerre sainte
Yeah, I can feel a holy war within
Oui, je peux sentir une guerre sainte à l’intérieur
No, I can’t take a holy war
Non, je ne peux pas affronter une guerre sainte
No, I can’t take a holy war again
Non, je ne peux pas affronter une guerre sainte encore
Is this what you wanted ?
Était-ce ce que tu voulais ?
 
I’m gonna bring a little Hell
Je vais amener un petit Enfer
I’m gonna bring a little Heaven
Je vais amener un petit Paradis
You just keep wanting more
Tu continues juste d’en vouloir plus
With your blood and your whore
Avec ton sang et ta pute
I’m gonna bring a little Hell
Je vais amener un petit Enfer
I’m gonna bring a little Heaven
Je vais amener un petit Paradis
It’s a beautiful tragedy
C’est une belle tragédie
You wanna be sick like me
Tu veux être malade comme moi
‘Cause I could bring a little Hell
Parce que je peux amener un petit Enfer
 

Legacy :

Titre plus porté sur l’émotion, il est avant tout dédié au grand-père de Maria Brink, et à tous les vétérans de guerre américains qui se sont battus pour les générations futures.

J’ai écrit cette chanson en l’honneur de mon grand-père, qui a joué le rôle de père dans ma vie, et mes frères-pères qui sont tous passés dans le prochain royaume. Il était le plus bel homme que j’ai jamais connu. Il nous a à tous appris tellement. Cette chanson est pour eux et pour tous ces hommes et femmes désintéressés qui ont servi dans les forces militaires et le font encore. Nous vous remercions pour votre bravoure.

Dans un temps comme celui-ci, nous avons tant de gens pour lesquels être reconnaissants et cette chanson embrasse cela pour beaucoup d’âmes.

 

Ce qui fait toute sa puissance retenue, c’est la force d’un pluriel unifié et conjugué au je. Loin de la dualité précédemment évoquée, In This Moment se concentre cette fois davantage sur le lien à travers les âges et les combats menés, et fait écho à ces héritages que l’on ne doit jamais gâcher en perdant de vue la notion d’unité.

 

‘Cause we are one, reborn free
Car nous sommes un, réincarnés libres
I am you and you are me
Je suis toi et tu es moi
You sacrificed everything
Tu as tout sacrifié
I am and will always be your legacy (your legacy)
Je suis et serai toujours ton héritage (ton héritage)
 

We Will Rock You :

Oh My God ! – et notez comment le semblant de professionnalisme que j’espérais insuffler à ce review s’effondre d’un seul coup.

J’y croyais à peine lorsque j’ai vu apparaître les noms de Lzzy Hale et Taylor Momsen en featuring sur la cover d’un grand classique de Queen. Déjà que We Will Rock You se définit à mes yeux comme une chanson de pouvoir par excellence, qui bouscule et donne envie de conquérir le monde, ajoutez à ça les voix de trois piliers de la scène rock féminine et vous ferez mon bonheur !

Pari osé que de se frotter à cette légende et lui rendre justice, mais il est sans conteste largement réussi. Entre la voix brisée de Maria, celle, puissante et enflammée de Lzzy, ainsi que celle de Taylor, qui réunit toutes ces précédentes qualités en y insufflant une pointe de désillusion et de vulnérabilité, vous finissez avec une vraie bombe entre les mains. Ça explose dans tous les sens et les morceaux viennent se ficher sous la peau comme autant de frissons irrépressibles.

Si le chant de chacune d’elle est mis à l’honneur dans une partie dédiée, le mix des trois ensembles est vraiment puissant. Mention toute particulière à Lzzy Hale, toutefois, qui a livré une prestation tout à fait renversante sur ce featuring !

Mother :

Maria Brink joue ici avec son terrain de jeu préféré, la religion, en mettant en opposition avec le célèbre Notre-Père une ode à la Mère, qui peut relever de nombreux sens, comme l’expliquait Chris Howorth à 99.7 The Blitz en parlant du titre de l’album :

La raison pour laquelle nous avons pensé à « Mother »… C’est un tas de choses différentes, mais beaucoup de fans appellent Maria « maman », par exemple. Ils sont toujours là, genre, « Maria est ma maman », et « Mère Maria », et tout ça. Ça a toujours été un peu là. Nous avions en fait parlé de ça pour le dernier album, mais j’ai senti que nous n’étions peut-être pas encore prêts pour ça. Mais c’est aussi « mère » dans le sens de « Terre Mère », la création de la vie – toutes ces choses pour lesquelles « mère » a tant de significations…
 
Mother, forgive us for our sins
Mère, pardonne-nous nos péchés
For we know not what we do
Car nous ne savons pas ce que nous faisons
 
 

La chanteuse joue avec toute la palette de douceur que sa voix brisée malmène et sublime. Ce titre éponyme nous cueille immédiatement. C’est beau, c’est fort, c’est porteur, bref, on aime.

And I will stand up for you
Et je me lèverai pour toi
There’s nothing I won’t do
Il n’y a rien que je ne ferai pas
I give you my everything
Je te donne mon tout
I’ll never let you fall
Je ne te laisserai jamais tomber
Down the river, we flow
En bas de la rivière, nous coulons
Surrounded by our halo
Entourés par ton halo
I’ll give you my everything
Je te donnerai mon tout
I’ll never let you fall
Je ne te laisserai jamais tomber
I won’t let you fall now
Je ne te laisserai pas tomber maintenant
Mother, I won’t let you fall now
Mère, je ne te laisserai pas tomber maintenant
 
 
As Above, So below :
 

Lâchée une semaine dans la nature avant la sortie de l’album, le 20 mars 2020, As Above, So Below prend une direction un poil différente du reste de ses compagnes en agrémentant les riffs de beats électro-psychédéliques détonants. Si le thème du pacte avec le diable peut sembler commun, à la longue, In This Moment montre surtout à quel point il est tentant de laisser l’ennemi gagner et les démons entrer dans notre tête.

(Give me control) « Just sign on the dotted line »,
(Donne-moi le contrôle) « Signe juste sur la ligne pointillée »,
(Give me control) He whispers softly
(Donne-moi le contrôle) Murmure-t-il doucement
(Give me control) They’re crawling inside my mind
(Donne-moi le contrôle) Ils rampent à l’intérieur de mon esprit
(Give me control) « And don’t you fight me »
(Donne-moi le contrôle) « Et ne me combats pas »
 
 

Dans une lecture moins littérale, cette chanson nous laisse aussi matière à réfléchir à tous ces contrats de confiance que l’on passe et derrière lesquels peuvent se cacher nombre de fausses promesses.

As above, so below
En haut comme en bas
What you reap is what you sow
Tu récoltes ce que tu sèmes
What you give comes back three-fold
Ce que tu donnes te revient trois fois
As above, so below
En haut comme en bas
 

Born In Flames :

Cette neuvième chanson n’est pas sans rappeler le vieux mythe du phœnix qui renaît de ses cendres, et pour ce faire, In This Moment nous balade sur un rythme tout en douceur, avec encore une fois ce beat – bien que lent – électro. Le chant brisé de Maria nous accompagne pour mieux nous faire accepter la douleur de la défaite et de la nécessité, parfois, d’en passer par la mort d’un passé plein de démons, afin de mieux se relever.

I can feel that you’re hurting
Je peux sentir que tu souffres
I felt it in your eyes
Je le vois dans tes yeux
A familiar sting I always recognize
Une piqûre familière que je reconnais toujours
You don’t speak of it but I can hear what you say
Tu n’en parles pas mais je peux entendre ce que tu dis
I’ll watch as you burn and come back to life again
Je te regarderai pendant que tu brûles et reviens à la vie à nouveau
 
Don’t you know that we are gods
Ne sais-tu pas que nous sommes des dieux
And holy run runs through our veins
Et que du sang sacré coule dans nos veines
And don’t you know that you’re a king raised by queens
Et ne sais-tu pas que tu es un roi élevé par des reines
Born in flames, born in flames

Né dans les flammes, né dans les flammes

God Is She :

Dans ce titre où pouvoir règne plus que jamais en maître-mot, la chanteuse d’ITM nous murmure des promesses d’espoir et de destruction en prenant la place de Dieu, et en plaçant son omnipotence au service d’une dualité manichéenne, qui emporte à son paroxysme l’idée de juste milieu que véhicule cet album.

 

I am the righteousness, the church and the holy
Je suis la droiture, l’église et le saint
I am the voodoo doll you want to believe
Je suis la poupée vaudou que tu veux croire
I am the angels that hold and surround you
Je suis les anges qui te portent et t’entourent
I am the demon you’re afraid to meet
Je suis le démon que tu as peur de rencontrer
 
I am the temple that will bless and feed you
Je suis le temple qui te bénira et te nourrira
I am religion keeping you in chains
Je suis la religion qui te garde en chaînes
I am the cure that you pray will find you
Je suis le remède que tu pries pour qu’il te trouve
I am the disease running through your veins
Je suis la maladie qui court dans tes veines

 

 

On y sent les conséquences directes des thématiques abordées dans The In-Between, puisque après avoir été écartelée entre absence et abondance de valeur, bien et mal, Maria devient Dieu et Diable. Dieu n’est plus Lui, n’est plus l’Homme avec un grand H, mais Elle, et c’est avec cette même subtilité que la femme retrouve une place centrale, et non plus dominée, dans son approche biblique.

So watch as I set fire to everything
Alors regarde alors que je mets le feu à tout
Watch as I burn down everything, anything
Regarde alors que brûle tout, n’importe quoi
Watch as I destroy you
Regarde comme je te détruis
Watch as she turns into God
Regarde comme elle se transforme en Dieu
Watch as she, watch as she turns into me
Regarde comme elle, regarde comme elle se transforme en moi
 
 

Holy Man :

Dès les premières notes, on en revient aux racines d’In This Moment, ce mélange unique de sensualité, de défiance et de raucité qui caractérise son œuvre. Difficile de se décider sur l’intention précise derrière les paroles d’Holy Man, mais il semblerait qu’y soit mise en exergue la difficulté de trouver un homme droit, qui en vaut la peine, un sauveur, en fin de compte, pour ne pas perdre la foi.

Show me a holy man, show me a holy man
Montre-moi un saint, montre-moi un saint
I need faith to believe again
J’ai besoin de foi pour croire à nouveau
Show me a worthy man, show me a worthy man
Montre-moi un homme qui en vaut la peine, montre-moi un homme qui en vaut la peine
I need faith to be free again
J’ai besoin de foi pour être libre à nouveau
 
 

En jouant toujours des mêmes parallèles sur la religion, on peut très certainement y lire, bien au-delà de la dualité homme-femme très présente dans tout cet album, le besoin de trouver encore la foi en l’humanité et ses représentants. Comme me le faisait très justement remarquer Lilly, on en revient à l’essence même de la pensée sur l’humanité, selon laquelle « l’homme n’est pas mauvais, mais le devient ».

Show me a savior, show me a savior
Montre-moi un sauveur, montre-moi un sauveur
Show me something pure that I can understand
Montre-moi quelque chose de pur que je puisse comprendre
Show me a savior, show me a savior
Montre-moi un sauveur, montre-moi un sauveur
Cause even in the worst kind of sinner is a holy man
Car même dans le pire des pécheurs se trouve un saint

 

Hunting Grounds :

Maria Brink invite ici Joe Cotela sur son terrain de chasse, à grand renfort d’un son lourd et résolument metal, pour mieux évoquer un combat à mort entre deux prédateurs redoutables. Le thème de l’affrontement sans merci, déjà bien présent sur le reste de l’album, atteint son point culminant dans cette lutte acharnée, qui mènera quoi qu’il en soit à la défaite de l’un des deux combattants. L’art de la guerre s’y dévoile dans une danse complexe, une chorégraphie millimitrée où la moindre erreur sera fatale. Le duo fonctionne à merveille et replace Mother dans sa dynamique plus heavy annoncée.

 
I was raised by wolves, taught to fight until the death
J’ai été élevée par les loups, apprise à me battre jusqu’à la mort
Slowly wear you down to your very last breath
Je t’épuise petit à petit jusqu’à ton tout dernier souffle
I can hear your heart pound, you don’t think I’m a threat
Je peux entendre ton cœur battre, tu ne penses pas que je suis une menace
Like a predator, sink my teeth into you neck
Comme un prédateur, j’enfonce mes dents dans ton cou
 
We know one of us is going down
Nous savons que l’un de nous va tomber
So I say we do this anyway
Donc je dis, faisons-le quand même
 
 
 
 
 

Lay Me Down :

Ce titre surprend à tous les niveaux. Si l’instrumental se lance sur une boucle lente et déterminée pendant que se pose le ton traînant de Maria, qui fait toute sa signature, la musique monte assez vite en intensité et nous offre quelques screams contenus qui apporte un poids indéniable au texte. Comme en réponse à Born In Flames, mais aussi en écho à l’affrontement de Hunting Grounds, Lay Me Down nous parle cette fois de trahison, de force face à l’adversité, et de ressortir grandi des épreuves qui nous mettent à terre, ou plutôt, qui ne parviennent pas à nous mettre à terre.

I hope you feel better now that you are free
J’espère que tu te sens mieux maintenant que tu es libre
Now that you tried to kill us both, tried to feed off me
Maintenant que tu as essayé de nous tuer tous les deux, essayé de te nourrir de moi
Oh I wish you weren’t my friend
Oh, j’aurais aimé que tu ne fusses pas mon ami
 
 
You can’t kill me, I’m already dead

Tu ne peux pas me tuer, je suis déjà morte

I grow stronger with your gun to my head
J’ai grandi plus forte avec ton arme contre ma tête
See, I’ve lived and died a thousand times
Regarde, j’ai vécu et je suis morte un millier de fois
I’ll climb out again
Je grimperai à nouveau
Lay me down, you’ll never lay me down
Couche-moi, tu ne me coucheras jamais
Oh no, you’ll never lay me down
Oh non, tu ne me coucheras jamais
 

Into Dust :

C’est avec une ballade intensément douce qu’In This Moment choisit de conclure cet album, où puissance et combat se sont disputés la première place tout du long. Un sentiment de vulnérabilité s’y épanouit enfin et offre un très joli contrepoids à la force nécessaire pour affronter tout le reste. Personne ne gagne, ici, tout retourne à la poussière, et de la plus belle façon qui soit.

It was you, breathless and torn
C’était toi, à bout de souffle et déchiré
I could feel my eyes turning into dust
Je pouvais sentir mes yeux retourner à la poussière
And two strangers turning into dust
Et deux étrangers retourner à la poussière
Turning into dust
Retourner à la poussière

 

C’est définitivement un très bel opus que nous délivre In This Moment, avec les quatorze pistes que comptent Mother. Tout en restant fidèle à son identité, on ne peut que noter une certaine évolution dans la composition de cet album, né d’importantes réflexions sur le pouvoir, aussi bien féminin qu’humain. La perpétuelle opposition du blanc et du noir est balayée ici par la croisade rouge et blanche menée par le groupe, qui s’emploie à en étoffer toutes ses nuances, nous délivrant ainsi un message aussi fort que positif.

 

TOP TITRES :
We Will Rock You
Mother
Hunting Grounds
Imaginez : sept notes pour une infinité de mélodies. Des milliers de mots qui nous parlent de tant de belles choses, mais surtout des difficultés de l’amour, de l’amitié, de la famille, de la vie. Quelques minutes, le temps d’une chanson, qui nous font oublier à quel point tout paraît tellement compliqué. Alors, c’est vrai, comme disait Peyton Sawyer, « Toutes les chansons ont une fin. Est-ce une raison pour ne pas en apprécier la musique ? »
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *