La fileuse d'argent - De l'excellente fantasy !

28/03/2020

5

Titre : La fileuse d'argent

Auteur : Naomi Novik

Editions : Pygmalion

Prix : 21,90 €

Parution : 22 janvier 2020

Nombre de pages : 496 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l'échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite... jusqu'à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son coeur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l'argent en or. Mais, lorsque son talent attire l'attention du roi des Staryk - un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril...

.

Naomi Novik a connu le succès avec son roman précédent, Déracinée, que je n'ai pas (encore) eu le plaisir de lire. En revanche, j'en ai tellement entendu parler qu'en voyant La fileuse d'argent dans le catalogue des éditions Pygmalion, j'ai sauté sur l'occasion ! Je les remercie donc pour leur envoi. 

Avant même d'être pleinement immergé dans l'intrigue, je suis tombé sous le charme du style de l'auteure. Naomi Novik a en effet une plume singulière, de celles qui vous font voyager en quelques mots et changer d'horizon en quelques phrases. Les pages finissent par défiler toutes seules et mêmes les longueurs, qui m'auraient pourtant agacé d'habitude, se transforment en moments de répit apaisants. Car du repos il en faut, tellement il se passe de choses au cours des 500 pages !

L'auteure revisite ici différents contes (notamment celui de Rumpelstiltskin) et légendes, recréant une ambiance mystique et très dense. L'univers est très riche, bien exploité. Généralement je me méfie de la fantasy qui tient en un seul tome, mais là, Naomi Novik est parvenue à me convaincre avec une base solide sur laquelle elle a su construire un récit palpitant, se suffisant à lui-même. 

La force de ce roman est sa construction en couches, aussi bien au niveau de l'intrigue que des protagonistes. Et j'ai adoré les personnages, surtout Irina qui intervient plus tard dans la narration et dont l'histoire m'a fasciné. Au fil des pages, l'auteure alterne entre les points de vue, introduisant petit à petit de nouvelles voix, créant du rythme et du suspense. 

Si je devais toutefois évoquer un point faible, je dirais la fin qui m'a paru un peu trop lisse et facile. A titre personnel, j'aime que les dénouements soient plus osés, que les auteurs prennent plus de risques... Ici, Naomi Novik s'est contentée de quelque chose un poil trop conventionnel à mon goût.
Il n'empêche que j'ai tout de même passé un excellent moment qui m'a confirmé l'envie de me plonger, dès que l'occasion se présentera, dans Déracinée

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *